Back Vous êtes ici : Politique Politique et famille Familles & Europe / FAFCE

Europe

FAFCE : communiqué concernant le rapport Panzeri

FACFE-HDLa Fédération des Associations familiales catholiques a publié un communiqué concernant le rapport Panzeri, également intitulé Rapport annuel sur les droits de l'homme et la démocratie dans le monde en 2013 et la politique de l'Union européenne en la matière

Rapport Panzeri : Violation de la subsidiarité, critique de référendums nationaux & promotion du « mariage pour tous » au Parlement européen.

Dans une semaine le Parlement européen sera réuni à Strasbourg pour sa session plénière de mars. Il votera sur le Rapport annuel sur les droits de l'homme et la démocratie dans le monde en 2013 et la politique de l'Union européenne en la matière présenté par l'eurodéputé italien Pier Antonio Panzeri, du Groupe des Socialistes et Démocrates, un rapport très contradictoire pour ce qui concerne la subsidiarité et la démocratie.

Ce rapport contient beaucoup de points positifs, tels que la protection de la liberté de pensée, de conscience et de religion. Néanmoins, le rapport dépasse aussi les compétences de l'UE et viole le principe de subsidiarité puisqu'il critique des référendums nationaux en plusieurs Etats membres de l'UE, notamment la Croatie et la Slovaquie, et la législation nationale en Lituanie (par. 165). Un criticisme qui viole à la fois le mandat des institutions européennes et celui de la Commission du Parlement européen pour les Affaires étrangères...

Le rapport « encourage les institutions de l'Union et les États membres à contribuer davantage à la réflexion sur la reconnaissance du mariage homosexuel ou de l'union civile homosexuel » (par. 162), en dépit du fait que l'UE ne soit pas compétente sur cette question sensible.

Sur un autre régistre très sensible, la FAFCE a déjà attiré l'attention sur l'article 136 du rapport qui promeut un « droit à l'avortement ». Plus de 65 000 citoyens ont déjà exprimé leur opposition à ce paragraphe à travers une pétition qui demande à l'UE de ne pas soutenir l'avortement qui relève uniquement de la compétence nationale des Etats-membres.

Ces paragraphes rendent le rapport très contradictoire, étant donné que le texte demande aussi « à l'Union européenne de respecter, de promouvoir et de défendre les principes de l'appropriation démocratique » et « la participation de la société civile et de la transparence de l'aide au développement » dans les Pays tiers (par. 6), et critique les referendums démocratiques et la légitime expression de citoyens à l'intérieur de l'UE même. Des sujets par ailleurs très sensibles dans des pays qui ont souffert de décennies de régimes antidémocratiques.

La FAFCE demande aux Membres du Parlement européen d'être cohérents et de respecter le principe de Subsidiarité et l'expression populaire des citoyens des Etats Membres, notamment en retirant les paragraphes suivants :

136 – droit à l'avortement
162 -promotion du mariage pour personnes du même sexe ;
165 critique des référendums et législation d'Etats membres.

 

Tarabella : la FAFCE veut défendre la dignité humaine en Europe

femme-enceinteLe 10 décembre 2013, le rapport Estrela sur « La santé et les droits sexuels et génésiques » était présenté au Parlement Européen.

Ce rapport, à l'origine destiné à améliorer la santé et la sécurité des femmes enceintes, jeunes accouchées, ou allaitantes au travail, voulait, au nom de l'égalité homme-femme, ériger comme norme un droit à l'avortement. Il faisait également la promotion de l'accès à la contraception et aux services d'avortement sûr et légal, de l'accès à l'information et à l'éducation à la sexualité pour les jeunes...

Suite à une forte mobilisation des citoyens et des associations, le Parlement européen avait rejeté le rapport Estrela et adopté une résolution qui réaffirme clairement le principe de subsidiarité que «la définition et la mise en œuvre des politiques relatives [à ce sujet] relèvent de la compétence des États membres».

Cependant, l'eurodéputé belge Marc Tarabella, conteste actuellement le principe de subsidiarité en ce qui concerne la santé et les droits sexuels et génésiques (SDSG) en faisant la promotion d'un des principaux points du rapport Estrela, à savoir un «droit à l'avortement».

M. Tarabella tente de convaincre le Parlement européen d'accepter la disposition suivante: « Le Parlement européen (...) insiste sur le fait que les femmes doivent avoir le contrôle de leurs droits sexuels et reproductifs, notamment grâce à un accès aisé à la contraception et à l'avortement; (...) ».

L'action de M. Tarabella est incohérente avec la résolution récemment adoptée par le Parlement européen, affirmant qu'il n'y a pas de compétence de l'UE sur la question de l'avortement. Néanmoins, au cours des réunions de la Commission sur les droits de la femme et l'égalité des genres du Parlement européen, il a déclaré sa détermination à promouvoir un «droit à l'avortement». Il est donc nécessaire de réaffirmer ce que le Parlement européen a déclaré le 10 Décembre 2013.

La FAFCE (Fédération des Associations Familiales en Europe) a lancé la pétition "Ne laissons pas Tarabella relancer Estrela!" et invite les citoyens en Europe qui souhaitent défendre la dignité humaine et le principe de subsidiarité à signer cette pétition.

 

La famille est source d'espérance dit le Pape au Parlement européen

parlement-strasbourgLe Pape François s'est adressé au Parlement européen à Strasbourg, le mercredi 25 Novembre, au cours de la séance plénière. Son intervention a été accueillie par des acclamations enthousiastes au sein de l'hémicycle.

A travers son discours il a souhaité s'adresser à tous les citoyens de l'Union européenne « un message d'espérance et d'encouragement ». Rappelant l'esprit des pères fondateurs de l'Europe, le Saint Père a souligné que « au centre de cet ambitieux projet politique il y avait la confiance en l'homme, non pas tant comme citoyen, ni comme sujet économique, mais en l'homme comme personne dotée d'une dignité transcendante ».

« La famille unie, féconde et indissoluble porte avec elle les éléments fondamentaux pour donner espérance à l'avenir. » Le Pape François a souligné plusieurs points importants au sujet du rôle de la famille, disant que « Donner espérance à l'Europe ne signifie pas seulement reconnaître la centralité de la personne humaine, mais implique aussi d'en favoriser les capacités. Il s'agit donc d'y investir ainsi que dans les domaines où ses talents se forment et portent du fruit. Le premier domaine est surement celui de l'éducation, à partir de la famille, cellule fondamentale et élément précieux de toute société. »

Il a également constaté que sans la solidité que représente cette cellule de base pour la société « on finit par construire sur le sable, avec de graves conséquences sociales », rappelant que « souligner l'importance de la famille non seulement aide à donner des perspectives et l'espérance aux nouvelles générations, mais aussi aux nombreuses personnes âgées, souvent contraintes à vivre dans des conditions de solitude et d'abandon parce qu'il n'y a plus la chaleur d'un foyer familial en mesure de les accompagner et de les soutenir. »


Lire la suite de l'intervention sur le site de la FAFCE

Conférence

affiche conf chretiens et politique 2018 05 24

 

 

Actualités des familles La Croix