Zizi sexuel, une exposition inadaptée à son public et réductrice

expozizi-sexuelLa Cité des Sciences et de l'Industrie organise du 14 octobre 2014 au 2 août 2015 la réédition de l'exposition sur le « Zizi sexuel » destinée à « expliquer l'amour et la sexualité aux 9-14 ans ». Elle ambitionne d' « aborder sans fard les questions qui titillent les pré-ados sur l'amour et la sexualité ». Il leur sera proposé une « quarantaine de manips intéressantes et délurées pour (...) se préparer à aborder sereinement leur vie d'adulte ».

Cette exposition s'inspire du livre Le guide du zizi sexuel de Zep et Béatrice Bruller. Elle avait attiré, en 2007, 340 000 jeunes visiteurs. L'évènement subventionné par le Ministère de l'Education Nationale se veut une approche humoristique et ludique des questions liées à l'amour et la sexualité autour du personnage de bande dessinée Titeuf, et de Nadia, dont il est amoureux.

Cette exposition présente la sexualité sur un mode mécaniciste et hygiéniste avec des informations centrées sur la technique et le plaisir, et sur une « sentimentalité » qui ne dit rien de la vérité du sentiment amoureux et se réduit à un impératif de « respect » mutuel. La sexualité est ordonnée au plaisir et à la performance et non pas orientée vers le don réciproque et la communion des personnes.

L'exposition propose un contenu peu adapté avec des mises en scène beaucoup trop explicites de la relation sexuelle en particulier au regard de la tranche d'âge choisie, beaucoup trop large pour permettre une prise en compte respectueuse de la maturité affective de tous ses visiteurs. D'ailleurs, peu de place est laissée à la poésie et à l'imaginaire, ce qui remet en question la caution « pédagogique » de cette exposition .

Derrière les questions des jeunes adolescents sur l'amour et la sexualité , parfois posées sur un mode provocateur, se profilent des questions sur eux-mêmes, leur origine et leur avenir, leur capacité à aimer et être aimés. Ce sont des questions qui touchent à l'intime de leur personne, corps et cœur, qui ne sont jamais banales, qui ne peuvent prêter à un humour gras ou se traiter sur la place publique.

Pour finir, l'exposition met complètement de côté les parents, qui sont même priés de laisser leurs enfants pénétrer seuls dans certains espaces. Les AFC déplorent cette banalisation de la sexualité ainsi présentée de façon « officielle » aux enfants, et dénoncent cette mise à l'écart des pères et mères, premiers et principaux éducateurs de leurs enfants.