Back Vous êtes ici : Société Questions de société Vie affective et sexuelle

Vie affective et sexuelle

« Quatre mois, trois semaines et deux jours »

article actualisé le 30 aout 2007
Les Associations Familiales Catholiques remarquent que l’œuvre « Quatre mois, trois semaines et deux jours » du Roumain Cristian Mungiu. a été unanimement saluée pour sa qualité sur le plan artistique et parce qu'en dépit de certains partis pris elle suscite des débats importants; les AFC soulignent enfin que cette oeuvre a été remarquée par la dureté de ses images.

Dans ces conditions les familles souhaitent fortement être associées dans les collèges ou les lycées où le film pourrait être diffusé afin d’assurer la bonne information de tous les parents et de veiller à éviter toute orientation idéologique et toute banalisation de l’avortement. Les Associations Familiales Catholiques rappellent l’importance de renforcer la collaboration entre parents et enseignants.

Par ailleurs nous demandons au Ministre de l’Education d’autoriser les parents à ne pas laisser leurs enfants assister à cette projection si ces derniers estimaient que leurs enfants n’étaient pas capables de faire face à la violence de certaines scènes.



Vous pouvez également lire une interview de Jean-Marie Andres, vice président des AFC, réalisée par le quotidien Le Monde dans son édition du 28 Aout. Il réagit suite à la projection du film
lire l'article

Il est temps d’aller au-delà de la relation physique, ses recettes et de ses précautions

Au-delà de l’assimilation abusive entre les techniques abortives et contraceptives, les AFC dénoncent la vision étroite et technique de l'amour, diffusée ces derniers jours par le Ministère de la Santé dans une campagne media.

Cette campagne pourrait être résumée par « Pour ne pas avoir à avorter il suffit d'ajuster la technique de contraception à sa pratique sexuelle ».

En réalité les avortements en France ne baisseront pas sans une véritable éducation à l’Amour.

Une telle campagne est indispensable, mais elle devrait être d'abord l’occasion de jeter les bases d’une éducation à l’amour et rappeler que :
- L’amour est une relation ouverte sur l’avenir, qui permet de se réaliser mutuellement en totalité ; c'est un mouvement qui doit avant tout envisager l’autre comme centre possible de sa vie.
- Aimer engage toute la personne et ne peut se concevoir comme la recherche du plaisir
- Le plaisir physique est une des manifestations du plaisir que nous pouvons connaître avec l'être aimé, avec le plaisir intellectuel, spirituel...
- Le plaisir n'est aussi qu'un des bienfaits de l'amour qui est aussi épanouissement des sentiments, de la psychologie, de l'intelligence, du corps et qui ouvre sur la vie.


Les AFC sont convaincues que c'est cette optique qui répondrait aux besoins du public.

Avortement & Contraception

SOMMAIRE DU DOSSIER

1. Proposition de loi sur la contraception d’urgence : le contenu
2. Avant-projet de loi gouvernemental sur l’avortement et la contraception : le contenu
3. Interruption volontaire de grossesse : la législation actuelle
4. L’autorité parentale, pourquoi la préserver ?
5. Le NORLEVO : pas de danger pour la santé ?
6. Le sens de la loi : l’avortement, une exception – la règle, aider les futures mères en situation de détresse
7. Le respect de la vie, le sens de la responsabilité
8. La force du témoignage
9. Propositions

 

Pièce(s) jointe(s):
Télécharger ce fichier (avortement.pdf)avortement.pdf[Avortement & Contraception 2000]168 Ko

Messieurs du Haut conseil, Si vous leur parliez moins de chimie et un peu plus d’amour ?

Communiqué de presse

Le Haut-conseil de la population et de la famille attire l’attention sur le nombre élevé et stable du nombre d’avortements de mineures en France. Il en déduit qu’il faut faciliter encore leur accès à la contraception, en rendant celle-ci gratuite et sans contrôle parental.
La Confédération se félicite que les autorités s’inquiètent du développent de l’avortement et de ses Conséquences traumatisantes.
Elle rappelle cependant que le syndrome post abortif, jamais étudié sérieusement en France, ne peut être dénoncé seulement pour les 13.000 mineures concernées, en oubliant plus de 200.000 femmes confrontées chaque année à cette épreuve.
La CNAFC s’élève en second lieu contre le quasi monopole proposé officiellement par le Haut-Conseil au Planning familial dans l’école, alors qu’en ce domaine la liberté de choix de l’organisme d’accompagnement doit être laissé impérativement à tout mineur et à ses parents (seuls responsables « juridiques »).

La Confédération nationale des associations familiales catholiques souligne une fois encore la voie sans issue dans laquelle s’enferment les décideurs politiques et que le Haut conseil conforte à sa manière, voie caractérisée par l’information physiologique à l’école et la tolérance de la pornographie en dehors.

Cette politique n’est sont pas rendue plus efficace ni par plus d’information à la contraception, ni par la remplacement des professeurs de science par le planning, ni par la gratuité de la contraception, ni par l’exclusion de la famille de son rôle d’éducation. Ces orientations ouvrent en réalité sans cesse davantage sur l’usage de la pilule abortive et sur l’avortement lui-même, faisant croire que ce dernier est là pour pallier les insuffisances d’une contraception parfaite. De plus, une contraception gratuite et distribuée en dehors du cadre familial, c’est, de fait, imposer aux jeunes une vision de la sexualité autonome de tout sens, et en particulier de tout lien avec la relation effective.

Notre proposition c’est que l’école et les parents, indissociablement, jouent leur rôle d’accompagnement des jeunes dans la durée, pour mener à bien la tâche d’éducation à l’amour vrai, et permettre aux jeunes d’enfin découvrir leur unité propre – corps, sentiment, esprit – et les exigences enthousiasmantes de la relation à l’autre.

Présentation de la brochure "12 questions à se poser avant de parler de la sexualité"

 
 

Parler de sexualité n’est jamais facile. Surtout aujourd’hui. D’une part, notre société en fait souvent quelque chose de très banal. D’autre part, les adultes ne se sentent pas toujours à l’aise vis-à-vis de ce thème. Ce sujet touche pourtant tout humain au plus profond de son être. Comment alors en parler sans se laisser prendre au piège de la banalisation ? Comment le faire sans prétendre savoir à la place de l’autre ce qui est « bon » pour lui ? Comment entendre et orienter son désir ? Comment être, en amour, libre et responsable ? Comment ne pas réduire la rencontre avec l’autre à des comportements normés ?
Peut-on oublier que les jeunes ont besoin de réponses et que, en l’absence d’une présence aimante de la part de leurs parents, ils se tournent automatiquement vers ce que la société contemporaine leur offre ?
Cette brochure est là pour vous aider à répondre à ces questions que vos enfants vous poseront, afin de transmettre sans idéalisme un projet de vie ambitieux, vrai et enthousiasmant.
Télécharger le bon de commande (au format PDF)
 
 
Sommaire
  • I. Notre société et la sexualité
    • 1. Quelle image la culture ambiante donne-t-elle de la sexualité ?
    • 2. Que provoque l’omniprésence de la sensualité et de la pornographie ?
  • II. L’adolescence et la sexualité
    • 3. Quels sont les enjeux propres à l’adolescence ?
    • 4. Les ados ne pensent-ils qu’à « ça » ?
  • III. L’amour à découvrir
    • 5. L’amour dans tout ça ?
    • 6. Dans la sexualité, on donne ou on prend ?
    • 7. Eprouver du désir et du plaisir, est-ce légitime ?
  • IV. En parler avec des jeunes
    • 8. Peut-on aider ses enfants à découvrir l’amour et le désir ?
    • 9. Quel défi l’éducateur doit-il relever en matière d’éducation affective et sexuelle ?
    • 10. La vie en groupe des adolescents : que faire ?
  • V. Les chrétiens et la sexualité
    • 11. Sexe : le fruit défendu ?
    • 12. Que dit l’Eglise catholique ?
  • VI. Quels mots pour en parler
 
   
 
Question 2 : Que provoque l’omniprésence de la sensualité et de la pornographie ?
Aujourd’hui, dans ce contexte où la sexualité se trouve souvent réduite aux rapports sexuels, la pornographie prétend montrer l’acte sexuel dans son intégralité. Mais, en réalité, elle efface tout mystère et tout sentiment : « tout » est montré, « tout » est mis en scène. Dans la pornographie, l’acte sexuel n’est pas représenté comme le fruit et le coeur d’une rencontre, d’un désir de partager avec quelqu’un sa propre humanité. Il est réduit à un assemblage de corps anonymes.
La personne est réduite à son corps et le corps est interchangeable.
 
 
Question 5 : L’amour dans tout ça ?
Aimer ne se réduit pas à la simple contiguïté physique mais engage toute la personne, corps et âme, coeur,intelligence et volonté et lui permet d’accomplir quelque chose de son humanité. Il se manifeste par une présence active à la fois physique, psychique, intellectuelle et spirituelle qui vise à bâtir une relation qui s’approfondit avec le temps.


.
 
 
Question 7 : Eprouver du désir et du plaisir, est-ce légitime ?
Désirer signifie tout d’abord « aller vers l’autre ». Au fond, le désir est une force, une puissance de vie, un « moteur de l’être ». Mais on y trouve donc aussi l’« incomplétude humaine » : c’est la faille qui pousse l’être humain à désirer ; c’est sonmanque. C’est ce manque-là qui marque d’ailleurs notre rapport au temps, à l’espace et à l’autre. C’est ce manque qui pousse à la rencontre..
 
 
Question 12 : Que dit l’Eglise catholique ?
Aujourd’hui, grâce en particulier à Jean-Paul II, un renversement de perspective a été opéré et on célèbre le corps comme signe de la vocation de la personne au don d’elle-même. C’est la capacité d’amour comme don de soi qui est « incarnée » dans le corps, dans lequel s’inscrivent aussi la masculinité ou la féminité de la personne. C’est à partir de cette prémisse que la sexualité humaine est considérée sur le modèle de la communion des personnes divines : communion des âmes, communion des coeurs, communion des corps, pour devenir ainsi une icône vivante de la Trinité.
 
   
 
Cette brochure est au prix de 2€

Le bon de commande est à renvoyer (par chèque bancaire ou postal à l'ordre de Melchior Editions à :
Melchior Editions
63 rue des rosiers
14000 Caen
02 31 23 16 16


Télécharger le bon de commande (au format PDF)

Télécharger cette présentation (au format PDF)

(faites un clic droit sur les liens et "enregistrer la cible du lien" pour récuperer le pdf)
 

Coup de cœur

PMA couv enjeux debats

Actualités des familles La Croix