Back Vous êtes ici : Vie pratique

L’aide aux plus faibles, un devoir des AFC

"Une famille ne peut s'épanouir spirituellement que si elle bénéficie de conditions de vie matérielles satisfaisantes".

Les AFC sont agréées par l’État comme association de consommateurs depuis octobre 1987. Cet agrément vient d’être renouvelé pour 5 ans.

Les difficultés de la vie quotidienne des familles relèvent bien sûr de leurs conditions matérielles, mais aussi des rapports contractuels quotidiens qu'elles entretiennent avec les entreprises (énergie, communications électroniques, achats en magasin, e-commerce, etc.). Les problèmes de nature contractuelle peuvent engendrer de réelles difficultés pour les familles mal informées et ne connaissant pas leurs droits.

Cette mission est fondée sur :

  •  le Code de la Famille qui confie aux associations familiales la défense des intérêts matériels des familles (article L.211-1) ;
  • l’Enseignement social de l’Église qui les encourage à agir dans le monde. Les associations de consommateurs sont explicitement citées dans l’encyclique Caritas in Veritate §66

Lire la suite

Sur Internet un vendeur peut en cacher un autre

Internet achat en ligneDe plus en plus d'entreprises du e-commerce hébergent sur leur site, moyennant une commission, des vendeurs indépendants établis dans différents pays.

Le Centre Européen des consommateurs France (CEC) rappelle les droits dont bénéficient les citoyens dans l'Union européenne (UE) et les difficultés lorsqu'il s'agit de les faire valoir auprès d'un vendeur hors UE.

La CNAFC est membre du Conseil d’administration du CEC.

Avant de valider votre panier sur le site d'une grande enseigne du e-commerce, vérifiez toujours le nom, la nationalité, les coordonnées du vendeur choisi. Il peut être complètement étranger à l'enseigne qui opère alors en tant que Marketplace, c'est à dire en tant que plateforme hébergeant d'autres vendeurs indépendants. Si les informations sont incomplètes et les avis sur ce vendeur négatifs, mieux vaut se diriger vers un autre vendeur.

Avec le développement de ces plateformes, de plus en plus de vendeurs établis hors UE ont accès à la clientèle française. Soyez attentifs aux droits de douane qui peuvent s'appliquer si la marchandise provient d'un pays tiers et méfiez-vous des éventuelles contrefaçons.

La plateforme de vente est, le plus souvent, un simple intermédiaire entre l'acheteur et le vendeur. Les contrats de vente étant conclus directement entre eux, la Marketplace ne peut être tenue responsable de la mauvaise exécution du contrat (non livraison, produit défectueux...). En cas de litige portant sur le contrat de vente, l'acheteur doit donc en principe s'adresser à son vendeur et non à la plateforme pour faire valoir ses droits, ce qui peut s'avérer plus compliqué lorsque le vendeur est situé hors UE. Certaines Marketplaces proposent néanmoins des garanties en cas de problème.

Vous bénéficiez, sur certains produits, d'un délai de rétractation de 14 jours qui vous permet d'annuler votre commande et de renvoyer la marchandise sans avoir à vous justifier. Pour tout achat dans l'UE, vous bénéficiez également d'une garantie légale de conformité de minimum 2 ans à compter de la livraison. Elle vous permet, en cas de produit défectueux, de demander au vendeur la réparation ou le remplacement du bien, ou si ces deux solutions s'avèrent impossibles, le remboursement des sommes versées.

En achetant à un vendeur situé par exemple aux Etats-Unis ou en Asie via une Marketplace française, vous avez en principe les mêmes droits que si vous achetiez à un vendeur en France. En dirigeant ses activités vers les consommateurs français, ce vendeur, même situé hors UE, doit en effet respecter le droit français de la consommation, lui-même issu en grande partie de directives et règlements européens. Mais si les droits sont les mêmes, leur mise en œuvre peut s'avérer beaucoup plus compliquée : comment contraindre un vendeur situé au bout du monde de vous rembourser suite à votre demande de rétractation ? Comment l'obliger à appliquer la garantie légale ?

"Grâce à des homologues situés dans 30 pays européens (réseau ECC-Net), le Centre Européen des Consommateurs France peut vous aider gratuitement et efficacement en cas de litige avec un professionnel basé dans un autre pays de l'UE, en Islande ou en Norvège. Vérifiez toujours en amont de la commande qui est votre vendeur et où il est situé" conclut Bianca Schulz, responsable du Centre Européen des Consommateurs France.

Plus d‘informations sur le site du CEC : www.europe-consommateurs.eu

Plateformes de réservation : quels pièges éviter ? - CONSOMAG

Les plateformes de réservation d'hôtels sont de bons outils, à condition de bien repérer les arnaques ! Suivez les conseils des AFC pour acheter sereinement.

Sur inc-conso.fr
Sur youtube.com

Consomag plateforme de réservation

15 réflexes pour bien s’assurer (FFA)

15 reflexes assurance ffaL’assurance sert à vous protéger vous et votre famille dans votre vie quotidienne, contre les conséquences des dommages que vous provoquez ou que vous subissez. Sans assurance, vous auriez à les couvrir personnellement.

Edité par la Fédération Française de l’assurance (FFA) dans le cadre de sa mission d’information du public, le guide « 15 réflexes pour bien s’assurer » vous aide à choisir la bonne assurance, adaptée à vos besoins et à votre situation, à comprendre les garanties de votre contrat, à connaître les démarches à accomplir pour être indemnisé et à savoir à qui vous adresser en cas de question ou de difficulté.

La CNAFC participe à de nombreux programmes en faveur de l'éducation financière. Elle travaille sur ce sujet avec les établissements financiers et évalue les outils de formation promus au CCSF en tant que membre du Comité paritaire d’évaluation des outils pédagogiques de l'INC. C'est dans cet objectif que la FFSA diffuse ce document sur l'assurance, indispensable guide de gestion budgétaire.

Besoin d’une assurance ? Voici quelques réflexes pour être bien assuré :

① N’oubliez pas que certaines assurances sont légalement obligatoires
② Faites le point sur vos besoins
③ Identifiez le (ou les) produit(s) d’assurance qui correspondent à vos besoins
④ Identifiez la formule de garantie adaptée
⑤ Sachez qu’il existe des niveaux de protection plus ou moins élevés
⑥ Identifiez les exclusions et conditions de garanties
⑦ Répondez avec exactitude et sincérité aux questions posées par votre assureur
⑧ Lisez les documents qui vous sont remis avant de vous engager
⑨ Conservez les documents sous format papier ou électronique
⑩ Sachez que vous disposez dans certains cas d'un droit de renonciation
⑪ Soyez attentif à la durée de votre engagement
⑫ Une fois engagé, vous pouvez résilier votre contrat d'assurance, selon certaines modalités
⑬ Pensez à signaler vos changements de situation
⑭ Déclarez votre sinistre le plus rapidement possible
⑮ Une question, une difficulté, un mécontentement... Dites-le !

Vous pouvez télécharger le guide en vous rendant sur le site de la Fédération Française de l’assurance, à l’adresse suivante : https://www.ffa-assurance.fr/content/15-reflexes-pour-bien-s-assurer

“Lanceur d’Alerte” de l’ANSM

Lanceur dalerte ANSMDésormais, les lanceurs d’alerte au sujet de médicaments ou d’autres produits de santé peuvent adresser leurs révélations de faits délictueux et autres pratiques non conformes, en toute sécurité sur une adresse électronique spécifique mis en place par l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser..

Cette adresse, accessible sur la page d’accueil du site internet de l’ANSM, permet à toute personne qui en a personnellement connaissance de signaler facilement toute violation grave d’une loi ou d’un règlement ou toute menace grave à l’intérêt général, concernant des produits de santé ou à finalité cosmétique destinés à l’Homme ou des activités relevant du champ de compétence de l’ANSM.

Les signalements de défaut qualité, les signalements d’effets indésirables ou d’erreurs médicamenteuses et les signalements de ruptures de stock ne relèvent en revanche pas de cette nouvelle procédure. L'agence garantit l’examen du signalement, une première réponse à son auteur dans des délais très courts et le strict respect de la confidentialité des informations recueillies et de l’identité du lanceur d’alerte, qui bénéficie également des mesures de protection prévues par la loi, notamment vis-à-vis de son employeur.

Cette procédure s’inscrit dans le cadre de la loi du 9 décembre 2016 relative à la transparence, à la lutte contre la corruption et à la modernisation de la vie économique (Loi dite « Sapin 2 »).

Coup de cœur

Grandir ensemble maternelle MAME

Actualités des familles La Croix