Back Vous êtes ici : Vie pratique

L’aide aux plus faibles, un devoir des AFC

"Une famille ne peut s'épanouir spirituellement que si elle bénéficie de conditions de vie matérielles satisfaisantes".

Les AFC sont agréées par l’État comme association de consommateurs depuis octobre 1987. Cet agrément vient d’être renouvelé pour 5 ans.

Les difficultés de la vie quotidienne des familles relèvent bien sûr de leurs conditions matérielles, mais aussi des rapports contractuels quotidiens qu'elles entretiennent avec les entreprises (énergie, communications électroniques, achats en magasin, e-commerce, etc.). Les problèmes de nature contractuelle peuvent engendrer de réelles difficultés pour les familles mal informées et ne connaissant pas leurs droits.

Cette mission est fondée sur :

  •  le Code de la Famille qui confie aux associations familiales la défense des intérêts matériels des familles (article L.211-1) ;
  • l’Enseignement social de l’Église qui les encourage à agir dans le monde. Les associations de consommateurs sont explicitement citées dans l’encyclique Caritas in Veritate §66

Lire la suite

Alimentation électrique des immeubles

Alimentation électrique des immeublesLa CNAFC a eu à connaître la question de l’alimentation électrique des appartements, à partir des colonnes montantes, ces câbles et canalisations qui, dans les immeubles collectifs, acheminent l’électricité entre le réseau public situé sur la voirie et chaque logement. Les travaux de rénovation nécessaires sont coûteux et, à la charge des propriétaires, ils peuvent être financièrement insupportables. Le vote récent de la loi Elan (art L. 176 transposé aux art L. 346-1 et suivants du code de l’énergie) pose comme principe que, sauf opposition des copropriétés, toutes les colonnes montantes appartiendront au réseau public de distribution d’électricité et ce dans un délai de 2 ans à compter de la promulgation de la loi (23/11/2018).

Ce transfert de propriété sera effectué automatiquement « à titre gratuit, sans contrepartie » et aura pour conséquence qu’ENEDIS aura la charge des travaux d’entretien. Si des rénovations urgentes s’avèrent indispensables, il ne sera pas nécessaire d’attendre 2 ans : les copropriétaires des immeubles concernés pourront transférer la propriété des colonnes montantes par une simple notification au gestionnaire de réseau, sans qu’il puisse s’y opposer.

La CNAFC se félicite de cette disposition et remercie le Médiateur National de l’Energie de ce résultat pour lequel il a beaucoup œuvré.

Voir le dossier et la fiche pratique.

 

Des hausses de prix dans l'alimentation à partir de vendredi 1er février, la CNAFC s’interroge

Loi alimentation 2019Les prix de certains produits alimentaires risquent d’augmenter vendredi 1er février 2019 suite à l’entrée en application de la loi Alimentation.

L'objectif est de mieux rémunérer les producteurs des filières agricoles grâce aux marges des distributeurs reconstituées par le seuil d’interdiction de la revente à perte (sur les produits transformés) relevé de 10 % par la loi. Le pari n’est pas gagné et le résultat immédiat doit logiquement amener à leur juste prix de revient des produits jusque-là vendus avec une très faible marge pour servir d’appel aux consommateurs… En attendant que les agriculteurs retrouvent un réel pouvoir de négociation avec les centrales d’achat de la grande distribution, comme la loi le prévoit aussi.

Les marques de distributeurs (MDD) ne devraient pas être concernées.

La CNAFC préfère mettre l'accent sur la qualité plutôt que sur le prix. La recherche systématique du prix bas entraîne généralement une dégradation de la qualité intrinsèque du produit (ou service) concerné et des services qui y sont associés comme les conditions de distribution ou de garantie.
En matière de produits agricoles, la politique de la grande distribution a eu pour effet de dégrader les conditions de production en poussant à la recherche d'une rentabilité maximum qui a eu de graves répercussions sur la qualité des produits et aussi sur la viabilité des exploitations.

La juste rétribution du travail et des investissements des agriculteurs est un objectif essentiel.

L'organisation des filières de production en lien avec les régimes de taxation comparés à ceux qui se pratiquent dans d'autres pays européens ne pourraient-ils pas servir de modèle à suivre ?
Comment comprendre que les augmentations de prix annoncées touchent à ce point des produits ultra transformés dont les composants se trouvent souvent sur le marché mondial ?

La CNAFC soutient les démarches de proximité, d'achat direct aux producteurs. Lorsque c'est possible, c'est certainement une bonne façon d'assurer une plus juste rétribution des intéressés.

Crédit image : Photo by rawpixel on Unsplash

Consomag de la CNAFC - Quelles solutions pour résoudre ses litiges liés à la consommation ?

(Re-)visionnez le Consomag de la CNAFC !

Recourir à la médiation de la consommation ou à la conciliation – via un conciliateur de justice - permet de traiter rapidement et gratuitement un litige avec un professionnel. Le tout sans passer par les tribunaux et dans la plus stricte confidentialité.  Sachez que tout consommateur a le droit de faire appel gratuitement à un médiateur de la consommation en vue de la résolution amiable du litige qui l’oppose à un professionnel. Mais avant d’avoir recours au médiateur de la consommation, la première chose à faire est de  tenter de résoudre son litige directement auprès du professionnel, par une réclamation écrite…

Visionner sur INC
Visionner sur YouTube

 

Consomag

Ce qui change au 1er janvier 2019

Une nouvelle année qui commence est toujours synonyme de changement pour les familles.

Fiscalité

Le prélèvement à la source est mis en placeNouveauté 2019

Chez les salariés, l’impôt sera prélevé directement par l’employeur : il apparaitra sur la fiche de paie au même titre que les cotisations sociales ; chez les retraités, la collecte sera réalisée par les caisses de retraite. Les travailleurs indépendants verseront un acompte mensuel ou trimestriel, calculé par l’administration  en fonction de leurs revenus des mois précédents, puis ajusté selon leur revenus effectifs.

Service public

Pour participer au scrutin de vote pour les élections européennes qui auront lieu le dimanche 26 mai 2019, il vous est possible de vous enregistrer jusqu’au 31 mars 2019.

Salaires et revenus

Le Smic horaire passe de 9,88 à 10,03 € brut (+1,5%), et le Smic mensuel de 1 498 à 1 521 € sur la base de 35 heures hebdomadaires, (1204 € en net).
Les heures supplémentaires sont exonérées de cotisations salariales et d’impôt sur le revenu jusqu’à 5 000 € net par an.
La CSG baisse de 8,3 % à 6,6 % pour 5 millions de retraités. La mise en œuvre pourrait prendre plusieurs mois et les bénéficiaires seront remboursés rétroactivement.

Timbre postal

Le prix du timbre augmente de 10 % en moyenne.
Le timbre vert passe ainsi de 0,80 € à 0,88 ; le timbre rouge coûte désormais 1,05 € au lieu de 0,95. L’Écopli est vendu 0,86 au lieu de 0,78.

Énergie

Baisse des tarifs réglementés du gaz de près de 2 %.
Le chèque énergie est augmenté de 50 € pour 5,8 millions de ménages pour payer leurs factures d’énergie ou des travaux de rénovation énergétique.

Travail

Le compte personnel de formation est désormais alimenté en euros et plus en heure.

Santé et environnement

Le prix de vente des prothèses auditives est plafonné à 1 300 €. Le remboursement minimum par la Sécurité sociale et les mutuelles passe de 199,71 à 300 €. Pour les enfants jusqu’à 20 ans révolus, ces deux montants sont alignés à 1 400 €.

Permis de conduire

Le délai probatoire est réduit d’un an pour les jeunes conducteurs ayant suivi  une formation « post permis » entre les 6 et 12 premiers mois suivant l’obtention du permis. Pour un conducteur possédant le permis B sans conduite accompagnée, elle sera de  2 ans, et pour ceux ayant réalisé la conduite accompagnée, de 1 an et demi.

Écologie

La prime à la conversion sera doublée pour 20 % des français considérés comme les plus modestes. Elle passe de 2 000 à 4 000 €.

Limitations des promotions

Les promotions sur les produits alimentaires dans la distribution ne peuvent pas excédé 34 % du prix de vente au consommateur. Il s’agit d’essayer de rééquilibrer le rapport de forces entre producteurs et distributeurs et lutter contre la guerre des prix, accusée de tuer les agriculteurs.

Coup de cœur

Le sexe et le coeur

Actualités des familles La Croix