Back Vous êtes ici : Nous connaître Les AFC dans les médias

Les AFC dans les medias

Les Chantiers-Education sur Radio Notre-Dame : Qu’est-ce que la parentalité positive ?

parentalitePositive

 

Emission En Quête de Sens diffusé le 26 avril 2017 sur Radio Notre-Dame animée par Sophie Nouaille.

Elle fait intervenir, autour de la thématique « Qu’est-ce que la parentalité positive ? » :

- Christine Brunet, psychologue, psychothérapeute, auteur de nombreux ouvrages dont « Dis bonjour à la dame » aux éditions Albin Michel,

- Caroline Desquest, référente du secteur 78 des Chantiers-Education de l’AFC (Association Familiale Catholique), mère de quatre enfants de 11 ans à 18 ans,

- Géraldine Chebrou, référente des Chantiers- Education (AFC) dans les départements suivants : 94 , 93, 91, 77 et 95 et préfet de l’internat St Jean-Gabriel Perboyre du collège-lycée d’île de France à Villebon sur Yvette (91)

- Isabelle Filliozat, spécialiste de la relation parent-enfant, auteur de nombreux ouvrages.

Ecouter ou réécouter l'émission

Jean-Marie Andrès pour Famille Chrétienne - La politique familiale d'Emmanuel Macron

Jean-Marie Andrès, président des AFC, analyse les propositions d'Emmanuel Macron sous l'angle de la politique familiale pour le dossier Présidentielle 2017 de l'hebdomadaire Famille Chrétienne.

banniere macron

 

ARTICLE paru dans FAMILLE CHRÉTIENNE | Avril 2017 | Numéro 2047

« L'individualisme en marche !»
Par Jean-Marie Andrès, président des AFC

Emmanuel Macron a tardé à publier ses propositions en matière de politique familiale, au demeurant rares et imprécises : le mot famille n’apparait qu’accessoirement dans son programme.

Le candidat n’envisage pas d’abroger les mesures qui ont pénalisé les familles ces dernières années.

Sur le sujet de la conciliation entre vies familiale et professionnelle, il n’entend pas revenir sur la réduction dans les faits de la durée du congé parental et se déclare en faveur « d’un effort massif de créations de places de crèches », sans indiquer qui devra le financer. D’autre part, rien n’est dit sur la pénurie d’assistantes maternelles. Le candidat d’En Marche ! propose également une durée du congé de maternité identique pour toutes les femmes, quel que soit leur statut professionnel.

Parce qu’il veut lutter « pour l’émancipation des femmes », Emmanuel Macron propose que puisse être substituée, à l’imposition commune par foyer fiscal, l’imposition séparée des conjoints au motif que l’imposition commune pénaliserait le travail des femmes (alors qu’on ne dispose pas d’éléments objectifs sur ce point comme l’écrivait le Haut Conseil de la Famille en 2014).

Défenseur du Mariage pour tous, il s’affirme hostile à la gestation pour autrui, mais est en revanche favorable à l’extension de la procréation médicale assistée aux couples de femmes et aux femmes seules, ce qui revient à créer « un droit à l’enfant » et à priver l’enfant dès sa conception de son droit à avoir un père.

Que retenir de de ces propositions ? Peut-être le sentiment qu’il s’agit plus de revendications féministes, marquées d’un très fort individualisme, que de mesures de politique familiale. En substance, il semble que la famille ne soit pour Emmanuel Macron ni un enjeu important, ni un facteur de progrès.

Retrouvez des extraits du programme d'Emmanuel Macron sur les sujets de politique familiale, éducation, éthique...

Jean-Marie Andrès pour Famille Chrétienne - La politique familiale de Benoît Hamon

Jean-Marie Andrès, président des AFC, analyse les propositions de Benoit Hamon sous l'angle de la politique familiale pour le dossier Présidentielle 2017 de l'hebdomadaire Famille Chrétienne.

banniere benoithamon

 

ARTICLE paru dans FAMILLE CHRÉTIENNE | Mars 2017 | Numéro 2046

« Une approche étatiste»
Par Jean-Marie Andrès, président des AFC

Cet avis d'experts était publié dans l’hebdomadaire Famille Chrétienne dans le cadre de leur dossier personnalisé sur Benoît Hamon.

Benoît Hamon propose en matière familiale de créer un service public de garde d’enfant, ainsi qu’un service public de soutien scolaire au sein des établissements d’enseignement, sans que soit chiffré le coût de ces services ni indiqué leurs modalités de financement. Il n’est pas non plus précisé si ces services seraient à la charge de l’Etat ou des collectivités locales.

Il envisage d’augmenter la durée du congé de paternité de 14 semaines pour l’aligner sur la durée du congé post-natal dont bénéficient les mères (16 semaines), mais ne dit mot sur la durée du congé parental d’éducation.

Il ne propose pas le retour à l’universalité des allocations familiales, ni le relèvement du quotient familial, mais propose en revanche le versement des allocations familiales dès le premier enfant.

Cette proposition est intéressante, à condition qu’elle ne se traduise pas par une diminution du montant de celles versées aux enfants de rang supérieur, ou par un abaissement des seuils de ressources pour en bénéficier. En effet, le coût de cette mesure est très élevé et on peut se demander si la branche famille de la sécurité sociale pourra la financer.

S’il s’affirme opposé à la gestation pour autrui, il envisage en revanche d’étendre la procréation médicale assistée aux femmes seules et aux couples de femmes.

On retire de ces propositions une vision étatisée de la politique familiale, dont le financement n’est pas précisé.

Enfin, l’extension envisagée de la procréation médicale assistée aboutit à instaurer un « droit à l’enfant » et à priver ab initio un enfant de son droit d’avoir un père.

Lire l'article sur le site de Famille Chrétienne

Voir notre fiche candidat pour Benoît Hamon

Lire notre analyse pour François Fillon

Lire notre analyse pour Jean-Luc Mélenchon

Lire notre analyse pour Nicolas Dupont-Aignan

Lire notre analyse pour Marine Le Pen

Actualités des familles La Croix