Back Vous êtes ici : Education Vie scolaire et éducation Eduquer au quotidien La chasse aux fournitures scolaires avec les enfants

La chasse aux fournitures scolaires avec les enfants

La liste des fournitures scolaires n’est un plaisir que pour les enfants qui sont ravis de faire leur cartable après deux mois de vacances. S’organiser en amont est la clé pour s’en sortir gagnant économiquement et mentalement.

Fournitures scolaires et supermarchéRien à faire, vous ne pouvez gommer de votre mémoire la sortie en grande surface pour la dernière rentrée scolaire. Vous vous revoyez errer en poussant votre caddie rempli de copies et de cahiers tout format confondu, à la recherche d’un protège cahier couleur taupe ! Les souvenirs des allers-retours oppressants dans l’allée des stylos-effaceur-taille-crayons avec réservoir, des surligneurs et du fameux compas - l’outil le plus proche du biodégradable (on devrait d’ailleurs ajouter la mention « à usage unique » tant on achète de compas dans une vie scolaire) - remontent à la surface. Et à l’ère de l’écologie, que deviendrait l’indémodable rapporteur s’il permettait de le « rapporter » à son utilisation ? Après avoir stoïquement ajouté la calculatrice la plus chère du canton et hésité à compenser sur le nombre de pages du cahier Seyes sans spirale recommandé par le prof d’allemand, il restait à cocher la ligne « chaussettes de piscine »...

Et si on y allait armé cette année ? Les sportifs qui font LA course se préparent. Nous, avec LES courses, on mériterait un entrainement intensif.

Démarrons par nous poser à la maison en faisant l’inventaire « des restes » rangés dans un endroit unique. Y penser l’été, entre deux plages, c’est plus humain.

On pourrait aussi adjoindre à la liste fournie par l’école une colonne pense-bête et cocher « déjà en stock », « à emprunter chez un camarade de la classe supérieure », ou encore « prendre dans ma collection de protège-cahiers transparents en ajoutant une feuille de la couleur demandée » et même « obsolète » depuis le changement de prof.

On ne peut que recommander de profiter des promos pour éviter les ruptures de stock en cours d’année des ineffables cartouches BLEUES (toujours vérifier) et des fameux rouleaux de couvre-livres choisis une fois pour toute pour leur qualité pour faire partie des gagnants.

Malgré une organisation pointue, les choses peuvent mal tourner une fois dans le magasin. Contre toute logique parentale, il existe dans les rayons des petites babioles extrêmement attrayantes exposées – par des adultes sans pitié et probablement sans enfant – à portée de vue et de mains des petitouts qu’on trimballe avec soi car livrés avec la super glue et le scotch repositionnable. Le risque est grand d’être pris en ciseaux d’une part entre le Nième « je veux que tu m’achètes les gommettes et le nouveau cartable Ducobu », et d’autre part le cri de Violette qui s’insurge contre le « choix » de papier buvard qui « n’est pas couleur lilas ! ». Il manque plus que votre enfant de 3 ans se jette par terre en hurlant, et vous vous demandez comment faire face au coup de scanner des parents attroupés en train de vous coller des tonnes d’étiquettes virtuelles sur le front.

Dans le même temps, vous vous souvenez très bien avoir appris lors d’une rencontre de Chantier-Education – ces groupes de paroles qui permettent d’échanger nos expériences de parents - que les petits enfants sont en situation de stress dans les magasins.

Leur cerveau est soumis à une surcharge d’informations : leur regard est confronté aux centaines de milliers d’objets tous donnés à voir du sol au plafond sur des rangées qui n’en finissent pas pendant un temps indéfinissable. C’est donc une véritable agression qu’ils subissent, un vrai gavage ! Il faut y ajouter la montée du désir et la logique du « je désire/je prends » dont ils sont encore dépendants.

Isabelle Filliozat, psychothérapeute, nous rappelle que cette hyperstimulation mériterait d’être accompagnée : Comment muscler leur cerveau ? Comment leur apprendre à faire le tri de ce qu’ils voient ?

Peut-être serait-il sage de concentrer leur attention sur une seule mission : dénicher les fameuses chaussettes de piscine, par exemple…

Ou alors, l’année prochaine, j’échange mon fiston de bientôt 4 ans avec la liste du déjà 7 ans de la voisine. Des moments d’amitié pour les enfants, un peu d’entraide entre parents et deux listes cochées : voilà une équipe de gagnants !

Béatrice, département du Vaucluse (84)

Coup de cœur

Le sommeil ami de lhomme

Actualités des familles La Croix