Back Vous êtes ici : Politique

Actualités Politique

Travail familial atypique : pour un statut social du parent au foyer

Le Parlement européen a adopté le 21 février 2008 une résolution sur l’avenir démographique de l’Europe. Il y « invite les Etats-membres à reconnaître la valeur sociale, économique et éducative du travail familial atypique concernant la prise en charge des enfants et autres personnes dépendantes, en examinant la possibilité de reconnaître ces états de service et d’accorder une protection sociale ainsi que des droits à la retraite aux personnes qui fournissent un travail atypique de cette nature » (alinéa 28). Voilà qui est nouveau.

Le modèle féminin d’aujourd’hui, c’est plutôt la mère active, capable de mener de front une carrière professionnelle dynamique, et l’éducation de ses enfants. La mère au foyer est regardée avec condescendance, voire mépris, comme ayant choisi une sous-activité, un esclavage même.

Or, bien des parents en font l’expérience malheureuse : la conciliation entre la disponibilité familiale souhaitée, et une carrière prenante est très difficile. Quelles que soient les mesures adoptées, une journée ne comptera toujours que 24 heures !
Prendre soin d’un enfant et assurer son entretien et son éducation, exige beaucoup de temps et d’attention de la part des parents, à fortiori lorsque ces besoins sont multipliés par deux ou par trois enfants. On conçoit aisément que même bien organisé, un couple ne peut rentrer chaque soir après une journée de travail, en ayant toute la disponibilité physique et d’esprit nécessaire.
L’objectif est-il de faire entrer l’enfant dans l’emploi du temps surchargé des parents, de le placer vite pour qu’il gêne le moins possible les souhaits de carrière ou l’indépendance professionnelle ? Faut-il alors obligatoirement faire appel à des professionnels rémunérés sensés faire mieux que les parents ? Bien qu’on entende dire : « Les femmes ne doivent plus avoir à arbitrer entre leurs aspirations professionnelles ou leurs ambitions de carrières et la satisfaction de leur désir d’enfant », nous disons au contraire, qu’une vraie réflexion est à conduire ensemble par les futurs parents sur les différents arbitrages à faire lors de l’arrivée d’un enfant : arbitrer le changement, l’emploi du temps, le nouveau budget, les nouveaux équilibres familiaux.

Mais nous disons aussi qu’il ne peut y avoir de choix si tous les dispositifs sociaux favorisent exclusivement un modèle, celui de la « femme professionnelle ».

Plusieurs voix en France s’élèvent pour réclamer un statut pour ces parents qui s’occupent à plein temps de leurs enfants. Mais quel serait-il ? C’est ce que s’efforce de définir ce dossier proposé par la CNAFC. Et qu’est-il déjà aujourd’hui, en sus du statut de parent lui-même ?

 

Pièce(s) jointe(s):
Télécharger ce fichier (2008_CNAFC_Statut_parental.pdf)statut 2008[une étude de la CNAFC sur le statut parental]201 Ko

Modification des majorations familiales : Combien d’autres mesures encore pour détricoter la politique familiale ?

Communiqué de Presse

L’annonce d’un décret modifiant les modalités de calcul des majorations familiales pour les parents d’adolescents vient, une fois encore, semer le trouble autour de la politique familiale.

Ces mesures partielles et à l’optique purement comptable doivent cesser car elles inquiètent les familles et perturbent leur compréhension des politiques publiques. En effet, elles :
- réduisent le pouvoir d’achat des familles;
- suggèrent que les familles ne font pas partie des priorités de la solidarité nationale
- mettent en cause le principe fondateur de la politique familiale : celui de la contribution de la Nation aux charges engagées pour l’éducation de tous les enfants

Pour la CNAFC, il est temps de relancer une politique familiale lisible et compréhensible par les Français. Cette politique doit reposer sur des fondements clairement identifiés et acceptés. La CNAFC, comme elle l’a rappelé à de nombreuses reprises, est disposée à apporter sa contribution à ce chantier.

Mais le climat de guérilla comptable entretenu par initiative des pouvoirs publics la conduit à maintenir son appel à la mobilisation pour soutenir la politique familiale.

Par ailleurs, la mobilisation continue pour le maintien en l'état de la Carte Familles Nombreuses :
www.soutenonslacartefamillesnombreuses.fr

Carte familles nombreuses : symbole d’une politique familiale solide

 
 

Les Français ont massivement manifesté leur soutien à la carte familles nombreuses, notamment sur le site www.soutenonslacartefamillenombreuse.fr à l’invitation des AFC.

Le chef de l’Etat en a pris acte et annoncé non seulement la pérennité de la carte familles nombreuses mais encore le lancement d’une concertation à propos des modalités de son élargissement.

La carte familles nombreuses est le symbole de la politique familiale en France.

La politique familiale ce n’est pas la politique sociale. Le gouvernement doit reconnaître les mérites de la politique familiale et ne pas laisser penser qu’elle est un gaspillage pour l’Etat en multipliant les tentatives d’économies.

La mobilisation doit s’intensifier pour prouver que la famille est la cellule de base de la société en lui dédiant un dispositif de soutien public fort, cohérent et durable.

La CNAFC reste très attentive à toute décision prise dans ce domaine et se tient prête à participer à la concertation annoncée par le Président de la République.

Communiqué de presse de la CEF

Suppression carte de famille nombreuse

Au moment où l’Etat prévoit de supprimer la carte famille nombreuse, il importe de rappeler que la politique familiale de l’Etat doit soutenir la famille, structure essentielle de notre société.

La démographie est une des chances de la France. Le soutien des familles nombreuses n’est pas seulement une forme normale de solidarité nationale envers ceux qui prennent le risque d’avoir des enfants et de les élever. C’est aussi un acte politique de préparation de l’avenir.

Dans cette perspective, la suppression du financement public de la carte de famille nombreuse serait incompréhensible.

Nous souhaitons que l’Etat maintienne une politique sérieuse d’engagement à l’égard de la famille et ne la déstabilise pas davantage.

Mgr Jean Charles Descubes
Archevêque de Rouen
Président du Conseil pour les questions familiales et sociales.
source : CEF

PETITION EN LIGNE pour soutenir la carte familles nombreuses

 Communiqué de presse

Face aux menaces qui pèsent actuellement sur la politique familiale en France, la CNAFC demande à chacun de s’engager.
Elle encourage ainsi toutes les familles et bien sûr ses 35.000 adhérents à signer la pétition en ligne pour soutenir la carte familles nombreuses sur :

www.soutenonslacartefamillesnombreuses.fr

Actualités des familles La Croix