Back Vous êtes ici : Vie pratique

L’aide aux plus faibles, un devoir des AFC

"Une famille ne peut s'épanouir spirituellement que si elle bénéficie de conditions de vie matérielles satisfaisantes".

Les AFC sont agréées par l’État comme association de consommateurs depuis octobre 1987. Cet agrément vient d’être renouvelé pour 5 ans.

Les difficultés de la vie quotidienne des familles relèvent bien sûr de leurs conditions matérielles, mais aussi des rapports contractuels quotidiens qu'elles entretiennent avec les entreprises (énergie, communications électroniques, achats en magasin, e-commerce, etc.). Les problèmes de nature contractuelle peuvent engendrer de réelles difficultés pour les familles mal informées et ne connaissant pas leurs droits.

Cette mission est fondée sur :

  •  le Code de la Famille qui confie aux associations familiales la défense des intérêts matériels des familles (article L.211-1) ;
  • l’Enseignement social de l’Église qui les encourage à agir dans le monde. Les associations de consommateurs sont explicitement citées dans l’encyclique Caritas in Veritate §66

Lire la suite

Projet de loi de modernisation de l’économie : à la recherche du pouvoir d’achat…

 
 
CP de la coordination Projet de modernisation de l'économie dont les AFC font partie

Le projet de loi de modernisation de l’économie présenté en Conseil des ministres le 28 avril 2008 comprend un certain nombre de mesures dont l’objectif serait d’accroître le pouvoir d’achat des consommateurs.

Sur la négociabilité des prix, les associations membres de la Coordination s’interrogent sur l’efficacité de cette mesure : permettra-t-elle réellement de donner plus de pouvoir d’achat aux consommateurs ?

L’aménagement de la durée annuelle des soldes risque d’entretenir la confusion dans l’esprit des consommateurs entre soldes, promotions, rabais, ristournes plutôt que de permettre de réelles affaires. En matière d’urbanisme commercial, il aurait été plus opportun de veiller à assurer une diversité des formes de commerces, dans le cadre d’une réelle concurrence. Le petit commerce, la grande distribution, les hard-discounter : chaque enseigne présente un intérêt pour les consommateurs. L’important serait d’assurer l’existence de lieux de concertation afin que les réalités locales soient appréhendées au mieux. Les associations membres de la Coordination proposent de réguler l’implantation des commerces dans le cadre des schémas d’urbanisme communs afin de prendre en compte les réalités territoriales et de coller, le mieux possible, aux attentes des consommateurs (schéma de cohérence territoriale, plan local d’urbanisme).

Le Livret A ne doit pas devenir un produit d’appel bancaire utilisé par les banques pour attirer de nouveaux clients vers des produits bancaires « classiques », plus rémunérateurs pour elles. L’objectif doit rester la production de logements à des prix abordables, en essayant d’améliorer les volumes financiers accordés au logement social.

Après la promulgation de la loi pour le développement de la concurrence au service des consommateurs du 3 janvier 2008, les membres de la Coordination appelaient de leurs voeux une amélioration sensible de certaines pratiques sectorielles (communications électroniques notamment) et l’instauration d’une véritable action de groupe. Ce projet de loi de modernisation de l’économie se concentre essentiellement sur la négociabilité des tarifs. Le renforcement du pouvoir d’achat des consommateurs ne paraît pas assuré, à quand le projet de loi Châtel 3…

Contact presse : Amélie BACHELET : 01 44 91 88 88 - Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Emmanuel RODRIGUEZ : 06 77 75 45 42 – Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Carole GRIFFON : 01 49 95 36 82 - Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Prenez garde au phishing sur Paypal ou sur Ebay

De plus en plus d'internautes ayant visité ces sites reçoivent des courriels leur demandant des informations apparemment anodines qui inquiètent (soit "nous suspendons votre compte qui ne fonctionne pas" ou "qui est très utilisé"), en proposant un contact. En cas de réponse, de nouvelles questions plus précises pourraient suivre. D'autres courriels demandent explicitement des informations "pour mise à jour". Les variantes sont nombreuses. Paypal, joint par nous, nous a confirmé ces fréquentes tentatives d'arnaques, et conseillé d'être vigilants.

D'autres établissements financiers sont aussi concernés, mais la complexité extrême des sites de Ebay permet difficilement de les joindre pour vérifier (Paypal clients : apparemment, 0821 230 233).

Dans tous les cas, il ne faut jamais répondre –ce qui validerait votre adresse- et ne jamais donner d'informations personnelles par courriel, ou sur un site non sécurisé).

Piscines privées : agir pour éviter les accidents mortels des jeunes enfants

Communiqué de presse

La CNAFC a pris connaissance des travaux récents de la Commission de Sécurité des Consommateurs (CSC) et de l'Institut National de la Consommation (INC) qui montrent que trop de piscines sont dangereuses pour les enfants car non sécurisées, et que trop souvent les alarmes de piscine ne remplissent pas leur rôle.

Elle soutient les demandes de la CSC dans son Avis, pour une évolution des textes afin que soit exclu ce type de produits des protections obligatoires pour les piscines, tant qu’ils n’auront pas apporté la preuve de leur fiabilité ou développé des technologies plus sûres. Cet Avis demande également que soient prises les mesures législatives et réglementaires qui imposeront aux constructeurs ou aux installateurs de livrer leurs bassins avec un dispositif de protection intégré. 

Actualités des familles La Croix