Contraception, avortement : toujours plus !

Gratuité de la contraception et de l'avortementMarisol Touraine, ministre de la Santé et des Affaires sociales, vient d’annoncer que, suite au vote en octobre dernier, le remboursement à 100% de l'interruption volontaire de grossesse pour toutes les femmes et la contraception gratuite pour les mineures, entreraient en vigueur le 31 mars prochain. Elle a expliqué que ces mesures avaient été prises au nom de « l’accès au droit [à disposer librement de son corps] » et du combat pour l’égalité.

Dans le prolongement de leurs actions antérieures, les Associations Familiales Catholiques (AFC) ont exprimé par courrier au ministre leur grave préoccupation par rapport à ces dispositions.

Elles ont, une nouvelle fois, rappelé que la promotion croissante de la contraception ne peut pas constituer une solution aux difficultés que les femmes, et notamment celles qui sont mineures, peuvent rencontrer face à une grossesse. En effet, la diffusion, croissante, de la contraception ne fasse pas régresser le nombre d’avortements montre que le recours à l'avortement prend naissance en particulier dans des conceptions erronées de la sexualité qui nous semblent procéder de la même logique que celle des pistes envisagées par le ministère.

Pour les AFC, seule une véritable éducation à l'Amour est susceptible de faire régresser l'avortement et représente l’action efficace de prévention que vous appelez de vos vœux.

Il est frappant de constater que, avec ces mesures, les pères et mères se trouvent, une nouvelle fois, contournés d’office ce qui pose avec une acuité supplémentaire la question de savoir s’ils sont encore, sur ce sujet de l’éducation affective et sexuelle notamment, les premiers et les principaux éducateurs de leurs enfants. Pourtant, compte tenu de l’ampleur de la tâche éducative à accomplir, ils ont plus que jamais besoin d’être confortés dans leur vocation et d’être soutenus pour aborder ces graves questions.

On notera enfin le coût d’une telle mesure, plusieurs millions d’euros chaque année, alors même que le Gouvernement cherche à faire des économies.