Back Vous êtes ici : Vie pratique

L’aide aux plus faibles, un devoir des AFC

"Une famille ne peut s'épanouir spirituellement que si elle bénéficie de conditions de vie matérielles satisfaisantes".

Les AFC sont agréées par l’État comme association de consommateurs depuis octobre 1987. Cet agrément vient d’être renouvelé pour 5 ans.

Les difficultés de la vie quotidienne des familles relèvent bien sûr de leurs conditions matérielles, mais aussi des rapports contractuels quotidiens qu'elles entretiennent avec les entreprises (énergie, communications électroniques, achats en magasin, e-commerce, etc.). Les problèmes de nature contractuelle peuvent engendrer de réelles difficultés pour les familles mal informées et ne connaissant pas leurs droits.

Cette mission est fondée sur :

  •  le Code de la Famille qui confie aux associations familiales la défense des intérêts matériels des familles (article L.211-1) ;
  • l’Enseignement social de l’Église qui les encourage à agir dans le monde. Les associations de consommateurs sont explicitement citées dans l’encyclique Caritas in Veritate §66

Lire la suite

L’obésité infantile : quelques conseils pour l’éviter !

Beaucoup de choses ont déjà été dites sur l'obésité des enfants. Cependant, ce mal continue de toucher près d'un enfant sur six en France soit deux fois plus qu'il y a dix ans. Quelles sont les conséquences de cette pathologie sur l'enfant ? Que peut-on faire pour limiter les risques en ce sens ?

L'obésité a souvent pour premier effet d'isoler l'enfant en ne lui permettant pas de pratiquer les mêmes activités que ses autres camarades. Les moqueries sont fréquentes. La tentation est grande de se replier sur soi, de renoncer à une vie sociale épanouie, de compenser le manque par une suralimentation, ce qui engendre un cercle vicieux. Notons également que les mauvaises habitudes alimentaires prises dans l'enfance ont des effets à l'âge adulte : la personne présentera plus de risque de connaître des problèmes articulaires, musculaires, cardiaques et respiratoires que celle ayant gardé un poids normal durant les deux premières décennies de sa vie.

Un bref détour historique illustre deux points très importants concernant l'obésité infantile. Durant les trois premiers quarts du 20éme siècle, il était de bon ton d'avoir un bébé bien joufflu et bien rond. Cétait un signe de bonne santé. et la preuve que le lait maternel était de bonne qualité. Si l'alimentation pouvait être plus ou moins variée par la suite suivant le milieu et le lieu d'habitation, la vie quotidienne offrait de nombreuses occasions d'exercice physique (trajet jusqu'à l'école à pieds ou en vélo, participation aux travaux domestiques...). Urbaine, notre civilisation est aussi plus « sédentaire ».

Actuellement, les médias et les responsables du corps médical répètent souvent qu'il faut éviter les aliments sucrés, gras ainsi que les boisons riches en sucres naturels ou artificiels et qu'il faut faire de l'exercice. On peut ajouter à cela les risques de surconsommation de ces aliments liés à une forme d'addiction. Il semble par ailleurs opportun de revenir sur quelques principes simples pour une bonne hygiène de vie.

Premier principe : le repas doit rester un moment privilégié de la journée, un moment de dialogue en famille autour d'aliments variés. Il comprend trois étapes : une entrée (soupe, légumes assaisonnés), un plat et une fin de repas avec selon les jours des entremets, des laitages ou des fruits. Le pire, est de commencer la journée par un petit déjeuner négligé puis, dès le retour de l'école, de continuer par un grignotage permanent finissant par un plateau repas devant la télé ou l'ordinateur. Le goûter, qui ne doit jamais être un repas, est un moment réparateur du repas du midi s'il a été négligé ou était insuffisant et permet de récupérer le dynamisme permettant de jouer ou de finir le travail scolaire.
Deuxième principe : pratiquer une activité physique tous les jours et non seulement en fin de semaine. La société dans laquelle nous vivons tend à se sédentariser de plus en plus (déplacement en voiture, en transport en commun, en ascenseur, jeux devant la télévision ou sur console, etc.). L'activité est importante pour développer le squelette et la masse musculaire. Pour cela, il convient de se livrer chaque jour, y compris à la mauvaise saison, à un temps conséquent de marche à pied, de vélo ou d'autres activités physiques.
Si ces règles de base sont respectées, il est très probable que l'enfant gardera ce rythme de vie durant son adolescence et l'âge adulte. Une bonne hygiène de vie commence donc par une bonne « hygiène » du comportement.

Nouvelles exigences de performance énergétique : par où commencer ?

Faisant le constat de la raréfaction des ressources énergétiques et de l'élévation de leurs coûts comme d'une sensibilité environnementale grandissante dans la population, le Grenelle II a décidé de mettre en œuvre des politiques plus directives en vue d'une gestion économe de l'énergie.

Les habitations privées sont responsables des deux tiers de la dépense énergétique en matière de chauffage. Les familles sont donc les acteurs privilégiés de cet effort économique et environnemental. Elles ont d'autant plus besoin d'informations précises en la matière.

Plusieurs pistes s'ouvrent à elles pour réduire la charge financière liée au chauffage et pour répondre aux nouvelles obligations règlementaires.

Le diagnostic de performance énergétique permet d'évaluer si un habitat nécessite des travaux de rénovation pour limiter les déperditions d'énergie. Pour trouver un professionnel de qualité pouvant effectuer ce diagnostic, il est conseillé de consulter la liste des professionnels reconnus : http://www.infoenergie.org
Il faut compter un minimum de 300 € pour les cinq diagnostics obligatoires pour une vente ou une location immobilière. Les notes de performance énergétique vont de A à G. On considère qu'il convient d'entreprendre des travaux si la note est comprise entre D et G.

Les travaux varient fortement en fonction de la situation particulière du bâtiment. Les plus efficaces sont souvent l'isolation du toit, des murs et du plancher ou l'installation d'un système de chauffage plus performant. L'Agence de l'Environnement et de la Maîtrise de l'Energie (Ademe) met à disposition un guide présentant les travaux de rénovation thermique les plus efficaces, le temps de retour sur investissement pour chaque type de travaux ainsi que les subventions auxquelles on peut prétendre :
http://www.anah.fr/fileadmin/anahmedias/Textes_et_publications/Guide/Guide_Pratique_Renovation_Thermique.pdf

Les économies d'énergie passent aussi par des gestes simples au quotidien (fermeture des volets ou des rideaux, coupure du chauffage les jours où la température est plus douce, installation de thermostats précis et programmables, etc.).

A l'heure où le développement de nouvelles sources d'énergie (photovoltaïque, éolien, gaz de schiste) reste sujet à débats, des économies sont dès à présent à notre portée ! Le Gouvernement nous y encourage par des incitations fiscales. La balle est entre nos mains. Jouons la !

L’Autorité des marchés financiers alerte le public contre les activités de la société MARBLE ART INVEST

Communiqué de l'AMF

L'Autorité des marchés financiers (AMF) attire l'attention du public sur les activités de la société MARBLE ART INVEST, dont le siège est à Londres. Son site internet est http://www.marbleartinvest.fr.
Cette société propose un placement investi dans des oeuvres d'art, mettant en avant un rendement supposé de 4 % garanti par trimestre, soit plus de 16 % par an.
L'AMF souhaite rappeler aux investisseurs qui seraient attirés par cette proposition qu'un niveau de rendement aussi élevé, tout en étant garanti, est irréaliste compte tenu du niveau actuel des taux d'intérêts.
L'AMF signale que le placement proposé par la société MARBLE ART INVEST n'a fait l'objet d'aucune autorisation ni d'aucun agrément et que cette société n'est pas habilitée à exercer une activité de démarchage bancaire ou financier en France.
L'AMF a déjà reçu des plaintes d'épargnants rencontrant des difficultés avec cette société. Elle a transmis les éléments qu'elle détient sur la société MARBLE ART INVEST au Parquet de Paris auprès duquel les investisseurs concernés peuvent se faire connaître.
Plus généralement, l'AMF recommande une extrême précaution vis-à-vis des offres affichant des taux beaucoup plus élevés que les taux du marché tout en étant garantis : les solutions associant rendements extraordinaires et sécurité absolue n'existent pas.

Avant de vous engager, vous devez vérifier que votre intermédiaire financier possède les habilitations requises (http://www.amf-france.org > Vérifier un agrément/une habilitation). Il doit vous fournir toute l'information nécessaire pour vous permettre de comprendre la nature du produit, les risques qu'il
comporte et le montant total des frais qui vous seront facturés. Vous avez des questions, des interrogations ? Vous pouvez vous renseigner le sitehttp://www.amf-france.org ou auprès d'AMF Epargne info service au 01 53 45 62 00 du lundi au vendredi de 9h à 17h

J’achète – je vote

A côté des actions menées pour promouvoir la famille, diffuser la culture de Vie, faire entendre la voix des familles, faire des propositions aux pouvoirs publics, aux élus locaux, le tout en s'appuyant sur l'enseignement social et familial de l'Eglise, les AFC agissent également en faveur de la promotion de conditions favorables à une consommation éclairée et responsable. Ce dernier aspect est peut-être moins évident, moins connu ; pourtant, il n'est pas dénué de sens.
Chaque fois que nous achetons quelque chose, nous « votons » en quelque sorte « pour » le producteur, favorisons sa prospérité, son développement ainsi que ceux des intermédiaires et des vendeurs. En ce sens, l'acte d'achat, pour répondre à une nécessité, à un besoin, a également une portée qui le dépasse. Ce « vote » est pour le chrétien, comme pour tout citoyen, l'occasion d'exercer sa responsabilité éthique, économique et sociale. La doctrine sociale de l'Eglise nous rappelle en quoi consiste cette responsabilité, éclaire sa portée et ses modalités d'exercice:
« L'utilisation du pouvoir d'achat doit s'exercer dans le contexte des exigences morales de la justice et de la solidarité et de responsabilités sociales précises: il ne faut pas oublier le « devoir de la charité », c'est- à-dire le « devoir de donner de son "superflu" et aussi parfois de son "nécessaire" pour subvenir à la vie du pauvre ». Cette responsabilité confère aux consommateurs la possibilité d'orienter, grâce à une plus grande circulation des informations, le comportement des producteurs, à travers la décision - individuelle ou collective - de préférer les produits de certaines entreprises à d'autres, en tenant compte non seulement des prix et de la qualité des produits, mais aussi de l'existence de conditions de travail correctes dans les entreprises, ainsi que du degré de protection assuré au milieu naturel environnant. » (Compendium de la doctrine sociale, n° 359).
Une préoccupation de plus pour les familles catholiques ? Certainement, mais en même temps, ne serait-ce pas l'occasion de renouveler notre regard sur la consommation pour en faire un instrument de solidarité, de justice et de paix ?
En ce début de nouvelle année, prenons donc les bonnes résolutions pour être les entrepreneurs d'une civilisation de l'amour basée sur la justice et la vérité. Pour ce faire, achetons juste, votons bien !

 

Actualités des familles La Croix