Back Vous êtes ici : Catholiques Actions et outils Foi et société

Foi et société

Le site du Conseil pontifical pour la Famille fait « peau neuve »

En pleine préparation du Synode extraordinaire sur la famille, le Conseil pontifical pour la Famille lance un site rénové. Y sont publiés : des documents officiels, des interventions, des chroniques et des interviews, des photos et des vidéos reflétant la vitalité des Eglises locales et des associations familiales de par le monde. Ce site présente également les actions quotidiennes du Pape François pour la famille et la vie. www.family.va

Un plus : le site offre même la possibilité d'héberger sur d'autres sites une « vignette » faisant un lien vers lui.

Le pape écrit aux familles

Dans une lettre adressées aux familles, le Pape François les invite à prier pour le prochain Synode extraordinaire d'octobre. Cette rencontre, rappelle-t-il, « est consacrée d'une façon particulière, à [leur] vocation et à [leur] mission dans l'Eglise et dans la société, aux problèmes du mariage, de la vie familiale, de l'éducation des enfants, et au rôle des familles dans la mission de l'Église » dans un contexte où « l'Eglise est appelée à annoncer l'Evangile en affrontant aussi les nouvelles urgences pastorales qui concernent la famille ».

Lire la lettre du Pape

L’Eglise et le monde : extraits d’Evangelii gaudium

A l’approche de la fin d’année voici trois extraits de la récente exhoration apostolique du Pape François particulièrement éclairants pour la mission des AFC.

« La joie de l’Évangile est celle que rien et personne ne pourra jamais enlever (cf. Jn 16, 22). Les maux de notre monde – et ceux de l’Église – ne devraient pas être des excuses pour réduire notre engagement et notre ferveur. Prenons-les comme des défis pour croître. En outre, le regard de foi est capable de reconnaître la lumière que l’Esprit Saint répand toujours dans l’obscurité, sans oublier que « là où le péché s’est multiplié, la grâce a surabondé » (Rm 5, 20). Notre foi est appelée à voir que l’eau peut être transformée en vin, et à découvrir le grain qui grandit au milieu de l’ivraie. À cinquante ans du Concile Vatican II, même si nous éprouvons de la douleur pour les misères de notre époque et même si nous sommes loin des optimismes naïfs, le plus grand réalisme ne doit signifier ni une confiance moindre en l’Esprit ni une moindre générosité. » (84)

«  Il revient à l’État de prendre soin et de promouvoir le bien commun de la société.[188] Sur la base des principes de subsidiarité et de solidarité, et dans un grand effort de dialogue politique et de création de consensus, il joue un rôle fondamental, qui ne peut être délégué, dans la recherche du développement intégral de tous. Ce rôle, dans les circonstances actuelles, exige une profonde humilité sociale » (240).

« Dans le dialogue avec l’État et avec la société, l’Église n’a pas de solutions pour toutes les questions particulières. Mais, avec les diverses forces sociales, elle accompagne les propositions qui peuvent répondre le mieux à la dignité de la personne humaine et au bien commun. Ce faisant, elle propose toujours avec clarté les valeurs fondamentales de l’existence humaine, pour transmettre les convictions qui ensuite peuvent se traduire en actions politiques » (241).

Actualité La Croix