Back Vous êtes ici : Société Questions de société Filiation et autorité parentale Nouvelle étude de l’UNAF : Être père aujourd’hui

Nouvelle étude de l’UNAF : Être père aujourd’hui

toutestlié facebookL’UNAF vient de publier une enquête inédite dans laquelle 11 000 pères d’âges et milieux différents témoignent de leur paternité et surtout des freins qui les empêchent de l’exercer pleinement.

La majorité des pères (86%) déclarent que l’éducation qu’ils donnent à leurs enfants est différente de celle qu’ils ont reçue de leurs pères. Ils assurent être plus à leur écoute, plus présents, et s’implique davantage dans leur scolarité. Seuls 14% des pères déclarent élever leurs enfants de la même manière que leurs propres pères. Près de la moitié (46%) d’entre eux déclarent s’être inspirés d’une autre personne, notamment leur mère ou leur conjointe.

Mais 47% estiment ne pas avoir assez de temps pour s’occuper de leurs enfants, en premier lieu à cause de leur travail.
Leur participation aux tâches augmente toutefois les jours où ils ne travaillent pas mais le partage des tâches parentales restent inégalitaires : les pères prennent part aux loisirs ou accompagnent les enfants à des activités, tandis que les mères s’occupent des repas, du coucher et du suivi médical. Mais contrairement aux femmes, ils envisagent très rarement de travailler moins pour se rendre disponibles.

La contrainte professionnelle ne pèse pas de la même manière selon les catégories sociales. Cadres et indépendants souffrent d’horaires lourds, mais bénéficient d’une certaine souplesse d’organisation, tandis que les ouvriers et les employés font moins d’heures , mais pâtissent de contraintes rigides.

Plus de la moitié des pères interrogés (56%) a le sentiment d’être considéré comme le « parent secondaire » et de ne pas être reconnus à leur juste valeur. « Certaines politiques publiques ne sont pas orientées vers eux, reconnaît la présidente de l’UNAF. On le voit par exemple dans les réseaux de soutien à la parentalité – très tournés vers les mères – mais aussi parfois à l’école. L’enjeu, c’est aussi d’engager une réflexion sociétale ». La « parentalité » doit aussi prendre en compte les pères et les aider dans les domaines où ils sont plus mal à l’aise.

Tout les détails de l'étude peuvent être consultés sur le site de l'UNAF.

La CNAFC a développé cette aide à la parentalité dans le cadre de ses Chantiers – Education. Elle propose aux pères de se retrouver une fois par mois autour d’un thème éducatif (l’autorité, l’école, la gestion du temps famille-travail…). Ainsi, autour d’un partage d’expériences, les pères élargissent leurs manières d’être et de faire.

Actualités des familles La Croix