Les AFC en vidéo

video famille des familles 751x431

Back Vous êtes ici : Education Vie scolaire et éducation Eduquer au quotidien

Eduquer au quotidien

Qu’est ce que le scoutisme apporte à votre enfant ?

illu scout europe

Nous publions ici le témoignage d’un jeune chef qui tire les premiers enseignements de son expérience dans un mouvement scout. Un point de vue original et concret pour mieux connaître le scoutisme et le rôle qu’il peut jouer auprès des enfants et des jeunes, en complément de l’éducation des parents.

Je m’appelle Côme, 16 ans, élève en classe de 1ère, et je suis Chef de Patrouille chez les Scouts d’Europe. À 16 ans, dont 5 ans chez les scouts, je vis ma dernière année chez les éclaireurs Scouts d’Europe, avant de partir vers une autre branche du mouvement.

Au fil de ces années, et de plus en plus en grandissant et en ayant de nouvelles responsabilités vis à vis des plus jeunes, j’ai appris à connaître l’idéal, les valeurs et buts du scoutisme. En regardant ces années passées, j'en tire les premiers enseignements : qu’est-ce que le scoutisme m’apporte, et apporte à tous les autres enfants, jeunes et ados ?

Une question que vous, parents, pouvez aussi vous poser. Voici ma réponse.

Le but et les valeurs du scoutisme

En premier lieu, il faut rappeler le but et les valeurs du scoutisme.

La jeunesse représente l’avenir de notre société et a, par conséquent, besoin d’être formée aux valeurs fondamentales de cette société. Le scoutisme, en plus d’apporter cette formation, veut éduquer le jeune dans sa foi chrétienne.

Les différents mouvements scouts en France proposent aux jeunes de 8 à 20 ans et plus cette éducation, en privilégiant une idée précise : la formation du jeune par le jeune pour le préparer à assumer son avenir, en le responsabilisant et en le confrontant aux situations qu’il vivra plus tard.

D’une manière plus concrète, les principaux buts du scoutisme sont le développement physique, le sens du concret et la formation du caractère, le service du prochain ou encore le sens de Dieu. Chacun de ces buts est important et aucun ne peut être mis en avant ou au contraire relégué par rapport aux autres, chacun est unique et non remplaçable.

Le scoutisme permet au jeune de s’épanouir, de se recentrer sur le principal, à un âge où il se pose des questions existentielles, et se découvre lui-même et les autres.

« Apprenez-nous ce qui fait l’âme grande »

Après 5 années dans l’univers scout, à vivre l’aventure du camp d’été et les activités pendant l’année, j’ai appris beaucoup de choses ; en particulier, comme le dit le chant adressé à Jésus, « Apprenez-nous ce qui fait l’âme grande ». En effet, l’école du scoutisme nous apprend ce qui fait l’âme grande.
Une âme grande de savoirs, d’expériences, mais aussi d’amour, de respect envers son prochain...

Bien que la vie de famille soit également propice à ces apprentissages, le scoutisme apporte un enseignement plein de richesses sur la vie en communauté, le sens des responsabilités (les chefs de patrouille et d’équipage ont charge d’âmes !) ou encore le partage.

Et plus nous grandissons, plus nous apprenons. Je n’ai que quelques mois d'expérience en tant que chef de patrouille (CP), mais déjà je connais mes garçons, j’ai appris à les apprécier avec leurs qualités et leurs défauts et je veux les aider à grandir dans leur foi et dans leur vie de tous les jours (car le devoir du scout commence à la maison).

Tout cela me fait moi-même grandir et apprendre la patience, la prise de décisions, l’autorité « d’une main de fer dans un gant de velours » et encore le pardon et la compréhension.

Apprendre aux jeunes à faire la paix

Enfin, une idée fausse que l’on peut avoir du scoutisme, c’est que « là-bas, c’est l’armée ».

Pas du tout ! Baden Powell, lorsqu’il créa le scoutisme, et bien qu’étant militaire lui-même, n’avait pas cette volonté. « À la fin de ma carrière militaire, je me mis à l’œuvre pour transformer ce qui était un art d’apprendre aux hommes à faire la guerre, en un art d’apprendre aux jeunes à faire la paix ; le scoutisme n’a rien de commun avec les principes militaires. »

Il est nécessaire de dépasser la barrière des « on dit », et d’aller à la rencontre de ces jeunes qui sont à « l’école de la paix », ces jeunes qui sont le devenir de nos sociétés et de continuer cette belle aventure qu’est le scoutisme !

Comme le dit Robert Baden Powell,
« Essayez de quitter ce monde en le laissant un peu meilleur que vous ne l’avez trouvé,
et quand l’heure de la mort arrivera, vous pourrez mourir heureux en pensant que vous avez fait de votre mieux »

La cuisine ou comment passer du temps en famille

Fotolia cuisine avecenfantUne question a été posée aux participants d’un Chantiers-Éducation du Nord de la France : qu'est-ce qui se vit en famille dans votre cuisine ? En compilant quelques réponses, on se rend vite compte que la cuisine est un centre névralgique de la maisonnée, un lieu où passer un temps de qualité avec ses enfants, une chance de recevoir leurs confidences, de nombreuses occasions de transmettre des gestes et des valeurs. Bref, vous vous demander comment vous rendre disponible et passer du bon temps en famille ? Voici quelques éléments de réponses.

Témoignage d’Annick, mère et grand-mère

La cuisine est le lieu privilégié pour se parler sans se regarder, un peu comme dans la voiture d'ailleurs. Quand je cuisinais, mes enfants étaient là, à côté, à dessiner, écouter des cassettes, faire de la pâte à modeler... bref, tout près de moi. Ils avaient besoin de cette proximité, de cette relation... et c’est plus facile de se confier pendant que maman épluche, cuisine, lave la vaisselle...

Mais la cuisine c’est aussi le lieu qui rassemble, grâce aux repas quotidiens. La salle à manger est utilisée principalement le dimanche midi ou pour des occasions festives, ou quand nous sommes trop nombreux pour manger dans la cuisine...

Se rassembler aux repas fait partie des bons moments, bruyant certes, mais c'est l'unité de la famille qui se construit à travers ses 3 rendez-vous quotidiens. C’est un lieu et un moment où l’on apprend les règles de respect de l'autre : attendre que le dernier soit servi pour commencer à manger, servir de l'eau aux autres avant de se servir soi, se servir dans les plats raisonnablement pour que tous aient en quantité égale, s'écouter, partager sa journée, ses projets, ses idées...

Pour que chaque repas soit un bon moment en famille, l'idéal est de faire un bon plat, ou un bon dessert régulièrement... au diable les kilos ! Le chemin du cœur passe aussi par l'estomac !

Témoignage de Marina, mère de 4 enfants de 9 à 17 ans

Cette question m’a fait sourire, vu la taille de ma cuisine ! Une grande pièce qui est le cœur de notre maison et de notre vie de famille, mais pas forcément pour les préparations de repas car j’ai horreur de cuisiner !

C’est donc la pièce principale chez nous : les principaux moments où nous sommes tous les 6 se passent là ! La plupart du temps ma fille de 17 ans passe ses weekends enfermée dans sa chambre et ne descend que pour les repas !! Si on doit discuter avec elle, c’est en privé dans sa chambre car elle a horreur de parler devant les petits !

Pour les trois autres, les devoirs, les remontrances, les engueulades se font dans la cuisine ! On y vit aussi énormément de bons moments, surtout lors des repas avec les amis qui peuvent s’y tenir vu la taille de la pièce !

Témoignage de Stéphanie, mère de 3 enfants de 1 à 6 an

La cuisine est à la fois le cœur de la maison mais aussi du foyer. C'est la pièce où nous passons le plus de temps en famille ! Pendant que je cuisine ou que je fais la vaisselle, les enfants sont avec moi et jouent (pâte à modeler, dessin...), on peut même se demander parfois à quoi sert la salle de jeux, la cuisine en est devenue une annexe !
C'est aussi dans la cuisine que j'organise les "activités manuelles" salissantes avec les enfants : préparation d'un gâteau, peinture, Sablimage, etc.... l'occasion d'un tête à tête avec un enfant en particulier, chacun son tour ou parfois tous ensemble.
Quand les enfants ont besoin de me parler (ou qu’ils se sont disputés et arrivent en larmes...) ils savent où me trouver, idem pour Julien, mon mari, quand il rentre du travail.

Nous prenons tous nos repas dans la cuisine, c'est à la fois l'occasion de passer un bon moment ensemble, d'apprendre.... (Comment tenir ses couverts, mettre une serviette.... Bref les bases !), et de confier des petites missions qui renforcent la confiance en soi de mes petits (ranger leur assiette/couverts/verre dans le lave-vaisselle, apporter un "plat qui casse" à table). C'est aussi l'occasion pour chacun de raconter sa journée, de communiquer, de se poser et de faire attention aux autres, par exemple les grands frères s'extasient devant leur petite sœur de 15 mois qui parvient à tenir sa cuillère toute seule.

Les repas festifs se prennent dans la salle à manger mais il n'est pas rare, quand nous recevons de la famille ou des amis proches, de manger dans la cuisine afin que je puisse participer aux conversations et en général tout le monde met la main à la pâte pour gérer le repas ! C'est un peu la conséquence de la "mode" des cuisines ouvertes, cela renforce la convivialité et les échanges.

Retrouvez également notre dossier sur la cuisine en famille

Apprendre à donner

fête des pèresQuand on a annoncé à tante Prudence - qui n'avait jamais eu d'enfant - qu'elle avait enfin une place dans une maison de retraite, je suis venue l'aider à trier ses affaires avant qu'elle ne quitte définitivement son appartement.
Je me souviendrai toujours de son immense armoire auvergnate qui trônait dans l’entrée. Elle était remplie de petits et grands trésors accumulés depuis des lustres et qui retraçaient l'histoire de toute une vie.

Chaque étagère indiquait son contenu par une minuscule étiquette comblée d'une écriture fine et pointue à l'encre noire à demi effacée. Ainsi, tout en bas, la soigneuse calligraphie tremblotante résumait : « Petits cadeaux à offrir pour les petites occasions ».
Au-dessus, de la même plume appliquée, on lisait « Beaux cadeaux à offrir pour les naissances, les baptêmes, les fêtes ».
Sur l'étagère du milieu, à portée de main, on déchiffrait aisément les pleins et déliés dessinées avec délicatesse : « Très beaux cadeaux à offrir pour les mariages ».
Et tout en haut, je reconnu le même perfectionnisme : « Trop beaux cadeaux : à ne jamais donner !!!! »... Pour une très vieille dame sans héritier, qui ne montait plus sur les escabeaux depuis bien longtemps et qui avait bien perdu 30cm de sa belle stature, oh ! Combien c'était compréhensible !

Cette armoire à cadeaux à fait surgir en moi plein de questions ! Moi qui ai des enfants à élever, comment je construis l’armoire à cadeaux de chacun d’entre eux ? Est-ce que j'éveille leur cœur à la vie qui se fête autour d'eux ? Est-ce que j'aiguise leur volonté, leur intelligence à se donner les moyens de concrétiser leur solidarité ? Comment ouvrir les verrous de l’inépuisable et inconditionnelle générosité dont chaque cœur humain est capable ? Qu’est ce qui empêche de nous hisser tout en haut de l'armoire ?

En attendant de trouver les réponses, j'ai gardé l'idée : entreposer des cadeaux d'avance, ça permet de gagner du temps et de s'habiller le cœur !

Béatrice, Chantier-Éducation du Vaucluse

Coup de cœur

livre laetitia de calbiac

Actualités des familles La Croix