Les AFC en vidéo

video famille des familles 751x431

Back Vous êtes ici : Education Vie scolaire et éducation Eduquer au quotidien

Eduquer au quotidien

[Témoignage] Harcèlement à l’école

Fotolia 89372195 XSL’école, c’est « ce lieu clos - utopie - construite pour accueillir élèves et moyens de la formation, se veut sécurisé, juste (grâce à un système) de sanctions et de récompenses ; et où l’on veut des égaux (classe d’âge). pour croître dans la paix » nous rappelle le philosophe Jean-Noël Dumont.

Tu parles ! Dans ce lieu utopique, 10 % des enfants sont victimes de harcèlement ! Ces chiffres ne cessent d’augmenter, de quoi préoccuper parents et enseignants ; même les médias s’emparent du sujet. Chouette ! Si on s’en préoccupe aujourd’hui, demain on s’en occupe !

Mais qu’est-ce que le harcèlement ?

Selon la revue de l’APEL, en 2016: « Il s’agit d’une action qui se répète régulièrement (pas forcément tous les jours), où les forces sont inégalement réparties (un individu face à un groupe, un costaud face à un plus chétif...) imposant un rapport dominant-dominé, le tout accompagné d’une volonté délibérée de nuire. Les jeunes qui vivent de réelles situations de harcèlement sont enfermés dans une relation d’emprise, sans échappatoire possible. »

Quand j’ai enfin appris – 6 mois d’enfermement, de silence, de honte - que ma fille, petite nouvelle en 6ème, a connu une situation semblable, parce qu’elle ne s’habillait pas « comme il faut », mon sang n’a fait qu’un tour ! Je me suis précipitée sur la jolie petite collégienne à couettes qui multipliait dérisions et insultes.

Attention aux réactions impulsives

En 3, 4 questions j’ai repéré son point faible - la peur du quand dira-t-on - et la question a été réglée sur le champ quand j’ai lu dans son regard la réponse à ma proposition : « serais-tu d’accord pour que je répète à toutes les personnes de l’école que ce tu dis à ma fille vient bien de toi ? »

Avec le recul, j’ai regretté ma réaction !

Ça aurait pu ne pas fonctionner du tout, ce qui aurait augmenté l’angoisse de mon enfant et la mienne ! Imaginez donc ! « Mes propres parents sont impuissants pour arrêter ça ! » Et dans mon cas, j’ai perdu une amie parce que cette petite diablesse était la fille...d’une très bonne copine !

J’en ai tiré les conclusions suivantes.

Il aurait été plus sage de tenir compte :

1 - de mon état émotionnel,
2 - du personnel encadrant de l’école, concerné au premier chef par ces attitudes qui se doit de développer les compétences ad hoc pour le combattre,
3 - du fait qu’on se trouve, en fait, face à deux victimes ; on oublie un peu trop facilement que le « bourreau » agit ainsi en raison de problèmes qui peuvent être graves, qu’il ne parvient pas à surmonter !

Donc patience ! La situation demande un peu de temps, beaucoup de maitrise de soi, énormément de compassion !

Des pistes pour avancer

Toutefois quelques pistes peuvent vous aider, vous parents, pour prévenir et guérir chez vos enfants les méfaits du harcèlement. Des pistes qu’on découvre en Chantier-Éducation d’ailleurs, vous savez ces groupes de partage entre parents !

1. Instaurer un climat d’écoute entre vous et vos enfants : les petits enfants doivent tout pouvoir vous dire et en tant que parents je dois tout pouvoir entendre. Je prête mes deux oreilles et je donne du temps !
2. Enseigner l’horreur du mensonge : ennemi n°1 de la confiance.
3. Construire la relation aux autres : créer des amitiés, des liens avec d’autres adultes aussi (grands-parents...)
4. Etablir de bonnes communications, à commencer par le communication non-verbale : regarder dans les yeux, bien campé sur ses pieds ; mettre des mots sur ses émotions, les partager... Apprendre à dire des oui fermes, des non résolus.
5. Cultiver son assurance et son estime de soi : toute vie est sacrée. Repérer les qualités de ses enfants, les encourager en leur confiant des responsabilités.
6. Apprendre l’autonomie, la culture du jardin secret : elles permettent de faire grandir la confiance et le respect mutuel. Elles développent un esprit d’indépendance, d’une juste distance par rapport aux autres, utile notamment en cas de relation pesante, voire nuisible.
7. Acquérir une vision positive de la vie : savourer consciemment ce qui est donné de beau à voir, à entendre, à goûter chaque jour....
8. Relativiser ce qui ressemble à une forme de toute-puissance de son adversaire. Se dire : j’ai affaire à des personnes dans l’épreuve, blessées, malades.
9. Garder sa place et discerner avec prudence : l’empathie n’est pas la prise en charge ; la peur et la honte n’est pas le refus de l’influence ; ne pas refuser la responsabilité des actes et des paroles à leur auteur.
10. Enfin expliquer la racine du mal : l’enfant qui harcèle est enfermé dans un cercle vicieux : il dépend de sa victime pour jouir de façon illusoire en ce qu’il croit être sa force.

Et si nous allions jusqu’au bout ? A lui aussi, donnons de bonnes raisons d’aimer sa propre vie !

Béatrice, Chantier-Éducation du Vaucluse, maman d’une petite fille qui « ne s’habillait pas comme il faut » avec le site PetitPouce.fr

Voir aussi l'article Harcèlement scolaire : le déceler et le combattre

Comment favoriser le sommeil de nos enfants ?

Fotolia Sommeil bebeLes troubles du sommeil chez l’enfant rejaillissent sur toute la vie familiale, comment en sortir, pour le bien-être de nos enfants aujourd’hui et pour leur future vie d’adulte ?

Des enfants qui nous réveillent une, deux, trois fois par nuit, voire plus, et c’est tout l’équilibre familial qui en pâtit : fatigue, irritabilité, manque de patience... Alors, comment faire pour que nos petits (ou plus grands) fassent enfin leurs nuits et trouvent un sommeil apaisé ?

Alice attend son troisième enfant avec une certaine angoisse : son aînée de 5 ans la réveille régulièrement 4, 5 fois par nuits, avec en plus les réveils d’un nourrisson, comment va t’elle tenir le coup ? Elle a déjà essayé bien des solutions, psy, ostéopathe, huiles essentielles... Mais chaque soir revient cette angoisse de savoir comment la nuit va se passer, angoisse décuplée par la fatigue emmagasinée.

Pour le tout-petit, ce n’est que vers trois mois qu’il peut (enfin !) rester 6-8 heures sans manger. Alors jusque-là patience ! S’il nous réveille c’est qu’il a très certainement faim. Pour ne pas trop souffrir alors du manque de sommeil, le co-dodo peut nous aider en cas d’allaitement : pour ma quatrième, j’avais trouvé cette technique qui me permettait de me rendormir presqu’instantanément après l’avoir remise au sein (attention à ne pas l’écraser !).
Très vite, pour aider l’enfant à entrer dans le sommeil, il est bon de suivre un « rituel du coucher » à inventer dans chaque famille (lecture, câlin...) mais comme son nom l’indique, avec une régularité (dans les horaires, dans la manière de faire...) qui va être contenante, qui va répondre à son besoin de sécurité et va permettre à l’enfant de se laisser aller apaisé dans le sommeil.

« L’enfant se réveille la nuit, c’est normal, et cela intervient à chaque changement de cycle.(...) Ce qui n’est pas normal, c’est que l’enfant ne sache pas se rendormir tout seul »(Dr Challamel).

Alors quand il se réveille, je n’hésite pas à le laisser pleurer une dizaine de minutes, pour lui laisser le temps d’apprendre de lui-même à se rendormir. Entre un et deux ans, dans la période des « terreurs nocturnes », je vais juste le rassurer, lui dire que je suis là, et le laisse après se rendormir tout seul. Et, pour Arthur pour qui les cauchemars durent plus longtemps, il nous a fallu être plus inventifs : la boîte à cauchemars a fait son apparition dans le rituel, nous avons fait une entorse à nos principes et avons cédé pour une veilleuse, et surtout, avons discuté beaucoup plus avec lui sur ce qui le préoccupait, les copains d’école un peu violents, la maîtresse absente, le futur bébé qui arrivait dans la famille...

Et pourquoi vouloir favoriser le sommeil de notre enfant ? Il représente 1/3 de notre vie, il est vital pour notre santé comme pour notre équilibre psycho-affectif. Pendant notre sommeil, le corps se restaure, se défend contre les microbes, c’est le moment où le cerveau se développe : il digère les évènements de la journée, évacue la tension nerveuse et la mémoire s’y consolide.

Alors, allons-y, cela vaut le coup d’apprendre à nos enfants à bien dormir ! Et pour cela si nous commencions par nous reposer nous-mêmes !

Écrit par Claire, maman des Chantiers-Education de Corrèze

Ma fille a rayé la voiture du voisin

garcon qui lance des pierres« Ma fille de 4 ans a rayé la voiture des voisins ».

Dans la vie d'une famille, et malgré toute l'énergie que nous déployons à éduquer nos enfants, il n'est pas rare de se retrouver dans ce genre de situation embarrassante : une vitre cassée, une voiture rayée, de la peinture sur la façade du voisin.... et plus tard, à un autre âge, une fête d'anniversaire qui dégénère, des amis turbulents... Bref voilà qu'il nous faut répondre des bêtises plus ou moins grosses de nos chères têtes blondes !

Pour nos chers petits, les « loisirs créatifs » n’ont pas de limite, même s’ils vont jusqu’à la dégradation des biens d’autrui. Dans ce cas, inutile de vous leurrer : vous êtes responsable des actes commis par vos enfants mineurs, dixit le Code civil art. 1242 .

Mais rassurez-vous immédiatement en vous reportant aux clauses de votre contrat d’habitation qui, généralement, prévoit la prise en charge de la responsabilité civile. Ce sera donc à votre assureur de payer le montant de l’indemnisation et ce « quelles que soient la nature et la gravité de la faute ».

« Mon voisin n’a rien vu »

Il revient à la victime de prouver l’origine du dommage. Faute de preuve établie avec certitude, juridiquement, c’est vrai, vous ne craignez rien. Mais vos relations de voisinage (entretenues avec tant de zèle) risquent d’en prendre un coup si la probabilité que votre fille a rayé la voiture du voisin n’est pas démentie.

Puisque vous êtes en position de force, et dans la mesure où les conditions d’un dialogue apaisé sont réunies, privilégiez celui-ci et trouvez un accord. Vous aurez la conscience en paix !

Coup de cœur

livre laetitia de calbiac

Actualités des familles La Croix