Back Vous êtes ici : Société

Actualités Questions de Société

Extension de la PMA : où est le débat apaisé ?

enfant confus parentsCommuniqué de presse

Marlène Schiappa, Secrétaire d’Etat chargée de l’égalité entre les femmes et les hommes, annonce ce matin qu’un projet de loi ouvrant la PMA aux femmes célibataires et aux couples de femmes sera déposé en 2018 dans le cadre de la révision des lois de bioéthique.

La PMA est aujourd’hui seulement autorisée en cas d’infertilité médicale d’un couple. Les AFC estiment dangereux de modifier cet équilibre pour répondre aux pressions voulant imposer un "droit à l'enfant". Des techniques médicales destinées à soigner des pathologies se trouveraient ainsi utilisées pour créer artificiellement une fertilité de convenance.

Ouvrir la PMA aux femmes seules et aux couples de femmes, c'est délibérément priver de père un enfant, alors même que de plus en plus de professionnels de l'enfance (pédopsychiatres, services d'adoption...) soulignent l'importance de la place du père et de l'accès aux origines dans la construction de l'enfant.

Les AFC attendent du Président de la République et du Gouvernement qu'ils ne rouvrent pas des débats de société inutilement, à plus forte raison si les conditions d’une concertation apaisée ne sont pas réunies.

Quand en couple nous n’avons pas les mêmes opinions politiques

Fotolia couple dispute« On se croyait pourtant d’accord sur tout... »

Partager des valeurs communes est bien évidemment important pour pouvoir cimenter une relation conjugale. Ces piliers fondamentaux permettent de se définir ; il est donc logique d’en partager un grand nombre quand on vit ensemble. Pour autant, si nous sommes d’accord sur la façon d’élever nos enfants, de vivre, de croire, etc... il se peut que nous n’ayons pas tout à fait les mêmes idées politiques. Entre les questions sociales, économiques ou écologiques, les avis peuvent facilement diverger...

Ne pas être du même bord politique peut être mal vécu dans notre couple, car il définit à la fois la vision de l’avenir que nous avons pour notre pays, mais il est aussi lié à notre éducation, ce que nous ont transmis nos parents, à notre expérience, etc.... Il est donc possible de se sentir attaqué si notre moitié émet des critiques négatives à l’encontre de nos convictions politiques.

Voici le genre de situation classique que cela peut engendrer : votre femme vote à gauche et vous trouve inhumain de voter à droite, vous répétant sans cesse les mêmes réflexions sur votre esprit capitaliste et ses effets sur les pays en développement. Vous, de votre côté, vous haussez les sourcils en vous disant que décidément les femmes ne sont pas faites pour s’intéresser à la politique, car trop émotionnelles pour comprendre les enjeux économiques de notre pays. Surtout qu’en plus, Caroline est bien contente de pouvoir passer des vacances au soleil à Cancún plutôt qu’à faire de l’humanitaire dans des favelas...

« Ecouter son avis différent, c’est aussi lui témoigner notre amour »

Mais ne soyons pas rigides sur nos positions. L’autre, quelle que soit son opinion politique, a toujours sa vision à nous apporter, à moins que nous n’ayons une solution et une réponse à tous les problèmes et sur tous les sujets, ce qui risque fort de ne pas être le cas. Aussi il est important de s’ouvrir au débat. Avoir des opinions politiques différentes se vit très bien si nous sommes l’un et l’autre prêts à en discuter et à entendre les arguments de notre conjoint. Après tout, nous avons tous des avis différents. Parmi nos amis et notre famille, certains ne partagent pas du tout le même avis politique que nous et cela n’enlève pourtant rien à l’amitié ou à l’amour que nous leur portons. Et concernant notre conjoint, celui ou celle que l’on aime et avec qui nous avons choisi de passer notre vie, il serait surprenant que son avis n’ait pas de valeur à nos yeux, d’autant plus s’il est différent !

Alors place au débat ! Et si connaître les opinions de son conjoint est une chose, les comprendre est encore mieux, c’est pourquoi nous allons devoir faire preuve d’un peu d’ouverture d’esprit. Avant de nous braquer parce que notre conjoint va glisser un bulletin différent du nôtre dans l’urne, demandons-lui ses motivations, ses arguments et donnons-lui les nôtres en retour, sans chercher à nous juger l’un l’autre.

« Et si finalement la contradiction nous faisait aussi grandir ? »

Pouvoir entendre le point de vue de l’autre est déjà une preuve de délicatesse. Il est parfois difficile d’admettre que notre bien-aimé puisse avoir des idées complètement opposées aux nôtres, et il est aussi souvent tentant de lui dire qu’il fait fausse route, mais après tout, c’est la magie de la nature humaine : nous voyons tout sous le prisme de la subjectivité et c’est justement en tenant compte des avis contraires que nous bâtissons, affinons et finalement construisons nos propres convictions. Accepter les opinions politiques de l’autre, c’est aussi pouvoir se mettre à sa hauteur, sans chercher à le surpasser d’une quelconque manière. De plus, grâce au débat, nous pouvons nous rejoindre sur certains points ou amener l’autre à modifier son avis, parce qu’il adhère à notre vision et trouve notre argumentation plus fondée que la sienne.

« Et si le ton monte ? »

Croire que toute discussion peut être entretenue sans que cela ne déchaîne les passions est un leurre, surtout en matière de politique. Alors en fonction de votre tolérance à écouter l’autre et ses convictions plus ou moins fortes, il est possible qu’à un moment donné, le ton monte, chacun cherchant à imposer sa vision du monde. Si c’est le cas, efforçons-nous dans un premier temps à ne pas se couper la parole et à s’écouter avec considération.

C’est pourquoi il est important de ne pas rabaisser l’autre à travers des remarques telles que “ah, mais tu ne comprends rien !”, “ce que tu dis n’a aucun sens, c’est complètement idiot.” Le plus souvent cela ferme le dialogue et vexe l’autre en lui donnant le sentiment que ses opinions sont moins légitimes que les vôtres.

Si en revanche, nous sentons la colère monter, nous pouvons décider d’interrompre la “discussion” pour éviter que cela ne dégénère. Si la tension est trop forte, il se peut que nous nous braquions tous deux. Nous cherchons l’un l’autre à nous faire changer d’avis, ce qui nous fait entrer dans le cercle vicieux du dialogue de sourds.

Ce sujet des divergences d’avis politiques dans le couple est donc très sérieux, et d’autant plus pertinent que l’actualité politique déjà dense cette année se poursuivra au même rythme au moins jusqu’à l’automne. Et puisque l’été est souvent propice aux retrouvailles familiales ou amicales, il y a fort à parier que les discussions politiques s’invitent aux repas de vacances !

Retrouvez sur le site Réussir l'amour des articles et des outils pour votre couple et votre famille !

Quand l’incompréhension épuise le couple

Fotolia incomprehension coupleQuel couple n’a pas vécu ce genre de situation ?

Elle ne peut pas s’assoir tant qu’il reste une casserole à laver ou un enfant à moucher, lui, assis dans le canapé, semblant passif, s’attend à passer une soirée agréable avec sa femme. Pour finir, agacé, il abandonne et part en cuisine arroser le rôti en grommelant.
Ou encore, pour sa fête, une femme attend de son mari qu’il rentre avec un bouquet de fleurs. Celui-ci rentre, certes plus tôt que d’habitude, les mains vides et la bouche en cœur, avec un bisou et un « joyeuse fête » pour tout cadeau.

Ces incompréhensions sont courantes dans le couple. Si elles se répètent sans cesse, elles peuvent être à l’origine d’un ressenti, d’une fatigue qui vient lorsqu’on pense beaucoup donner sans jamais recevoir en retour. Dans certains couples, petit à petit, les conjoints finissent par ne plus attendre l’un de l’autre ces attentions quotidiennes qui font que l'on se sent aimé.

Heureusement ces incompréhensions ne sont pas une fatalité. Il s’agit souvent de comprendre le langage de l’autre et d’apprendre à le parler. Et inversement !

Les langages de l’amour, une clé pour mieux se comprendre

L’excellent Gary Chapman a traversé tous ces ressentis dans sa vie conjugale. Il a eu l’idée d’en extraire une clé de lecture, et surtout d’espérance, pour son couple, qui s’adresse aussi à tous les couples !
Pour « parler l’amour », il propose 5 langages. Des langages que chacun doit apprendre à parler, car bien souvent votre conjoint, mais aussi vos enfants, vos parents, vos frères ou sœurs parlent un langage différent du vôtre.

Quels sont les 5 langages proposés par Gary Chapman ?

Le langage des moments de qualité : passer du temps ensemble (se poser dans le salon pour lire l’un à côté de l’autre, discuter de l’avenir du couple en prenant l’apéritif...) ou faire des activités à deux (balades, jeux, cinéma, voyages).
Étendre ces moments de qualité à toute la famille, c’est aussi une façon d’apprendre à ses enfants à parler ce langage : prendre le temps de manger tous ensembles, sans téléphone portable, sans se soucier de l’heure ou de la logistique, donner un temps à chaque enfant pour raconter quelque chose et vraiment l’écouter...

Le langage des gestes de tendresse : savoir exprimer son amour par des gestes tendres et désintéressés, au quotidien, spontanément : se blottir dans les bras l’un de l’autre, s’embrasser avant de partir travailler, la laisser s’endormir sur votre épaule, le laisser jouer avec vos doigts en discutant.
Avec vos enfants également : donner des bisous et des câlins sans que l’enfant ait besoin de réclamer, prendre le petit dernier dans les bras pour la prière du soir, laisser la plus grande venir sur nos genoux, même si elle a un peu passé l’âge.

Le langage des paroles valorisantes : savoir complimenter l’autre même si ce n’est pas toujours naturel : en s’exerçant un peu, cela fini par le devenir ! Savoir dire merci pour la vaisselle faite, même si c’est le cas tous les jours, complimenter son allure (et pas seulement pour les femmes), reconnaître quand quelque chose est fait, et bien fait, même si on aurait fait autrement.
Avec vos enfants : reconnaître ses talents et ses qualités, lui apprendre à en faire de même avec ses frères et sœurs.

Le langage des services rendus : ceux qui le parlent ont autant besoin d’accomplir des actes au service du foyer que de voir les autres en poser eux-mêmes. Il faut savoir leur laisser la possibilité de terminer leur liste de tâches avant de leur demander de s’assoir dans le canapé, mais également leur proposer de les relayer.
Encourager ses enfants, dès le plus jeune âge, à rendre de petits services, puis de plus grands. Montrer sa satisfaction quand ils sont accomplis. Dire également les services que l’on rend soi-même au foyer et pourquoi on le fait.

Le langage des cadeaux : recevoir et donner des attentions concrètes : un mot doux sur la table de nuit quand on est parti plus tôt, des petits présents dès qu’une occasion se présente ou même sans raison particulière : confiseries, fleurs, bons cigares...
Avec les enfants : offrir mais aussi apprendre à offrir. Préparer ensemble le cadeau pour un autre membre de la famille. A Noël, faire de chaque ouverture de cadeau un moment particulier, avec des remerciements personnels, plutôt que de tout déballer dans un chaos général.

En travaillant cette approche, on devient à même d’exprimer son amour à son conjoint dans le langage qu’il peut comprendre. Et lui/elle, en faisant la même démarche, nous donne ce sentiment concret d’être choyé(e). Cette démarche demande d’y revenir régulièrement, quand le quotidien nous le fait oublier.

Avec la famille, et la famille étendue, c’est la même chose. Savoir dire simplement à ses beaux-parents que pour votre anniversaire vous préférez passer un après-midi détendu avec eux, au soleil, dans leur jardin, plutôt que de recevoir un énième souvenir de voyage. Noter dans votre agenda l’anniversaire de mariage de votre sœur et penser à leur offrir un cadeau qu’ils peuvent apprécier.

Ce sont autant d’occasions de se montrer en vérité à l’autre et d'apprendre à lui dire votre amour.

Là où l’incompréhension et le ressentiment aurait pu régner, il vous est possible d’y mettre de l’attention, de la chaleur et du dialogue.

Quel langage parle mon conjoint ?

Si vous n’avez pas réussi à le/la soumettre au questionnaire, il y a un moyen simple de décoder le langage de l’autre : c’est le plus souvent celui avec lequel il tente de vous exprimer son amour ou inversement c’est le sujet qui revient dans vos petites disputes du quotidien !

Pourquoi pensez-vous qu’il vous prend dans ses bras quand il est de bonne humeur ? Pourquoi a-t-elle pensé à racheter la même marque de chocolat que la dernière fois, celle que vous aviez tant appréciée ? Ou encore, qu’est-ce qui vous énerve dans le fait que c’est encore vous qui avez descendu les poubelles à cartons pleines le dimanche soir ? Pourquoi vous sentez-vous mal aimé quand encore une fois vous vous retrouvez seule à table avec votre verre de vin et des assiettes pleines qui refroidissent autour de vous ?

Pensez également qu'on ne parle pas un seul langage de l'amour. Chaque personne a deux voire trois langages dominants et peut tout à fait apprendre à parler les 5 ! De plus ces dominantes peuvent changer avec le temps et les circonstances de la vie.

Si vous vous êtes reconnu dans cet article, l’été est un bon moment pour prendre un temps avec votre conjoint et en discuter !

Faire le test pour connaître votre langage.

Mon ado sort avec quelqu’un

couple adolescent

Lire la suite...

Consomag : En savoir plus sur le site comparateur de maisons de retraite

ephadEn décembre 2016, le gouvernement a mis en place une plateforme numérique de saisie des tarifs entre les EHPAD (établissements pour personnes âgées dépendantes). Ce service est accessible sur un site dédié aux personnes âgées : www.pour-les-personnes-agees.gouv.fr. Cette plateforme affiche désormais les prix hébergement et les tarifs dépendance appliqués dans la plupart des EHPAD.

Cette opération transparence a pour but d’apporter aux familles des simulations personnalisées sur les établissements et de comparer le montant des restes à charge mensuel qu’elles devront payer à la fin du mois grâce au simulateur du reste à charge.

Voir ou revoir l'émission

Actualités des familles La Croix