Back Vous êtes ici : Politique

Actualités Politique

Ensemble pour l’Europe – un appel final pour "une Europe de la Fraternité"

Samedi 16 mai un millier de personnes étaient réunies à la Mutualité à Paris pour le rassemblement « Ensemble pour l'Europe » organisé par vingt-cinq communautés chrétiennes et mouvements, dont les AFC.
Ensemble ils ont exprimé leur attachement à une Europe orientée vers la fraternité, notamment dans un appel final qui invite à construire la paix : « Citoyens européens, nous voulons faire entendre notre voix et participer à la construction d'une Europe solidaire avec les plus pauvres et ouverte sur le monde. Nous croyons que cette Europe de fraternité est une réponse aux défis de notre temps. »

Journée internationale de la famille - Communiqué de presse de la FAFCE

Berlin, le 15 mai 2009
A l'occasion de la journée internationale de la famille, la présidente de la Fédération Européenne des Associations Familiales Catholiques (FAFCE), Elisabeth Bussmann, a, dans une déclaration relative àla politique européenne, rappelé que l'Europe doit encore être mieux acceptée par les familles. Elle pourra l'être en affermissant son unité et en devenant plus concrète. [...]

Alors même que l'Union européenne n'aura pas à l'avenir de compétences particulières en matière de politique familiale, les décisions européennes ont déjà aujourd'hui une influence indirecte considérable sur les conditions de vie des familles. « Pour une vie de famille équilibrée, les familles ont à la foisbesoin de moyens financiers, de temps et de services qui leur sont adaptés. » C'est pourquoi,pendant la législation à venir, les directives européennes sur le temps de travail, sur la protection et le congé de maternité ainsi que celles concernant la TVA constitueront des sujets importants pour les familles. Si les associations familiales catholiques en Europe soutiennent la protection du dimanche non-travaillé à travers l'Europe c'est qu'elles désirent sauvegarder un héritage culturel important afin de garantir ce temps libre partagé par les enfants et leurs parents une fois par semaine. Et si elles appellent à une réduction de la TVA sur les produits pour enfants, c'est pour alléger les budgets des familles.

Alors que l'intégration européenne s'intensifie, il devient de plus en plus important de mieux distinguer les compétences propres aux différents échelons politiques en s'appuyant sur le principe de la subsidiarité. « On ne peut pas accepter que les efforts pour des normes européennes en matière de congé de maternité et protection de la mère remettent en cause les réglementations nationales les plus favorables déjà existantes » explique Madame Bussmann. Il convient également d'insister sur la responsabilité des collectivités régionales et municipales en matière de services rendus aux familles(gardes d'enfants, structure d'accueil des personnes âgées...), en particulier au regard du renforcement des services de proximité aux familles.

L'européanisation des politiques familiales comprend bien plus que les seuls aspects sociaux, en effetles aspects politiques sont également concernés.
Les associations familiales dénoncent la tendance qui consiste à considérer les familles uniquement dans une perspective « fonctionnelle » et à comprendre la conciliation entre vie professionnelle et vie familiale comme un simple indicateur à une époque marquée par des interrogations sur la démographie. On perd ainsi de vue le rôle des familles dans la solidarité intergénérationnelle et par là le soutien dont elles ont besoin. « Nous nous félicitons de ce que les droits fondamentaux soient respectés et protégés en Europe. Néanmoins, nous souhaitons attirer l'attention sur le fait que certaines tentatives de réduire des facteurs de discrimination peuvent avoir un impact dévastateur pour les familles. Il faudrait, au contraire, tendre vers la prise en compte des familles comme étant la richesse de l'Europe et éviter les visions pragmatiques de court terme qui réduisent le rôle fondamental de la famille dans la société ». Bien plus, la famille fondée sur le mariage représente une valeur sûre qui garantit une stabilité durable à la société, eu égard notamment au pluralisme desformes de vie commune actuel. Au-delà des discours solennels, il y a un besoin concret et réel d'action : « Les initiatives parlementaires qui réussiront à combattre la pauvreté et l'exclusion sociale afin de réduire la pauvreté des enfants et des familles seront la preuve d'une politique européenne crédible. »

Elections européennes : La Conférence des Evêques de France encourage les Français à s’informer et à voter

Dans une déclaration publiée fin avril la Conférence des Evêques de France (CEF) rappelle que « voter est toujours un devoir pour le citoyen mais, pour ne pas se tromper d'enjeu, cela nécessite une information sérieuse ». Les évêques soulignent que l'enjeu des élections est de "promouvoir la paix", "développer la solidarité" et "changer les modes de vie".

Promouvoir la Paix : La CEF soulève la question de la crise financière et son issue en rappelant que « Depuis plus de cinquante ans, le développement de l'Union européenne a été un facteur de paix et de prospérité ». Elle prône que l'issue de la crise « ne peut se trouver que dans la concertation et dans une plus grande solidarité, compte tenu de l'imbrication de plus en plus forte de nos économies", plutôt que dans les "tentations de repli sur les particularismes nationaux ou régionaux".

Développer la solidarité : Les évêques mettent en avant le respect de la dignité de tout homme en lien avec la solidarité dans la situation actuelle de crise financière : « Derrière la crise financière se profile aussi une crise de société. Une société individualiste creuse l'écart entre riches et pauvres et accentue l'exclusion des plus faibles. La solidarité doit s'exprimer dans un modèle social qui respect pleinement la dignité de tout homme, en particulier le plus faible, dans chaque pays comme au sein de l'Union. L'homme n'est pas seulement un consommateur ou un producteur mais il porte aussi des valeurs sociale, familiales, culturelles et spirituelles ». Ils rappellent également la notion de partage en disant que « nous ne pouvons pas réclamer uniquement la solidarité pour nous-mêmes ou la limiter aux frontières de l'Union. Elle doit aussi se concrétiser dans l'action extérieure de l'Europe, dans sa politique de développement, des migrations et de l'environnement ».

Changer nos modes de vie : La CEF rappelle également qu'un « tel modèle de société ne se fera pas spontanément et aucun Etat ne peut le faire seul.(...) Aujourd'hui plus que jamais, il est important que la France envoie au Parlement européen des femmes et des hommes de conviction qui s'engagent à y défendre le respect de tout homme et de tout l'homme ».

Elections européennes - l'UNAF se joint à la COFACE pour interpeller les candidats

« La politique européenne a une influence directe sur la vie quotidienne et l'avenir des familles. » dit l'UNAF dans un communiqué de presse en vue des élections européennes. Elle s'associe à la COFACE, qui a publié un mémorandum en 15 points sur les sujets qui concernent les familles en Europe, pour recueillir les positions des partis et des candidats français et leur rappeler les sujets européens d'intérêt familial et de les questionner sur leurs engagements.

Les retours seront publiés sur un site dédié www.familles2009.fr pour aider à éclairer le choix des familles en vue des élections début juin.

Elections européennes : La CNAFC interroge les partis politiques

A l' approche des élections européennes , la CNAFC a adressé un courrier aux responsables des partis politiques français qui présentent des candidats à cette échéance électorale. C'est l'occasion d'interroger les candidats sur un certain nombre de sujets-clés et de rappeler que la vision chrétienne de l'homme offre des perspectives d'épanouissement des personnes qui justifient sa promotion et sa mise en œuvre dans la construction institutionnelle de l'Europe.

Liste thématique des questions abordées par la CNAFC
  • Le principe de subsidiarité et la politique familiale

    - La politique familiale doit rester une compétence des Etats membres de l'Union Européenne : elle est à chaque fois le fruit d'une histoire particulière, liée à son modèle social propre et une garantie de prise en compte adaptée des besoins des citoyens de chaque Etat-membre.

    - La politique familiale recouvre non seulement les dispositions fiscales et sociales pour assurer le développement de la famille mais aussi l'ensemble des composantes du droit de la famille (mariage, divorce...), celles des codes de la santé se rapportant à la procréation et de manière générale l'ensemble des dispositions de bioéthique et, enfin, tout ce qui spécifie en matière d'éducation les droits et devoirs des parents à l'égard de leurs enfants et du système scolaire.

    - Nous serons particulièrement attentifs aux interprétations à venir de la Charte des Droits fondamentaux. Ces décisions ne doivent pas entraîner de modification de l'équilibre actuel et obliger certains Etats à modifier leur législation, par exemple en matière de droit de la famille. L'existence de différences dans le droit des personnes dans les Etats-membres ne justifie pas que la famille relève des compétences de l'Union

  • La démographie et le rôle de la famille dans la société

    - La démographie est un facteur prépondérant dans le débat social européen. Or, la l'avenir démographique repose sur la famille, fondée sur le mariage d'un homme et d'une femme, lieu de vie naturel pour chacun. Quelle définition donnez-vous de la famille et son rôle dans la société ?

    - Comment comptez-vous valoriser l'apport des familles à la société dans votre plan d'action politico-économique au niveau européen ?

    - Pour mieux assurer la prise en compte des besoins des familles, nous souhaitons que toute décision européenne fasse l'objet d'une étude préalable d'impact sur les familles. Sur ce plan, la création d'un observatoire de la situation des familles en Europe nous apparaît d'une grande utilité : cette mission d'étude d'impact pourrait lui être confiée.

  • Conciliation de vie familiale et vie professionnelle

    - Quelles solutions suggérerez-vous pour revaloriser les emplois à temps partiel (rémunération, statut, droits sociaux...), faciliter les aménagements du temps de travail pour l'adapter aux circonstances familiales sans pour autant porter atteinte aux droits en matière d'emploi et de sécurité sociale, et, enfin, pour innover les modes de garde d'enfants et l'accès à ces services ?

    - Comment envisagez-vous le dimanche non travaillé qui est un jour de repos pour toute la famille ?

    - Comment proposez-vous de permettre l'exercice du choix de se consacrer à l'éducation de ses enfants, qui présente à l'évidence des éléments profitables pour la société, en renoncement à une activité professionnelle rémunérée ?

  • Les familles en période de crise économique

    - La crise économique que nous traversons appelle à des efforts de solidarité : la famille stable les enseigne et les incarne. Quelles avancées proposerez-vous pour la soutenir et investir sur la jeunesse ?

    - L'année 2010 sera l'année européenne de lutte contre la pauvreté. Quelles seront vos initiatives pour lutter contre la pauvreté des enfants et des familles ?

    - Quelle est votre position à l'égard de l'idée de réduire la TVA sur des produits indispensables pour les familles, notamment ceux pour les enfants, qui sont des consommateurs importants ?

Coup de cœur

Film Dessin animé Le voyage du Pèlerin

Actualités des familles La Croix