Back Vous êtes ici :

Articles

L'Eglise et l'environnement

Entretien avec Paul Hatey

on parle aujourd'hui beaucoup d'écologie, y compris dans l'Église.
L'Eglise ne se met pas « au vert » par souci de l'actualité. Elle s'appuie sur sa longue tradition « d'experte en humanité » pour redonner dans les termes et les circonstances du monde actuel, son enseignement dont l'histoire témoigne de sa permanence et de son origine. Par petites touches, elle continue de développer sa pensée sociale dans ce domaine.

Qu'est-ce que l' « écologie humaine » ?
Cette expression est employée par Benoît XVI après Jean-Paul II. Parler d'écologie humaine c'est, placer la personne et sa dignité au centre des préoccupations. Comme le rappelait en 2002 Mgr Martino, « la promotion de la dignité humaine est liée au droit au développement et au droit à un environnement sain, car ces droits soulignent la dynamique des relations entre les individus et la société ; cela encourage la responsabilité de l'individu envers lui-même, envers les autres, envers la création et enfin, envers Dieu ».

Que dire des technologies dans ce cadre ?
Elles sont des fruits de la créativité humaine, l'homme s'appuyant sur les processus naturels pour les prolonger, les amplifier. Elles sont des moyens pour l'homme d'accroître son pouvoir sur la Création. « Les nouveaux savoirs et les technologies, grâce à leurs énormes potentialités, peuvent fournir une contribution décisive à la diffusion du progrès social » (CDSE, 283). Corrélativement, « plus grandit le pouvoir de l'homme, plus s'élargit le champ de ses responsabilités, personnelles et communautaires » (Gaudium et spes, 34).

Nous voilà en pleine « écologie humaine » !
De fait, « les nouvelles connaissances techniques et scientifiques doivent être mises au service des besoins primordiaux de l'homme, afin que le patrimoine commun de l'humanité puisse progressivement s'accroître » (CDSE, 179).
Considérer le développement des technologies, c'est considérer à la fois le travail de l'homme, le développement des connaissances et leurs conditions et possibilités d'utilisation. Le Magistère nous éclaire sur la juste place du rôle des techniques dans ce cadre : « Réduire la question du développement à un problème exclusivement technique
équivaudrait à le vider de son véritable contenu, qui concerne, en revanche, « la dignité de l'homme et des peuples » (Sollicitudo rei socialis, 41) » (CDSE, 563). D'où le besoin, auquel peuvent répondre les AFC, d'une « information non partielle, non superficielle, alimentée par des enthousiasmes faciles ou par des alarmismes injustifiés » (CDSE, 480). Elle s'inscrit dans une éducation à la responsabilité écologique et la promotion d'une « véritable culture de la vie, qui devrait être la base de la nouvelle culture du développement durable » (Mgr Martino, 2002).

Cet article est paru dans le numéro 124 de La Vie des AFC

Rediffusion de la conférence

affiche conf chretiens et politique 2018 05 24

 

 

Coup de cœur

livre laetitia de calbiac

Actualités des familles La Croix