Comment agir maintenant

La « rupture de civilisation » induite par la loi ouvrant le mariage aux couples de personnes de même sexe est « consommée », mais nous ne nous résignons pas !  En effet, jamais, rien, pas même une loi promulguée n’empêchera que seuls un homme et une femme peuvent être légitimement mariés.

A l’issue d’un processus politique inadmissible et violent, la manifestation du 26 mai a été un nouveau succès populaire. Ensemble, nous avons redit que tout cela est mauvais, que cette loi est un mensonge et que nous n’en voulons pas.

La mobilisation doit se réorienter et les AFC ont un rôle à jouer, notamment :

  • pour poursuivre localement le réveil des consciences par les liens qu’elles rendent possibles, par le cœur des familles pour faire reculer le relativisme, l’individualisme, la solitude que produisent les évolutions mal conduites de nos sociétés,
  • pour réclamer la reconnaissance de l’objection de conscience : pour les maires par exemple, comme cela avait d’ailleurs été évoqué par François Hollande lui-même, …

Lire la suite : Mariage : comment agir maintenant ?

Back Vous êtes ici : Société Agir Le mariage en débat

Le mariage en débat

Monsieur le Président de la République, nous attendons votre réponse

Suite à la manifestation de dimanche et à l'absence de réponse formelle du chef de l'Etat, les AFC proposent à chaque manifestant d'écrire au chef de l'Etat.

1 000 000 de lettres seront du meilleur effet...

Le courrier (qui n'a pas besoin d'être affranchi) doit être envoyé à

Monsieur le Président de la République
Palais de l'Elysée
55 Rue du Faubourg Saint-Honoré
75008 Paris

Pièce(s) jointe(s):
Télécharger ce fichier (Monsieur_le_Président_de_la_Republique.doc)Monsieur_le_Président_de_la_Republique.doc[Courrier a adresser sans affranchissement au Président de la Republique]22 Ko

Bravo à tous les participants de la Manif pour tous

(Plus de) 1 million de fois bravo à tous les participants de la Manif pour Tous et aux familles qui sont venues jusqu'au Champ de Mars

Après cette mobilisation sans précédent dans la rue, le président qui a écouté une minorité, écoutera-t-il un million de Français ?

 

Mobilisation sans précédent dans la rue : le président a écouté une minorité, écoutera-t-il un million de Français ?

Communiqué de presse

A la veille du début de la discussion parlementaire sur le projet de loi ouvrant le mariage aux couples de personnes de même sexe, les Français sont venus en nombre de toute la France dire leur opposition à ce texte.

Cette manifestation a été un très grand succès à mettre au crédit du million de personnes qui ont fait le déplacement à Paris et qui ont manifesté outre-mer pour demander le retrait de ce mauvais projet de loi, à l'invitation des associations co-organisatrices de La Manif pour tous.

Une réponse de l'Elysée n'a pas attendu que les derniers manifestants soient comptés, évoquant la " consistance " de la manifestation et le respect dont la sensibilité ainsi exprimée doit bénéficier, mais assurant qu' " elle ne modifie pas pour autant la volonté du gouvernement d'avoir un débat au Parlement pour permettre le vote du projet de loi l'autorisant ".

Pour les Associations Familiales Catholiques (AFC), cette réponse n'est ni acceptable, ni à la hauteur de l'enjeu et de la mobilisation. Elle l'est d'autant moins que l'opposition des Français à ce texte se renforce chaque jour, et d'abord sur une de ses principales conséquences : la possibilité pour les couples de personnes de même sexe d'adopter des enfants.

Les AFC appellent solennellement le président de la République à retirer le projet de loi " Taubira ". Alors, il pourra se présenter comme le président du rassemblement, du courage et de l'unité.

Le président commettrait une faute en ne comprenant pas que c'est le président de la République, garant des institutions, qui est lui et lui seul interpellé sur un projet qui ébranle le mariage, institution républicaine.

De leur côté, les AFC vont poursuivre et amplifier leurs actions de terrain pour faire connaître plus largement les conséquences concrètes du projet de loi.

 

Actualités des familles La Croix