Back Vous êtes ici : Société Questions de société Bioéthique/Ecologie de l'homme

Bioéthique

L'écologie de l'homme, c'est tout d'abord le respect de la vie de la conception à la mort naturelle, l'affirmation de la dignité intrinsèque liée à la nature de l'homme et non à ses performances, l'affirmation de son intégrité physique (le corps ne peut donner lieu à des transactions commerciales), le respect de la complémentarité entre l'homme et la femme, la dignité de ses conditions de vie.

En savoir plus

Evangelium Vitae – l’Evangile de la Vie

En 1995 en la fête de l'Annonciation un texte fondamental pour la défense de la vie a vu le jour. Il s'agit de l'encyclique Evangelium Vitae du Pape Jean-Paul II. Ce texte est toujours d'une actualité brûlante, notamment dans la perspective de la révision de la loi de bioéthique.
La Vie des AFC a consacré un dossier lors de la publication de cette encyclique. Nous vous livrons ici quelques extraits choisis de ce dossier spécial en guise de guide de lecture.

L'Evangile de la Vie : « Je suis venu pour qu'ils aient la vie et qu'ils l'aient en abondance »

Cette onzième encyclique de Jean-Paul II se présente comme un texte doctrinal d'une extrême importance. Jean-Paul II déclare qu'elle est comme une sorte de conclusion à la Lettre aux Familles et par là même elle doit retenir toute notre attention.

Une bonne nouvelle !

Cette lettre est une Bonne Nouvelle (évangile) adressée à tout homme de bonne volonté. Bonne nouvelle, en effet, car l'Eglise prend la défense des plus pauvres : les enfants innocents non encore nés, les malades aux portes de la mort. (...)
Bonne nouvelle également, car dans le combat terrible entre le « culture de la mort » et la « culture de vie », même si les moyens sont disproportionnés, nous « sommes soutenus et animés par l'assurance de savoir que l'Evangile de la vie, comme le Royaume de Dieu, grandit et donne des fruits en abondance..., et nous savons pouvoir compter sur l'aide de Dieu, à qui rien n'est impossible » (§100).
Bonne nouvelle, car l'Evangile de la vie n'est pas fait pour condamner, décourager les acteurs de la société moderne : « L'Evangile de la vie n'est pas exclusivement réservé aux croyants, il est pour tous... Quand l'Eglise déclare que le respect inconditionnel du droit à la vie de toute personne innocente depuis sa conception jusqu'à sa mort naturelle est un des piliers sur lesquels repose toute société civile, elle désire seulement promouvoir un état humain. L'Evangile de la vie est pour la cité des hommes. Agir en faveur de la vie, c'est contribuer au renouveau de la société par la réalisation du bien commun. » (§101).

Une bonne nouvelle exigeante !

Exigeante car le Pape nous demande de nous engager concrètement et positivement dans cette construction d'une nouvelle culture de la vie. Il s'adresse tout particulièrement aux familles qui ont « un rôle déterminant et irremplaçable pour bâtir la culture de la vie » (§92).
La famille est « le sanctuaire de la vie, le lieu où la vie, don de Dieu, peut être convenablement accueillie et protégée contre les nombreuses attaques auxquelles elle est exposée, le lieu où elle peut se développer suivant les exigences d'une croissance humaine authentique » (§92).

Jean-Paul II s'adresse à plusieurs reprises au personnel de santé, rappelant qu'il a non seulement le droit mais aussi le devoir de l'exercice de l'objection de conscience face à l'avortement provoqué et à l'euthanasie (§73 ; 74 ; 89).
Il rappelle aux hommes politiques que la loi civile, si elle a un rôle différent de la loi morale, ne peut se substituer à elle et que lorsque la loi civile légitime, au nom du respect de la conscience d'autrui, l'avortement ou l'euthanasie « elle cesse d'être une vraie loi civile, qui oblige moralement » (§72).

Voici quelques uns des engagements concrets destinés à construire une nouvelle culture de vie qui concernent plus particulièrement les familles :

- La redécouverte d'un regard contemplatif sur la vie « découvrant en toute chose le reflet du Créateur et en toute personne son image vivante » (§83).
- La célébration, chaque année, d'une Journée pour la Vie, afin de « susciter dans les consciences, dans les familles, dans l'Eglise et dans la société civile la reconnaissance du sens et de la valeur de la vie humaine à toutes ses étapes et dans toutes ses conditions... » (§85).
- L'héroïsme quotidien du « témoignage silencieux mais combien fécond et éloquent de toutes les mères courageuses qui se consacrent sans réserve à leur famille... Nous vous remercions pour votre amour invincible ! Nous vous remercions pour la confiance intrépide placée en Dieu et en son amour. Nous vous remercions pour le sacrifice de votre vie » (§86).
- Promouvoir des centres pour les méthodes naturelles de régulation de la fertilité, ainsi que des centres d'aide à la vie mis au service de la vie naissante (§88 ; 97).
- Proposer « aux adolescents et aux jeunes une authentique éducation à la sexualité et à l'amour, une éducation comprenant la formation à la chasteté, vertu qui favorise la maturité de la personne et la rend capable de respecter le sens « sponsal » du corps (§97).
- La mise en œuvre d'une « grande prière pour la vie qui parcourt le monde entier... Que, par des initiatives extraordinaires et dans la prière habituelle, une supplication ardente s'élève vers Dieu, Créateur qui aime la vie, de toutes les communautés chrétiennes, de tous les groupes ou mouvements, de toutes les familles, du cœur de tous les croyants !... Pour obtenir que la force qui vient du Très-Haut fasse tomber les murs de tromperies et de mensonges qui cachent aux yeux de tant de nos frères et sœurs la nature perverse de comportements et de lois hostiles à la vie, et qu'elle ouvre leurs cœurs à des résolutions et à des intentions inspirées par la civilisation de la vie et de l'amour » (§100).

Une hymne à la vie !

Toute l'encyclique est tournée vers cette espérance certaine du triomphe du Christ, qui est venu donner la Vie en abondance. C'est une hymne splendide à la vie que nous donne le Saint-Père. Louange d'action de grâces pour l'Amour indéfectible et miséricordieux de notre Père. Reprenant la parole de Saint Jean, Jean-Paul II nous dit : « Tout ceci, nous vous l'écrivons pour que notre joie soit complète » (1 Jn 1,4).

Mobilisation générale

« Il est urgent de se livrer à une mobilisation générale des consciences et à un effort commun d'ordre éthique, pour mettre en œuvre une grande stratégie pour le service de la vie.
Nous devons construire tous ensemble une nouvelle culture de la vie : nouvelle parce qu'elle sera en mesure d'aborder et de résoudre les problèmes inédits posés aujourd'hui au sujet de la vie de l'homme ; nouvelle, parce qu'elle sera adoptée avec une conviction forte et active par tous les chrétiens ; nouvelle, parce qu'elle sera capable de susciter un débat culturel sérieux et courageux avec tous.
L'urgence de ce tournant culturel tien à la situation historique que nous traversons, mais elle provient surtout de la mission même d'évangélisation qui est celle de l'Eglise. En effet, l'Evangile vise à « transformer du dedans, à rendre neuve l'humanité elle-même » ; il est comme le levain qui fait lever toute la pâte et, comme tel, il est destiné à imprégner toutes les cultures et à les animer de l'intérieur, afin qu'elles expriment la vérité tout entière sur l'homme et sur sa vie. » - Evangelium Vitae, § 95

Vous pouvez télécharger cette encyclique gratuitement sur le site du Vatican

 

 

Le sang de cordon : collecter pour chercher, soigner et guérir

Le Sénateur Marie-Thérèse Hermange a présenté, au nom de la Commission des Affaires sociales du Sénat, un rapport sur le potentiel thérapeutique des cellules souches extraites du sang de cordon ombilical début novembre 2008.

Ce rapport présente deux axes principaux. Le premier montre l'intérêt thérapeutique de ces cellules souches et le développement des thérapies cellulaires à partir du sang du cordon ombilical. Le second apporte un éclairage sur les conditions permettant le meilleur usage de ce sang : mobilisation des moyens financiers et humains, garantie de la qualité des unités prélevées, la nécessité d'un réseau de maternités, la complémentarité possible entre banques publiques et privées...

Le sang transitant par le cordon ombilical présente une richesse en cellules souches capables de reconstruire les tissus humains lésés. Cette capacité permet trois types d'application :

- La thérapie des pathologies sanguines où le sang ombilical peut remplacer les greffes de moelle osseuse. Cette pratique est déjà courante.
- A court terme on prévoit de pouvoir sélectionner les cellules souches capables de restituer la peau. Cela sera très utile pour soigner les grands brûlés. Par ailleurs, cela représenterait une alternative ou pourrait peut-être même remplacer les modèles animaux, voire humaines, sur lesquels les pharmacologues testent leurs nouveaux médicaments.
- Un dernier type d'application se présente à moyen ou long terme, il s'agit du développement de thérapies régénérant différents organes, du muscle cardiaque à la rétine.

Le rapport insiste sur l'enjeu stratégique pour la recherche française afin qu'elle puisse se maintenir au plus haut niveau. La France est en effet pionnière en ce domaine où une politique publique s'impose. Aujourd'hui on constate un retard considérable en matière de nombre d'unités disponibles par habitant, plaçant la France au 16ème rang mondial.

Par ailleurs, une mise en garde est émise quant à l'artificialisation de la vie humaine : « Le progrès est porteur d'un espoir que les pouvoirs publics doivent accompagner. Il faut néanmoins prendre garde que l'homme, de moins en moins soumis à la fatalité, ne se considère également comme affranchi de toute hérédité et de toute filiation. (...) Il est donc nécessaire qu'une limite éthique soit posée au fantasme d'une humanité auto-fondée et parvenant à affranchir une fois pour toutes de la nature » (p. 6).
L'attention du lecteur est également attirée sur le principe du don anonyme, gratuit et non dirigé, un principe fondateur de l'approche française en matière de lois de bioéthique.

Le rapport peut être consulté et téléchargé gratuitement sur le site du Sénat : http://www.senat.fr/rap/r08-079/r08-079.html

Publication par le Vatican de l' Instruction "Dignitas Personae" sur la bioéthique

La Congrégation pour la Doctrine de la foi a publié vendredi 12 décembre la nouvelle instruction "Dignitas personae", élaborée avec l’aide de l’Académie pontificale pour la Vie ainsi que le concours d’experts du monde entier. Ce texte, approuvé par le pape Benoît XVI, aborde, à la lumière des critères énoncés par l’instruction "Donum vitae" de 1987, de nouvelles questions sur la bioéthique.

En savoir plus sur le site de la CEF

Pièce(s) jointe(s):
Télécharger ce fichier (dignitas.pdf)dignitas.pdf[Instruction ]307 Ko

Actualités des familles La Croix