Mariage : des veilleurs au cœur de la mobilisation

Lorraine, Camille et Paul-Louis ont accepté de livrer aux AFC leur témoignage de « veilleurs ».

« Ils sont nombreux, assis, calmes, joyeux, déterminés. Quand nous les avons rejoints, après  nous être époumonés contre la loi Taubira dans les rues proches de l'assemblée, le contraste nous a saisis. Nous chantons, nous entendons lire des textes d'Hugo, Aragon, La Fontaine. Une grande banderole où l'on peut lire : « veilleurs pour la famille » s'étale aux pieds des premiers rangs. Autour de nous, les rangs de CRS se resserrent, interloqués.

Le principe est de montrer notre opposition au projet de loi – et maintenant, à cette loi – de manière pacifique (alors que la plupart des médias nous ont présentés un peu rapidement comme des extrémistes violents). Cette mobilisation silencieuse - mais non moins déterminée - est le signe de la persistance de notre désaccord : le fait que la loi ait été adoptée ne change rien à nos convictions profondes et à notre volonté d'ouvrir les consciences.

Le pacifisme, l’appel à l'histoire, et donc à l'héritage et à la filiation, tout ceci donne une véritable puissance au mouvement, et, à mon sens, une espérance de vie plus importante que les démonstrations de force (par ailleurs peut-être nécessaires) en tout genre. Inoffensif, il ne choque personne.

Protester dans le calme, le silence, la paix est sûrement plus déroutant qu’une démonstration plus musclée. Et c'est ce qui fait la grande force de ce mouvement: il permet le dialogue, interpelle les passants, certains s'arrêtant pour discuter ou écouter... c'est justement ce qui a manqué au "débat public" : il n'y a pas eu de véritable dialogue à l'Assemblée nationale par exemple, chacun a parlé, a entendu, mais pas écouté. Et je pense que c'est dans cette ambiance plus paisible que le dialogue pourra s'instaurer, c'est pourquoi je serai là le plus de soirs possibles pour veiller.

Je ne pense pas qu'il y ait UNE manière de manifester son opposition. La mobilisation actuelle a de multiples visages, ce qui permet à chacun de trouver sa place. Même si la loi est passée (tout ce qui est légal n'est pas forcément légitime, ne l'oublions pas!), le combat doit continuer pour défendre les valeurs familiales. D'autres débats viendront les mettre à mal, et nous serons là ! On ne lâchera rien !! »