Les AFC en vidéo

video famille des familles 751x431

Back Vous êtes ici : Politique Politique et famille Vie familiale et professionnelle Congé parental et IVG au cœur de la loi sur l’égalité femme-homme

Congé parental et IVG au cœur de la loi sur l’égalité femme-homme

Hier, mercredi 23 juillet, les parlementaires ont adopté la loi sur l'égalité femme-homme.

Parmi les points novateurs, la réforme du congé parental n'est pas sans soulever de sérieuses questions et semble loin de faire l'unanimité. Une enquête IPSOS / UNAF (Union Nationale des Associations Familiales) « Les pères et le congé parental » (septembre 2013) révélait déjà que les pères sont loin d'y être favorables. Majoritairement, les pères affirment le bénéfice, et même le besoin, pour la mère de ce temps pour récupérer psychologiquement et physiologiquement de l'accouchement et apporter les soins à l'enfant. Ils appréhendent par ailleurs le risque, réel, de précariser les revenus familiaux, notamment quand ceux-ci sont déjà modestes. De plus, cette réforme augmente le problème des modes de garde, car « comment trouver un assistant maternel ou une crèche pour 6 mois, entre la fin de l'indemnisation et l'entrée en maternelle ? », souligne l'enquête.

En revanche les pères auraient été favorables à un congé parental fractionné, qu'ils auraient alors pu prendre plus tard, à un moment où ils se sentent davantage à leur place et mission de père. Une proposition que les AFC soutiennent depuis plusieurs années déjà, permettant aux parents d'être présents aux différents âges de l'enfant (par exemple, outre à la naissance, à l'adolescence).

Cette réforme, ni adaptée ni souhaitée par les principaux concernés, illustre un problème de méthode de la part du Gouvernement donne l'impression avec cette loi de passer en force ou, en tout cas, de ne pas répondre aux attentes des pères et des mères. Les pères invoquent leur paternité comme complémentarité à la maternité : l'égalité n'est pas l'indifférenciation, contrairement à ce que semble en exprimer la loi qui vient d'être adoptée. « La garde partagée n'est pas une question de parité homme-femme mais une affaire familiale », avait déclaré Madame Bertinotti en septembre 2013. N'en est-il pas de même pour le congé parental ?

Par ailleurs, la loi sur l'égalité entre les femmes et les hommes modifie substantiellement la législation sur l'Interruption Volontaire de Grossesse (IVG) en faisant de cet acte un « droit » à part entière et non plus seulement un recours « en cas de détresse ».

Une telle loi accroît la banalisation de l'IVG, la solitude et la souffrance des femmes qui y sont confrontées et vient encore saper les nécessaires solidarités familiales, sociales qui devraient venir les entourer dans une telle situation. Le Gouvernement a-t-il pris soin de consulter et d'entendre toutes les parties, à commencer par les femmes elles-mêmes, y compris celles qui ont avorté ?

Les AFC s'indignent d'une loi qui fait un pas supplémentaire vers une société où rien n'est fait pour protéger les plus faibles d'entre nous que sont les enfants à naître et où les adultes considèrent la vie humaine de la génération suivante en fonction de leurs désirs.

Elles poursuivent sans relâche leurs actions de terrain, notamment dans le domaine de l'éducation relationnelle, affective et sexuelle.

Formation Enfants

formation grandir et aimer vertical 218x308

Coup de cœur

livre laetitia de calbiac

Actualités des familles La Croix