Marchons Enfants ! Les infos

Marchons enfant 2019 bannière

Back Vous êtes ici : Société Questions de société Fin de vie La Justice peut-elle condamner une personne à mourir ?

La Justice peut-elle condamner une personne à mourir ?

Communiqué de presse

Le Conseil d'Etat vient de trancher aujourd'hui, mardi 24 juin 2014, s'il était légal et opportun d'arrêter la vie de Vincent Lambert, tétraplégique, dont les capacités physiques et mentales n'ont pas été jugées suffisantes pour justifier de continuer à l'hydrater et à l'alimenter.

Cette décision ouvre des perspectives très inquiétantes : qu'en sera-t-il de l'avenir des 1 700 patients – connus – qui souffrent des mêmes pathologies que Vincent Lambert ?

Au nom de qui et de quels critères – capacités physiques, mentales, de souffrance... – et sur quelles bases juridiques la Justice peut-elle décider si une personne a le droit ou non de continuer à vivre ?

Pour les AFC, une telle décision remet gravement et profondément en cause l'humanité de notre société et altère durement la confiance que les Français pourraient avoir dans la Justice, dont ils attendent qu'elle les protège quel que soit leur état de santé.

L'expérience montre, dans d'autres pays qui ont ouvert des possibilités analogues, toujours présentées comme « exceptionnelles » et « isolées », que la demande d'euthanasie n'a pas reculé et s'est au contraire développée, jusqu'à envisager aujourd'hui que des personnes démentes ou des jeunes en grande souffrance puissent être concernés. Certains de ces pays (Pays-Bas, Belgique...) connaissent même un exode de leur population âgée vers d'autres pays, signe de l'inquiétude qui est la sienne.

Les AFC rappellent que la prise en charge des personnes en fin de vie appelle d'abord des actions de proximité et d'accompagnement et certainement pas de nouvelles lois qui instaureraient un « droit à mourir ».

Coup de cœur

PMA couv enjeux debats

Actualités des familles La Croix