Comment agir maintenant

La « rupture de civilisation » induite par la loi ouvrant le mariage aux couples de personnes de même sexe est « consommée », mais nous ne nous résignons pas !  En effet, jamais, rien, pas même une loi promulguée n’empêchera que seuls un homme et une femme peuvent être légitimement mariés.

A l’issue d’un processus politique inadmissible et violent, la manifestation du 26 mai a été un nouveau succès populaire. Ensemble, nous avons redit que tout cela est mauvais, que cette loi est un mensonge et que nous n’en voulons pas.

La mobilisation doit se réorienter et les AFC ont un rôle à jouer, notamment :

  • pour poursuivre localement le réveil des consciences par les liens qu’elles rendent possibles, par le cœur des familles pour faire reculer le relativisme, l’individualisme, la solitude que produisent les évolutions mal conduites de nos sociétés,
  • pour réclamer la reconnaissance de l’objection de conscience : pour les maires par exemple, comme cela avait d’ailleurs été évoqué par François Hollande lui-même, …

Lire la suite : Mariage : comment agir maintenant ?

Back Vous êtes ici : Société Agir Le mariage en débat Non catégorisé Appel à don - bioéthique - 2017

Appel à don - bioéthique - 2017

Si vous ne voyez pas ce message correctement, consultez-le en ligne.

Chers amis,

 

  • Peut-on tolérer le recours aux mères « porteuses » (GPA) ?
  • Deux femmes doivent-elles être autorisées à priver un enfant de son père (PMA) ?
  • Faut-il continuer à laisser penser que nous pourrons construire des « hommes » sans limites (transhumanisme*) ?
  • Faut-il continuer à tolérer les expérimentations sur les embryons ?
  • Faut-il légitimer les techniques pour identifier et éliminer les enfants à naître frappés de handicap ?
  • L’euthanasie doit-elle être légalisée ?


Depuis plusieurs années, la société et le législateur s’interrogent sur ces questions graves.

 

Pas plus tard que la semaine dernière, la relaxe d’un homme ayant « aidé » sa femme à mourir a soulevé le débat et encouragé les partisans de l’euthanasie.

Ces questions essentielles seront au cœur des États généraux de bioéthique convoqués en 2018 pour préparer la révision des lois bioéthiques.
L’année 2018 sera donc cruciale, et les AFC ont une expertise forte à faire valoir pour promouvoir leurs convictions.

Les premières consultations régionales (notamment en Île-de-France et Bourgogne-Franche-Comté) sont lancées par les espaces de réflexion éthique régionaux et nous devons répondre présents.

Sur ces questions, le meilleur comme le pire peuvent émerger.

En 2018, avec et pour vous, les AFC doivent prendre la parole :

  • Dans les départements, grâce aux 300 associations et 73 fédérations, nous rencontrerons le maximum de parlementaires
  • À l’échelle régionale, nous prendrons contact avec les espaces éthiques régionaux pour participer aux consultations
  • Notre travail de recherche, d’édition et de communication « presse » s’intensifiera sur les sujets les plus « chauds » (PMA, biotechnologies, fin de vie)
  • Au niveau national, nous interviendrons dès la 2ème phase nationale auprès du Comité Consultatif National d’Ethique (CCNE) puis auprès des commissions parlementaires.

Pour cela, je sollicite votre aide pour nous adresser dès aujourd’hui un don.
L’enjeu est immense : promouvoir la valeur de l’Homme et du vivant, protéger nos enfants et petits-enfants d’agressions graves, et encadrer les nouvelles pratiques scientifiques pour empêcher des transgressions irréversibles.

 

Soyez assurés de notre engagement total, avec vous.

Jean-Marie Andrès
Président national des AFC

 

J’agis avec les AFC pour :

  • Défendre la dignité de l’homme de son commencement à sa fin naturelle
  • Promouvoir une écologie de l’homme, ou écologie intégrale
  • Empêcher l’instrumentalisation du vivant à des fins économiques ou idéologiques.

PS : En 2011, la Confédération Nationale des AFC s’était fortement investie dans les Etats généraux de la bioéthique : information, mobilisation, sensibilisation d’élus. Depuis, nous sommes restés très vigilants sur les questions de bioéthique et nous agirons en 2018 !

*Sur le transhumanisme : voir sur notre site l’entretien en 2016 avec Monseigneur Aupetit nommé très récemment archevêque de Paris.

Votre don est déductible de vos impôts : si vous êtes imposable, vous pouvez déduire de vos impôts 66 % du montant de votre don, dans la limite de 20 % de votre revenu net imposable. Vous recevrez un reçu fiscal à la fin de l'année civile.

  • Vous pouvez aussi adresser un chèque à l'ordre de la CNAFC à l'adresse suivante : CNAFC, 28 Place Saint-Georges 75009 Paris

Si vous ne souhaitez plus recevoir nos messages, suivez ce lien :

Veuillez me retirer de votre liste de diffusion

Actualités des familles La Croix