Back Vous êtes ici : Société Questions de société Fin de vie Témoignage : Pascale Drouin bénévole, Jalmalv (Jusqu’à La Mort Accompagner La Vie)

Témoignage : Pascale Drouin bénévole, Jalmalv (Jusqu’à La Mort Accompagner La Vie)

Cet article fait partie de notre dossier « Fin de Vie : humaniser le débat ». Il est extrait de notre vade-mecum « Accompagner la fin de vie vie ».

Devenir bénévole auprès de personnes qui souffrent de maladies graves ou sont en fin de vie, c'est proposer de passer gratuitement, régulièrement,
quelques heures par semaine auprès des malades. Les bénévoles n'interviennent qu'en tant que membres d'une association qui a signé une convention avec une structure ou un service de soins à domicile.

Quelle motivation nous conduit vers ce bénévolat ?

Pour avoir engagé beaucoup de bénévoles et accompagné de nombreux malades, je crois pouvoir dire que chaque bénévole, ou presque, a été touché
dans sa vie par la maladie grave ou le décès d'un proche. Il a souvent découvert, alors, que cela avait été dur et qu'il était mal préparé à affronter la fin de vie. Il peut aussi avoir vécu des temps de grande qualité qu'il n'imaginait pas. Enrichi, il veut proposer sa présence auprès des malades. Notre place se situe dans l'ici et maintenant, dans l'écoute de l'autre, du verbal au non verbal.

Je peux, à titre d'exemple, vous parler de la mère d'un enfant dans un service d'oncopédiatrie. Cette maman, musulmane, a utilisé mon temps de présence pour insulter son Dieu qui avait envoyé la maladie à son fils, mais ne la reprenait pas. Où et quand aurait-elle pu le dire ?

Dans un autre cas, un médecin me demande de venir dans une chambre auprès d'une dame de 50 ans dont la soeur expirait. Nous n'avons pas échangé de parole, juste partagé ce moment de toute fin de vie qu'elle ne pouvait vivre dans la solitude.

Alors peut-on devenir bénévole à Jusqu'à La Mort Accompagner La Vie sur une simple envie ?

Non, bien sûr, mais nous chercherons avec vous si votre motivation est fondée sur une bonne dose d'humilité, de capacité à écouter et à vous remettre en cause. Alors nous vous proposerons une formation un peu longue, et tout au long de vos accompagnements vous serez soutenus par votre participation obligatoire à des groupes de parole.

Vous saurez que vous êtes à votre place quand vous rentrerez chez vous épuisé mais en forme.

Votre présence ayant eu du sens.

Coup de cœur

PMA couv enjeux debats

Actualités des familles La Croix