Back Vous êtes ici : Société Questions de société Vie affective et sexuelle

Vie affective et sexuelle

Hausse de la contraception et hausse d’IVG : où est le problème ?

Un rapport de la DREES (Direction des Etudes et Statistiques du ministère de la Santé) paru en juin dernier indique que le nombre d'avortements en France a augmenté en 2013 de 4,7% par rapport à 2012, soit 10 000 avortements de plus.

Cette hausse, souligne l'étude, est pourtant conjointe à « un recours à la contraception » qui, lui, « quelle que soit la méthode utilisée, n'a pas diminué ».
On y apprend par ailleurs que « deux femmes sur trois ayant eu une IVG utilisaient une méthode contraceptive qui n'avait pas fonctionné en raison d'un oubli de pilule ou d'un accident de préservatif ». De même, les femmes « utilisent de plus en plus » la contraception d'urgence.

En somme, l'étude souligne, une nouvelle fois, le paradoxe français, et pointe l'impasse dans laquelle se sont engagées les récentes mesures prises ces derniers mois par les pouvoirs publics, en voulant « libéraliser » la contraception et l'IVG. Car faciliter l'accès aux moyens de contraception n'a non seulement pas endigué le nombre d'avortements, mais encore il l'a accru.

L'enjeu de la question est d'abord éducatif. Il ne se résume pas à prévenir les MST et à verrouiller la fécondité. Il s'agit de développer une véritable éducation affective et sexuelle, seule à même d'enrayer de manière durable le problème des IVG croissante, chez les jeunes en particulier puisque la hausse d'IVG s'observe particulièrement dans la tranche 20-24 ans.

Les politiques actuelles ne permettront donc pas de répondre effectivement aux questions de nombreuses femmes, ni, par conséquent, de réduire le coût – moral et financier – engendré par une sexualité centrée sur une apparente liberté, en réalité individualiste et hédoniste.

Enterrement de l’ABCD de l’égalité : écran de fumée ?

Communiqué de presse

Le ministre de l'Education nationale a annoncé l'abandon du dispositif « ABCD de l'égalité ». Non seulement décrié, il semble ne pas atteindre les objectifs qui lui sont assignés.

Pour les AFC, cette décision aurait pu rassurer les parents si, dans le même temps, n'était pas annoncée la généralisation d'actions en faveur de l'égalité entre les filles et les garçons qui suivent les mêmes principes et la même vision qui animaient le dispositif enterré.

En effet, la lutte contre les inégalités reste présentée comme une « lutte contre les stéréotypes de genre » et une déconstruction plus qu'une construction. Les parents ne sont pas dupes devant ce tour de passe-passe qui consiste à supprimer le nom tout en généralisant le dispositif.

Les AFC rappellent ce qu'elles avaient déjà expliqué au ministère de l'Éducation nationale :

  • ce dispositif entame la confiance des parents envers l'école, alors même que cette confiance réciproque a besoin d'être soutenue,
  • les parents, pères et mères, ne doivent pas être contournés dans leur mission de premiers et principaux éducateurs de leurs enfants,
  • les questions abordées par le dispositif annoncé par le Ministre sont de l'ordre de l'éducation de l'intime et relèvent donc des parents et non de l'école,
  • l'école se doit de respecter une stricte neutralité.

Plutôt que de transmettre à leur insu un message d'indifférenciation, il aurait fallu inviter les parents à apporter aux enfants, sur le chemin qu'ils vont avoir à parcourir jusqu'à l'âge adulte, la matière nécessaire pour se construire en tant qu'homme ou femme, ce qui exige de comprendre le sens de leur corps sexué, les spécificités et la complémentarité de l'homme et de la femme et en fin leur égale dignité.

Les AFC se montreront donc particulièrement attentives aux contenus pédagogiques qui seront mis en œuvre et notamment en direction des enseignants.

Le couple c’est l’amour. Guide pour réussir la vie à deux

Le couple c'est l'amour« On veut réussir notre couple ! » Comment ne pas partager ce désir, mais aussi cette inquiétude avec ceux qui vont se marier ou qui partagent déjà des années de vie commune ?

Ce livre - écrit à quatre mains par un prêtre et une femme mariée et mère de famille – répond aux questions essentielles de la vie en couple. Il propose un itinéraire à travers la lecture de neuf paraboles et de huit béatitudes, accompagnées d'une méditation et d'un questionnaire, fruits de l'expérience pastorale ou conjugale des auteurs. Un itinéraire concret d'éveil qui permettra à chaque couple, à chacun, et à chacune au sein de ce couple de s'interroger et de progresser dans la construction dans la vie à deux ou en famille.

Pratique, méditatif, à la portée de tous, ce guide est le vade-mecum des couples attentifs à la dimension spirituelle de l'amour humain !

Le couple, c'est l'amour sur la Procure

Gender et éducation affective et sexuelle : un tour de France AFC

Dans la continuité de leurs travaux sur le sujet et de leur mobilisation de terrain pour apporter des réponses aux parents dans le contexte de la diffusion du Genre à l’école, les AFC organisent des conférences dans de nombreuses villes.

Pascale Morinière, vice-présidente de la Confédération nationale des AFC, médecin et auteur, avec Laura Bertail, de Lucas ou l’aventure de la vie, y interviendra pour transmettre une vision de la relation homme-femme où le cœur et le corps sont à l’unisson pour le bonheur de chacun, seule vraie réponse – et authentique –  aux discours inspirés par la perspective de genre.

Le « Genre » témoigne en effet d’une grande soif de redécouvrir que l’homme et la femme sont des êtres de relation faits pour aimer et être aimés. Il est plus que jamais nécessaire que de nombreux adultes s’engagent pour transmettre cette bonne nouvelle de la vie et de l’amour centrée sur la relation et non sur une sexualité de consommation.

Les AFC développent depuis de nombreuses années des propositions et des actions pour proposer une véritable éducation affective et sexuelle qui prévienne les effets des visions limitées et incomplètes de la sexualité qui sont principalement proposées aux jeunes et dans la société en général.

Programme

Conférences à venir :

  • Saint Nazaire 22 mai
  • Montfort l'Amaury 23 mai
  • Saint Maur : 5 juin
  • Metz

Conférences passées :

  • Asnières 15 octobre 2013
  • Rueil Malmaison 22 novembre
  • Macon 28 novembre
  • Vesoul 5 décembre
  • Paris XIII 20 janvier 2014
  • Amiens 23 janvier
  • Chartres 7 février
  • Nanterre 20 mars
  • Montauban 25 mars
  • Paris IX 27 mars

Suivez en permanence l’actualité locale des AFC sur les pages locales de notre site.

 

ABCD de l’égalité : le ministère doit veiller à renforcer la confiance des parents envers l’école

logo abcdegaliteSuite à un courrier du 7 février adressé au ministre de l'Education nationale, Pascale Morinière, présidente, et Vincent Porteret, délégué général, ont été reçus ce jeudi 20 mars 2014 par la conseillère de Vincent Peillon en charge des argumentaires et des discours.

Lors de cet entretien, les AFC ont rappelé avec insistance que :

  • les questions soulevées sont de l'ordre de l'éducation de l'intime et relèvent donc des parents et non de l'école,
  • les parents, pères et mères, sont inquiets car ils se sentent contournés dans leur mission de premiers et principaux éducateurs,
  • les supports utilisés par les ABCD de l'égalité n'apportent rien aux enfants sur le chemin qu'ils vont avoir à parcourir jusqu'à l'âge adulte pour se construire en tant qu'homme ou femme et comprendre le sens de leur corps sexué,
  • les programmes d'activités proposées pour les enfants n'éclairent pas la différence et la complémentarité homme-femme et transmettent un message implicite d'indifférenciation
  • les parents estiment que les objectifs poursuivis par ce dispositif expérimental ne sont pas clairs

Le ministère a convenu que le manque de lisibilité des objectifs de ce dispositif pouvait contribuer à alarmer les parents. En effet, non seulement ce programme a des implications fortes pour les enfants eux-mêmes, mais aussi pour la relation de confiance qui lie les familles et l'école. Le ministère doit veiller à renforcer la confiance des parents envers l'école.

L'évaluation du dispositif est prévue d'avril à juin : le ministère s'est engagé à être attentif aux réactions des parents. Les AFC, elles, ont engagé le ministère à expliquer ses objectifs éducatifs, à accepter le dialogue et la discussion et à ne pas soutenir ce projet au détriment de l'indispensable confiance parents-école.

Actualités des familles La Croix