Back Vous êtes ici : Société Questions de société Démographie et conditions de vie

Demographie-conditions de vie

La France championne d’Europe de la fécondité mais jusqu’à quand ?

L’Institut national de la statistique et des études économiques tente de mesurer l’impact de la crise économique sur les naissances et observe que celles-ci ont « récemment baissé » dans les pays les plus durement frappés […], l’Espagne, la Grèce et le Portugal. Cette baisse résulte notamment du report des projets de parentalité : l’âge de la première maternité y a augmenté plus rapidement qu’auparavant.

La France semble faire figure d’exception avec 1,99 enfant par femme. Elle est le seul pays d’Europe à avoir une fécondité stable et élevée depuis 2006 et semble insensible à la crise
Mais cette exception française est peut être sur le point de toucher à sa fin. Le nombre de naissances est en chute de 2,75% depuis début 2015 par rapport à l’année dernière.

naissance insee nov2015

Selon les démographes, il faut se méfier des données brutes et les variations d’une année et d’un mois sur l’autre ne sont pas toujours semblables. Il y a moins de naissances pour l’instant en 2015, mais on ne peut pas en tirer des conclusions sans attendre la fin de l’année et sans les avoir analysées.

La CNAFC n’est cependant pas surprise de cette baisse qu’elle estime intimement liée à l’instabilité et à l’appauvrissement de la politique familiale. Ainsi coup sur coup ont été adoptés deux abaissements du plafond du quotient familial, la fiscalisation des majorations familiales de retraites et la mise sous condition de ressources des allocations familiales. Ces mesures s’inscrivent de surcroît dans une situation très dégradé de l'emploi en France, au point que la pauvreté, selon le récent rapport du Secours Catholique, touche toujours plus les jeunes, les plus de 50 ans et les diplômés.

Plus largement, les récentes évolutions du congé parental et le nombre toujours très insuffisant de places en crèche rendent encore le contexte moins favorable à la natalité, affectant les finances comme le moral des familles.

Insee : stabilité des naissances en France en 2014

baby feetEn 2014, 818 565 bébés sont nés en France, un nombre stable par rapport à celui de 2013 (hors Mayotte) révèle une étude de l’Institut National de la Statistique parue le 1er septembre.

« Une centaine de naissances supplémentaires » ont été enregistrées en 2014 par rapport à 2013, précise l’INSEE. « Depuis 2005, la natalité reste stable et dynamique avec plus de 800 000 bébés chaque année, soit plus de 2200 naissances par jour en moyenne », souligne l’enquête.

La tradition reste solide

Basée sur les statistiques de l'état civil, l'analyse révèle que 83% des bébés nés en 2014 portent le seul nom de leur père. Une proportion qui s'élève à 95% chez les couples mariés. A l'inverse, seuls 7% reçoivent uniquement le nom de leur mère.

Pourtant, depuis 2005, un enfant peut avoir au choix le nom de son père, celui de sa mère ou les deux accolés, dans l’ordre choisi par les parents. Une option retenue pour seulement un bébé sur dix l’an dernier, le plus souvent dans l’ordre « père-mère ». Ce choix est particulièrement prégnant lorsque les parents sont nés en Espagne ou au Portugal.

Voir l'étude de l'INSEE

natalite france 2015

La Famille en chiffres - 2015

logo unaf75,2% des enfants mineurs vivent avec leurs deux parents ensemble …
Le nombre de divorces recule depuis 2010 …
5490€ par an : c'est en 2012 la différence de niveau de vie médian d'un couple avec 3 enfants par rapport à un couple sans enfants.
0 = déficit du régime de retraites en 2045 si le taux de fécondité atteignait 2,1

Ce ne sont que quelques-unes des données sur la famille contenues dans le recueil 2015 de l’UNAF…. Cette étude très complète vient combattre un certain nombre d’idées reçues et témoigne d’un attachement très fort au modèle de la famille durable que les AFC promeuvent sans relâche.
Elle illustre également la nécessité de poursuivre l’effort d’une véritable politique familiale, destinée à favoriser l’accueil de l’enfant et à assurer la pérennité de notre système de solidarité.

Actualités des familles La Croix