A la Une

  • Pause
  • Previous
  • Next
1/6

Conférence Chrétiens et Politique

conf chretiens et politique 314x176

Dossiers

Episode 4 : Désirs, désirs, désirs

 

Résumé : De multiples désirs nous agitent en tous sens : sentiments amoureux, émotions, pulsions sexuelles, passions…. Sans laisser nos désirs nous gouverner, comment accueillir tout ce que nous vivons?

Analyse de l'épisode

Le texte ci-dessous vous permet de construire une séance de réflexion avec les jeunes de l'âge concerné. Cette analyse s'adresse aux parents et éducateurs.

Ce que cette vidéo donne à voir

Entre 16 et 20 ans, on vit une période de désirs confus tournés vers l’avenir, plein de possibles en même temps que plein d’inconnus. Cette confrontation entre la multiplicité des possibles et cet inconnu qui barre l’horizon crée de très nombreuses questions, inquiétudes, tentatives, recherches...

On « aspire à... » et cette aspiration profonde touche à de nombreux domaines...
1) Donc on « aspire à.... » rencontrer celui/celle qui me comblerait, qui me ferait exister vraiment, complètement, qui me comprendrait enfin, qui serait mon alter ego, pour qui je serais l’unique et qui serait pour moi l’unique. Bref, celui/celle avec qui rêver et bâtir ma vie à deux, avec qui je réussirais et durerais en couple – contrairement aux exemples qui, bien souvent, ont échoué autour de moi. Celui/celle que je désire déjà et qui me désirerais.

2) En même temps, le jeune a le ressenti, plus ou moins élaboré consciemment, que ces désirs ont à être organisés, régulés et approfondis au-delà de la passion qu’ils suscitent. Je ne peux pas rester avec ces désirs envahissants, voire sidérants, si je veux parvenir à les réaliser. Ces désirs peuvent alors être intégrés comme un balisage, une orientation qui me montre le chemin vers lequel m’engager. Mes désirs doivent passer de « désordre » à « direction» : Les désirs irréalisés suscitent une souffrance qui est un moteur puissant pour se mettre en marche : si je veux aimer et être aimé, je dois d’abord être aimable ; si je veux être désiré, je dois être désirable ; si je veux être l’unique, je dois cultiver mon unicité, ma personnalité etc... Donc les désirs sont comme des starters sur le chemin amoureux. Si je les réalise brutalement en m’emparant de ce que je désire, je reste toujours déçu. Heureux ceux qui ont déjà pu faire l’expérience du don qui rend heureux, ils ont déjà avancé sur ce chemin qui mène de « mon désir pour moi » au « don pour toi ».

3) Les désirs sont vécus très différemment entre garçons et filles. La fille est beaucoup plus dans le rêve et l’imagination ce qui la rend plus passive et aussi moins apte à accueillir le réel tel qu’il se présentera, c’est à dire celui qui est là mais qui ne correspond pas à son « portrait-robot ». Leurs désirs sont spontanément plus centrés sur la recherche affective.

Le garçon, lui, regarde, observe. Il verbalise moins mais se compare aux autres, avec une grille de lecture centrée sur la performance. Il voit ceux qui ont du succès, qui font rire les filles. D’où l’intérêt du groupe mixte où il réalise qu’une fille sera attirée par d’autres qualités moins visibles que ce que les garçons observent entre eux. Leurs désirs sont plus centrés sur la dimension physique.

Ce que le jeune peut retirer de cette vidéo

- La réalité des désirs, leur caractère envahissant, leur diversité entre garçons et filles.
- Ce que les uns et les autres mettent en œuvre pour les réaliser. C’est-à-dire tout ce travail qui part du désir confus, prégnant, pour parvenir à débuter la construction de quelquechose.
- Tous les désirs ne peuvent être satisfaits.
- Les désirs comme balises, indications de mon désir profond.

Conférence

affiche conf chretiens et politique 2018 05 24

 

 

Coup de cœur

livre laetitia de calbiac

Les derniers tweets

Les AFC sur Facebook

Actualités des familles La Croix