Back Vous êtes ici : Vie pratique Vie quotidienne Médias et protection de l'enfance

Mission médias

En février, participez au Safer Internet Day

saferinternetdayCette nouvelle campagne, destinée à promouvoir un meilleur internet auprès des jeunes et des prescripteurs éducatifs (parents, professeurs, animateurs, etc.), a débuté le 6 février et se poursuivra tout au long du mois de février sur le thème « Un internet meilleur commence avec vous ! »

Internet sans Crainte mobilise cette année autour de la mise en place d’actions de sensibilisation sur le développement de l’esprit critique comme compétence citoyenne du 21ème siècle.

Dans une société de l’information, où 4 milliards de contenus partagés chaque jour sur les réseaux sociaux, mêlant sans distinction info, intox, « fake news », il devient primordial de donner les clés pour interroger et mettre en perspective l’information, se saisir des enjeux liés à la fabrique de l’information.
http://www.saferinternet.fr/safer-internet-day-2018-un-internet-meilleur-commence-avec-vous/

La CNAFC est convaincue de la nécessité de sensibiliser les familles à un usage prudent et responsable d’Internet. C’est dans cet esprit qu’elle a publié la brochure 12 questions à se poser sur les réseaux sociaux.
 

Enfin la suppression de la pub dans les programmes jeunesse !

Fotolia enfant numériqueLa suppression de la publicité dans les programmes jeunesse du service public à compter du 1er janvier 2018 est adoptée !

Malgré un amendement déposé la semaine dernière dans le cadre du Projet de loi de finance prévoyant de repousser son application, la suppression de la publicité dans le programme jeunesse du service public aura bien lieu à compter du 1er janvier 2018.

La disposition s'applique également aux sites Internet de la télévision publique. Elle oblige également le CSA à rendre compte chaque année devant le Parlement de ses travaux sur la publicité télévisuelle dans les programmes pour enfants des chaînes publiques et privées.

Pour le sénateur André Gattolin, à l’origine du texte, l'adoption du texte constitue « un petit pas pour le législateur, mais une avancée de géant pour la protection et le devenir de nos enfants». Il a aussi estimé que « sans remettre en cause son modèle de financement actuel, il permet à France Télévisions de se distinguer par la nature de son offre, en cohérence avec ses missions de service public ».

La Confédération Nationale des AFC (CNAFC) a défendu résolument cette proposition car :
- elle devrait permettre aux familles de mieux exercer leur rôle éducatif
- elle concourt à préserver l’enfant d’être considéré trop tôt dans sa fonction de consommateur
- elle instaure une responsabilité accrue de la part des publicitaires, notamment par l’autodiscipline.
Elle restera vigilante à ce que les enfants puissent bénéficier de programme de qualité et sans que leur soient imposés des messages publicitaires ciblant leur tranche d’âge.

Relire notre communiqué à ce sujet (28 nov. 2016)

Protection de l’enfance : sortie du film « GRAVE »

grave afficheLe Journal Officiel vient de publier un décret concernant la classification des films. (N°2017-150 du 8 février 2017 relatif au visa d’exploitation cinématographique modifiant le Code du cinéma et de l’image animée).

La version nouvelle* précise que « la mesure de classification […] est proportionnée aux exigences tenant à la protection de l’enfance et de la jeunesse, au regard de la sensibilité et du développement de la personnalité propres à chaque âge, et au respect de la dignité humaine. Lorsque l’œuvre ou le document comporte des scènes de sexe ou de grande violence qui sont de nature, en particulier par leur accumulation, à troubler la sensibilité des mineurs, à présenter la violence sous un jour favorable ou à la banaliser, le visa d’exploitation ne peut s’accompagner que d’une interdiction de la représentation aux mineurs de dix-huit ans ».

Il nous semble donc que ce décret modifié aurait permis d’interdire aux moins de 18 ans le film GRAVE de Julia Ducourneau, produit par Julie Gayet, et non seulement aux mineurs de moins de 16 ans comme c’est le cas actuellement.

En effet, « ce film qui accumule les scènes de meurtre et de cannibalisme impressionnantes », selon l’avertissement donné par la Commission de classification des œuvres cinématographiques ne peut qu’être fermement déconseillé à tout public.

Sortie prévue dans les salles le 15 mars 2017.

* article R.211-12

En partenariat

creche porte dauphine

Coup de cœur

solenne et thomas florette 5 8ans couv 1 page ulule

Actualités des familles La Croix