Back Vous êtes ici : Education Vie scolaire et éducation Ecole

Ecole

Parents-école : une juste relation

fils mere parents ecole une juste relation"Les parents sont les premiers et principaux éducateurs de leurs enfants… Mais ils ne sont pas les seuls éducateurs1 : nos enfants viennent de rentrer en classe avec de nouvelles
équipes éducatives. Afin d’établir une juste relation avec les maîtresses, les professeurs et les chefs d’établissement, un investissement dans la vie de l’école est bienvenu.
 
Le choix est large, que l’on soit parent délégué, accompagnant des sorties, catéchiste, membre de l’association des parents ou gestionnaire de la caisse des écoles… Cet engagement dans l’école de nos enfants rend d’abord service à l’école et dynamise son fonctionnement. Il facilite la communication famille-école, crée des relations de confiance mutuelle et montre aux enseignants notre soutien actif. Il permet enfin d’être déjà connu et reconnu et donc de résoudre plus simplement les éventuelles difficultés, qu’il s’agisse d’un désaccord sur une sortie scolaire (théâtre, cinéma, exposition), sur la venue d’un intervenant extérieur, sur une oeuvre à étudier ou sur le choix d’un manuel scolaire.
 
 
1 : Doctrine sociale de l'Eglise
 
 
Article publié dans La Vie des AFC n° 178 - Septembre 2018

Enseignement : respecter la liberté des familles

Fotolia ecoleCommuniqué de presse

Hier, mercredi 21 février, une proposition de loi a été examinée au Sénat, visant à "simplifier et mieux encadrer le régime d'ouverture des établissements privés hors contrat", précise son initiatrice la sénatrice UDI Françoise Gatel.

Un peu plus d'un an après la censure par le Conseil Constitutionnel de l'article 14 de la loi Égalité et Citoyenneté, portée par Najat Vallaud-Belkacem et ayant pour objectif de durcir le régime d'ouverture de ces écoles, une soixantaine de sénateurs se saisissent à nouveau de ce sujet.

Cette proposition de loi, si elle ne prévoit pas cette fois d'autorisation préalable, cherche à prévenir d'éventuelles dérives, notamment de radicalisation religieuse ou philosophique.

Les AFC restent particulièrement attentives cependant à ce que :
- la liberté pédagogique des écoles hors-contrat, qui constitue précisément une raison de leur succès, ne soit pas entravée ;
- la liberté de choix éducative des parents ne soit pas restreinte.

En effet, la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme affirme que "les parents ont, par priorité, le droit de choisir le genre d'éducation à donner à leurs enfants" (Art 26-3).

Pour les Associations Familiales Catholiques, la liberté de choix d'une école - qu'elle soit publique, privée sous contrat ou hors contrat, ou qu'il s'agisse d'une scolarisation à domicile - est pour les parents, premiers et principaux éducateurs de leurs enfants, un droit fondamental qui doit être facilité par l'État et non pas restreint.

Les AFC demeurent plus que jamais vigilantes contre toute atteinte à la liberté scolaire des familles.

Harcèlement scolaire : le déceler et le combattre

Fotolia 123652574 XS10% des jeunes sont harcelés dans le cadre scolaire. Cette question est donc celle d’un peu plus d’une famille sur 10. Les parents découvrent – souvent après un temps relativement long- que leur enfant est isolé, sujet de moqueries, d’intimidations ou de violences physiques quotidiennes à l’école et, de plus en plus, sur les réseaux sociaux.

Pourquoi ?

Leur enfant a souvent, mais pas toujours, une petite particularité physique, vestimentaire ou bien il n’a simplement pas les mêmes codes relationnels ou de comportement que les autres élèves. Les enfants ou les adolescents solitaires qui n’ont pas « leur bande » autour d’eux sont particulièrement à risque.

Est-ce un phénomène nouveau ?

C’est difficile de répondre à cette question, les statistiques et les études manquent. Il est certain que la parole s’est libérée et que cela permet de repérer le phénomène. Néanmoins, on peut supposer qu’une société où les familles sont de plus en plus désunies, où les parents manquent de temps pour le dialogue avec les enfants, où les repères structurant s’effacent alors que la loi du plus fort prévaut, a davantage tendance à sécréter ce mode de violence discriminatoire sournoise parmi les jeunes. Les réseaux sociaux servent alors de caisse d’amplification mais ils n’en sont pas la cause.
Les efforts entrepris depuis 2012 par l’Education nationale pour lever l’omerta sur le harcèlement semblent montrer une amélioration dans les classes de collège.

En tant que parent, que faire ?

D’abord être très attentif à ce que vit son enfant quotidiennement en dialoguant avec lui mais aussi en repérant les éventuels petits signes d’alerte (baisse des résultats scolaires, changement d’humeur, repli sur soi, maux de ventre, troubles du sommeil...).

Si le harcèlement est avéré, l’aider à décrire les actes, les dates , les circonstances ; ce qu’il vit n’est PAS normal et ce n’est pas de sa faute. Il pourra éventuellement être nécessaire de consulter un psychologue. Avec les éléments factuels, rencontrer le CPE et/ ou le chef d’établissement si possible avec le professeur principal. Se faire assister, si besoin, de l’association de parents d’élève. Ecrire un courrier à l’issue de l’entretien reprenant les faits et les actions que l’école va mettre en œuvre tout en prenant date pour faire à nouveau le point au bout de quelques semaines.

Le harcèlement est puni par la loi que ce soit dans ou hors de l’établissement scolaire.

Que font les AFC ?

Nous en parlerons à notre prochain rendez-vous au Ministère de l’Education Nationale pour rappeler l’importance d’investir la langue française non comme un simple outil de communication mais comme la manière de se comprendre et de comprendre l’autre. A travers les textes des grands auteurs, mieux comprendre sa propre intériorité, ses émotions, voire ses contradictions et pouvoir ainsi les apprivoiser en les reconnaissant à son tour et en les nommant. Cela permet de comprendre l’autre dans sa différence et de se servir des mots et non des poings, des railleries ou des injures pour communiquer.

Nous soulignerons aussi l’importance qu’il n’y ait pas de « zones de non éducation » à l’école (cour, couloirs, cantine etc...)
Nous développions déjà ces thématiques dans nos propositions pour les élections de 2017.

Trouver de l'aide

Site du gouvernement : http://www.nonauharcelement.education.gouv.fr/
Un numéro d’appel : 3020
Une association : http://www.e-enfance.org/

Coup de cœur

livre laetitia de calbiac

Actualités des familles La Croix