Back Vous êtes ici : Vie pratique Vie quotidienne Energie

Energie

Mieux comprendre votre contrat de fourniture d’eau et vos factures

Autrefois presque gratuite, l'eau constitue aujourd'hui un véritable poste de dépense dans le budget des consommateurs. Sa facturation suscite dès lors de nombreuses interrogations
La DGCCRF (Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes) vient de publier un guide sur la distribution de l'eau potable que vous pouvez télécharger


Nouvelles règles en vue pour les factures d’électricité ou de gaz

Pour les fournisseurs de gaz et d'électricité, plus question de faire traîner le remboursement des trop-perçus. En 2013, ils auront quinze jours pour rembourser leurs clients.

Quinze jours. C'est le délai qu'auront désormais les fournisseurs d'électricité et de gaz naturel pour rembourser les trop-perçus à leurs clients si la somme à rembourser est supérieure à 25 €.

Attendu depuis plus d'un an, l'arrêté qui impose ce délai a été signé le 18 avril. Cependant, il faudra attendre le 1er janvier 2013 pour qu'il entre en application.

Le Médiateur de l'énergie réclame cette mesure depuis plusieurs années. Il est en effet régulièrement saisi par des clients mécontents de devoir patienter des semaines et multiplier les relances pour obtenir leur dû...

L'arrêté apporte une précision sur les modes de paiement offerts aux abonnés. Dès 2013, les fournisseurs devront obligatoirement proposer au moins deux moyens de paiement : le chèque et les espèces. Plus question pour eux d'imposer le seul prélèvement automatique !

Ampoules comment faire un choix éclairé ?

Depuis quelques années, l'ampoule traditionnelle, à « incandescence », a été détrônée par des ampoules plus économes en énergie qui font appel à de nouvelles technologies. Ces nouveaux produits avait amenés la CNAFC à éditer une fiche pratique sur le sujet au moment où leur utilisation a été généralisée. Voici ici, résumées en quelques lignes, les caractéristiques de chacune.

Les ampoules incandescentes
ce sont les ampoules « traditionnelles » à filament incandescent. Elles consomment beaucoup d'énergie (95% de l'énergie part sous forme de rayonnement infrarouge et de chaleur). La France a choisi d'en interdire progressivement la commercialisation pour des raisons d'économies d'énergie. En septembre prochain, seules les ampoules de 40 Watts et moins seront disponibles à la vente.

Les ampoules fluocompactes
- Ce sont les ampoules dites à « basse consommation ». Outre ce premier atout, elles ont une ne longévité de 6 à 10 fois plus important que les incandescentes et chauffent peu.
Mais elles ont aussi des inconvénients qui viennent d'être pointés du doigt par un récent avis de la Commission de Sécurité des Consommateurs (CSC) :
- elles contiennent du Mercure(Hg) sous forme de vapeur. Même si la teneur en est faible (3 fois moins que les tubes fluorescents dits « Néons » ou 5 fois moins qu'une pile de montre), par son état gazeux, elle est particulièrement gênante en cas de rupture des tubes de la lampe. Il est alors conseillé d'aérer la pièce, de ne pas utiliser d'aspirateur pour ramasser les bouts de verre mais d'utiliser des gants. En fin de vie, il convient de les rapporter au magasin pour leur recyclage car le mercure est dommageable pour l'environnement (tous les magasins en vendant sont tenus de les reprendre pour les recycler) ;
- elles génèrent des chants électromagnétiques. Une controverse existe sur la dangerosité de ces ondes. Elles sont aujourd'hui inférieures aux normes européennes, à condition de ne pas se situer à plus de 30 centimètre de la source. Elles ne conviennent donc pas à l'équipement de tables de chevet ou de lampes de bureau ;
- la fréquence de la lumière émise peut provoquer des troubles chez les 5% de la population française sensible à « l'effet stroboscopique » ;
- l'indication usuelle sur les emballages en « Watt équivalent » (par exemple : « 20W équivaut à une ampoule à incandescence de 100W ») n'est pas une indication précise sur la puissance lumineuse émise. Il faut se référer à la puissance lumineuse mesurée en lumens (lm).
- elles mettent un peu de temps à atteindre leur intensité lumineuse optimale.
- le rendu des couleurs est de moins bonne qualité que pour les ampoules à incandescence ;
- elles supportent mal les faibles températures et la répétitivité de l'allumage ;

Les lampes LED
Elles présentent l'avantage de durer entre 10 et 30 fois plus longtemps que les ampoules à incandescence classiques et consomment encore moins que les lampes fluocompactes. Cependant, leur prix est encore très élevé et l'Agence nationale chargée de la sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (ANSES) a souligné, dans un avis d'Octobre 2010, que de nombreuses lampes à LED pourraient présenter des risques sanitaires liés notamment au spectre d'émission particulièrement intense en lumière bleue.

Les ampoules halogènes
Avec le retrait obligatoire de la vente d'ampoules à incandescence, si l'on veut éviter ces inconvénients, reste-t-il une alternative ?
Oui. Elle réside dans un nouveau type d'ampoules halogènes appelées "ampoules halogène à économie d'énergie". Elles ont relativement les mêmes caractéristiques que les ampoules à incandescence classiques (type de lumière, rapidité d'allumage, innocuité) et présentent quelques avantages en plus :
- une consommation électrique réduite de 30 à 50% ;
- une longévité deux à trois fois supérieure.
Rappelons enfin que le but recherché dans l'obligation de remplacement des ampoules à incandescence est la diminution de la dépense énergétique liée à l'éclairage et que la diminution de cette dépense passe déjà par des gestes simples comme ne pas laisser inutilement la lumière allumée dans une pièce, adapter l'éclairage selon les situations, se coucher plus tôt...

(Attention : les ampoules fluocompactes ne doivent pas rejoindre les poubelles à cause du mercure qu'elles contiennent. Pour les recycler, les ramener auprès des magasins vendant ce type d'ampoules, qui doivent mettre à disposition des bacs de recyclage.)

Coup de cœur

livre laetitia de calbiac

Actualités des familles La Croix