Back Vous êtes ici : Education Vie scolaire et éducation Eduquer au quotidien

Eduquer au quotidien

Comment parler de la sexualité à un jeune enfant tombé sur des images pornographiques ?

Enfant pornographie sexualitéA 7 ou 8 ans, un enfant n’a pas de représentation de ce qu’est la sexualité. Ces images pornographiques sont violentes. Il peut avoir peur, ressentir de la culpabilité, etc. Il faut espérer qu’il en parle, ce qui est souvent le cas. L’adulte doit lui dire que ces images sont très laides et ne lui plaisent pas non plus. Que la sexualité ce n’est pas cela et que, sur ces images, il s’agit d’acteurs, de films, et non de réalité. Et, surtout, que sa réaction est normale.

Comment  faire ? Les parents peuvent dire qu’ils savent que beaucoup de jeunes regardent des films pornographiques, mais que eux ne sont pas d’accord. Que cela n’est pas la réalité, que le côté technique n’est pas essentiel. Qu’être amoureux c’est rencontrer l’autre. Que la sexualité, c’est un échange, dans un climat propice à l’épanouissement du désir.

Béatrice Copper-Royer, psychologue clinicienne, présidente de l’association e-enfance (famille & Education n°517)

Entretien - Faire émerger le meilleur de la personne

Entretien faire émerger le meilleur

L’éducation intellectuelle, morale ou spirituelle est une chose acquise pour beaucoup de parents, mais ils peuvent être démunis pour ce qui est de l’éducation corporelle. Marie-Gabrielle Ménager et Thibault Lemoine remettent en avant sa juste place dans la transmission.

Lire la suite...

Sensibiliser les élèves au corps, avant la 6e

AFC Cambrai Pérardel webL'AFC de Cambrai propose à des élèves de CM2 une demi-journée de formation à l’éducation du corps.

L’expérience a rencontré un vif succès à l’école Saint-Bernard au mois de juin 2018, lorsqu’est venue Anne-Sixtine Pérardel, conseillère en vie affective et sexuelle. Pour une AFC qui compte 50 familles adhérentes, le projet est d’envergure : il s’agit de proposer pour les filles et les garçons, en plus de l’approche scientifique de l’Éducation nationale, une vision plus humaine de la personne.

Anne-Sixtine Pérardel réunit tous les garçons dans un premier temps, pendant une heure et demie, puis les filles. Son objectif est de leur faire comprendre qu’on parle de leur corps. C’est aussi leur permettre de s’émerveiller devant ses changements, de leur expliquer la finalité et les enjeux des modifications du corps. À l’issue de ces interventions, un point écoute individuel est organisé. Sensibiliser en fin d’année scolaire les classes de CM2 est stratégique : à l’aune de leur passage au collège, une préparation à une meilleure considération du corps était nécessaire.

Le soir, pour toucher des parents, des conférences ont été organisées sur l’éducation affective et sexuelle au XXIe siècle, sur l’accompagnement des enfants vers l’âge adulte. 108 enfants ont été sensibilisés, et l’AFC espère cette année en toucher 130. L’AFC ne veut pas s’arrêter à la seule sphère catholique. L’objectif à l’avenir est de toucher aussi les écoles publiques.

Lire aussi l'article Grandir et Aimer en milieu scolaire (dossier du mois de mars-avril)

Coup de cœur

Le sommeil ami de lhomme

Actualités des familles La Croix