Italie : le président des associations familiales dénonce le palmarès du festival de Cannes

Francesco Belletti déclare qu’ignorer les manifestations en faveur du mariage homme-femme est une faute.

Rome, le 29 mai 2013 (Zenit.org)

« L’impression qui ressort des choix du jury du festival de Cannes est que ce dont le monde a parlé et qu’il a récompensé dans ce cadre est une recherche du sensationnel que rien n’arrête et que, pour gagner, « le spectateur doit recevoir un coup à l’estomac, à la tête et en plein cœur » a déclaré Francesco Belletti, président du Forum, dans un commentaire publié dans son intégralité sur le site Internet du Forum.

Le prix de la mise en scène a été attribué au Mexicain Amat Escalante pour son film « Heli » décrit comme « hyper violent » et dont le principal mérite semble être, en effet, son code de communication violente. La Palme d’or a été décernée à « La vie d’Adèle » que le réalisateur Abdellatif Kechiche consacre à l’amour entre deux femmes, l’une d’entre elles étant mineure, avec force détails érotico-sexuels.

Cependant, le fait qu’il s’agisse d’une histoire d’amour entre deux femmes me semble constituer finalement l’aspect le moins transgressif. Dans un certain sens, cela semble être, au contraire, l’aspect le plus conformiste et le plus conservateur, le choix d’une histoire et celui du jury de Cannes on ne peut plus politiquement corrects.

En France, La véritable transgression ne vient pas de Cannes, mais des rues de Paris où un peuple a de nouveau manifesté paisiblement pour défendre l’idée que l’on vient au monde de la rencontre mystérieuse de l’amour entre un homme et une femme et que la différence sexuelle est une caractéristique irremplaçable de la construction de l’identité de chaque personne. Et, de fait, c’est devenu la voix du peuple que le pouvoir idéologiquement aveugle du gouvernement Hollande refuse en permanence d’écouter, avec une obstination qu’il serait bon de consacrer à une meilleure cause. »

29 mai 2013 – (c) Innovative Media Inc.