Back Vous êtes ici : Société

Actualités Questions de Société

Lettre des eveques anglais et écossais sur l'avortement

Le quarantième anniversaire de la Loi de 1967 sur l'avortement est un moment important de réflexion. Il nous donne à tous l'occasion de chérir la vie humaine et de soutenir les femmes qui se trouvent dans des situations difficiles. La loi influence les comportements, certes, mais elle ne contraint personne, par elle-même, à recourir à l'avortement. Même sans changement légal, le taux d'avortements pourrait sensiblement chuter si suffisamment d'esprits et de cœurs étaient eux-mêmes changés. La nature miraculeuse de la reproduction humaine a été rendue plus apparente encore par les progrès récents de la technologie médicale.
En 1967, les ultrasons étaient un outil primitif. Les modules de balayage d'ultrasons permettent aujourd'hui de manifester, de manière extraordinairement détaillée, le développement d'une vie humaine dans l'utérus. Les bébés prématurés peuvent maintenant survivre à des âges toujours plus jeunes. La biologie révèle toujours mieux les beaux et complexes processus de développement et de croissance continus de l'organisation unique et simple qui est formée à la conception. C'est là que nos vies ont commencé. A ce moment, une nouvelle vie humaine apparaît, qui n'est ni la vie du père ni celle de la mère. En 2007, nous comprenons mieux que jamais, parce que nous le voyons de nos propres yeux, le processus merveilleux de la vie qui est rompu par l'avortement.

La loi de 1967 a été votée pour résoudre le problème de l'avortement illégal, en se fondant sur le fait qu'il constituait une importante cause de décès chez les femmes enceintes. A présent nos pays pratiquent presque 200.000 avortements chaque année. Nous avons une des lois les plus libérales d'Europe avec un avortement possible jusqu'à 24 semaines et la possibilité d'avorter en cas de malformation (et pour quelques autres raisons) jusqu'à la naissance. Quelle que soit notre croyance religieuse ou notre conviction politique, l'avortement pratiqué à une telle échelle ne peut qu'être une source de détresse et d'angoisse profonde pour chacun.
L'Eglise catholique, dans le monde entier, s'est constamment opposée à l'avortement comme à un acte moralement mauvais, et est déterminée à donner voix au cri silencieux par lequel chaque vie humaine réclame amour et reconnaissance. L'Eglise, dans nos pays, est depuis de nombreuses années au premier rang pour apporter aux femmes et aux enfants qui sont dans le besoin une aide pratique, affective et spirituelle. Elle cherche également à aider les nombreuses femmes, et les hommes, qui souffrent du remord, de la douleur et de la perte consécutifs à une expérience d'avortement.

Dans les années qui ont suivi la loi de 1967, beaucoup a été fait autour du slogan du "droit de la femme à choisir". Pourtant un grand nombre de femmes qui ont recouru à l'avortement disent n'avoir pas eu de véritable choix. L'avortement est le moment d'un choix. L'avortement est toujours un choix entre la vie et la mort, mais nous reconnaissons qu'il est fait dans des situations personnelles et familiales complexes. Il peut être particulièrement difficile pour la mère qui se sent abandonnée par son partenaire ou pour celle qui, si l'enfant vient au monde, perdra l'appui de sa famille ou de la société. Les femmes exposées à de telles situations peuvent éprouver un intense isolement. Beaucoup de femmes, et d'hommes, également, éprouvent déjà la pression qu'ils auront à s'occuper de leur famille. Ils doivent souvent faire face à des charges financières et aux exigences de leur carrière. Dans de telles situations, les rapports familiaux peuvent être si tendus qu'il paraît impossible d'accueillir une autre vie. Si la grossesse n'est pas désirée, il paraîtra plus facile de soutenir qu'il est en quelque sorte de l'intérêt même de l'enfant de ne pas naître puisqu'il n'est pas le bienvenu. Parfois, la vie de l'enfant est envisagée comme une limitation inutile apportée à celle de la mère ou du père. La vie de l'enfant est placée en opposition à la leur. L'avortement est alors dépeint comme le moindre de deux maux, qui écarte un obstacle au "succès" de la vie des parents.
Pourtant la vie, particulièrement la nouvelle vie, n'est finalement jamais une privation. C'est un don qui enrichit toujours ; une promesse pleine d'espoir. Nous ne devrions jamais nous laisser persuader du contraire. Souvent "le droit de la femme à choisir" constitue une méconnaissance du rôle du père. Il prend le pas sur le fait que la majorité des hommes veulent être pères de leurs enfants. Si nous acceptons ce "droit" comme un principe permettant d'exercer un choix si fondamental entre la vie et la mort, alors plutôt que d'encourager les hommes à accepter leurs responsabilités, il justifie leur démission et leur fuite.

Pour chaque personne concernée, l'avortement aura souvent été une décision douloureuse et destructrice. Beaucoup de femmes en sont pratiquement victimes autant que leur enfant à naître. C'est pourquoi nous croyons que l'avortement n'est pas seulement un choix personnel. Il met en cause les choix que fait notre société pour soutenir les femmes, leurs partenaires et les familles qui vivent ces situations. Si notre société fait le choix de la vie, alors il n'y a aucune raison pour que l'enfant, la mère et le père, voire la famille entière ne puissent grandir pour développer leur potentiel. L'avortement vole à chacun son futur. Individuellement et en tant que société, nous croyons que nous avons un autre choix : donner naissance à la vie Comment pourrons-nous aider, tous, à provoquer ce changement ? Notre société ne perdra rien à agir désormais pour stimuler une nouvelle approche, mieux comprise, des rapports humains, de la responsabilité et du soutien mutuel :

1.- En étant des parents et des familles qui aiment la vie et aident leurs enfants à prendre des décisions qui sont, de manière responsable, favorables à la vie.

2.- En apportant aides et conseils attentifs aux jeunes femmes enceintes.

3.- En apportant davantage et de meilleurs moyens pour soutenir et aider les jeunes mères qui choisissent d'avoir des enfants.

4.- En démantelant le système qui tend souvent à convaincre les jeunes femmes de recourir à un avortement précoce sans qu'aucune autre alternative n'ait été explorée ni leur ait été proposée. Faire de la véritable liberté de choix une réalité est une étape première et essentielle d'un changement fondamental des esprits et des cœurs.

5.- En aidant et en développant de meilleurs programmes éducatifs, qui placent le don des relations sexuelles dans le contexte du mariage et de la fidélité. De tels programmes peuvent aider à comprendre véritablement la joie et la responsabilité sacrée de la condition parentale. Ils peuvent informer sur les moyens mis à disposition par l'Eglise catholique et la société pour aider les familles et les parents dans les moments de difficulté qu'ils rencontrent.

6.- En respectant et en soutenant la décision de ceux qui, dans le corps médical, refusent de pratiquer ou d'apporter leur concours aux avortements pour des raisons de conscience.
7.- En encourageant le changement réalisable de la loi à la lumière des avancées réalisées par les progrès de la médecine, même si le Parlement ne supprime pas la loi. Tout en réaffirmant le principe du caractère sacré de la vie humaine, il est à la fois licite et important, pour ceux qui s'opposent dans la vie publique au principe même de l'avortement, de travailler et de voter pour favoriser l'amélioration de ce qui constitue une loi injuste. La foi catholique nous permet d'entrevoir la gloire rayonnante de la vie humaine de son commencement à son terme. Quand nous savons de chaque personne, quel que soit son âge, sa race ou sa condition, qu'elle porte en elle l'image de Dieu, nous comprenons sa valeur et sa dignité infinies. Que l'on ait ou non cette vision de la foi, l'amour de la vie est la valeur centrale de chaque société qui veut s'épanouir.

L'Eglise catholique s'offre à participer pour travailler avec les autres à cet urgent changement du cœur et de l'esprit. Nous espérons et prions pour le bien de notre humanité commune, et les vies qui sont en jeu, que les 40 années à venir raconteront une histoire très différente.

C'est maintenant qu'il faut prendre une autre voie.

Cardinal Keith O'Brien
Président de la Conférence épiscopale catholique d'Ecosse

Cardinal Cormac Murphy-O'Connor
Président de la Conférence épiscopale catholique d'Angleterre et du Pays de Galles.

Lettre ouverte des AFC aux sénateurs

Ce courrier est adressé par les AFC aux sénateurs qui votent en ce moment le projet de loi de financement de la sécurité sociale.


Paris, le 15 novembre 2007

Madame, Monsieur le Sénateur,

Le fait que le nombre d’avortements ne baisse pas en France, et ce depuis plusieurs années, constitue un véritable drame. La société le mesure chaque jour, comme elle mesure qu’un tel acte est un acte qui compte dans la vie d’une femme et qu’il a souvent des conséquences psychologiques importantes.

Le projet de loi de financement de la sécurité sociale que vous allez avoir à voter propose de rendre l’avortement plus discret, plus banal en offrant la possibilité aux centres de planning familial de délivrer la pilule RU 486.

Pour les AFC, ce n’est pas en adoptant cette voie que l’on résoudra le problème que pose aujourd’hui l’avortement en France et ce même si l’on nous garantit que des précautions seront prises pour ne pas le pratiquer chez des femmes seules. Bien souvent, les femmes en détresse, qui apparemment s’adressent plus facilement aux centres du Planning familial, sont aussi des femmes isolées. Qu’en sera-t-il alors ? Seront-elles livrées à elles-mêmes sans aucun accompagnement pour un acte qui interpellent l’opinion comme les pouvoirs publics tant par son ampleur que par sa portée ?

Pour les AFC, la solution n’est pas dans une nouvelle facilitation de l’avortement, pas plus que dans la diffusion croissante de la contraception. Il s’agit pourtant apparemment de la voie suivie de façon continue par les pouvoirs publics.

En réalité, les avortements en France ne baisseront pas sans une véritable éducation à l’Amour, tâche à laquelle les AFC entendent contribuer pleinement. Rien n’interdit d’ailleurs de penser que l’on prenne un jour vraiment en compte les effets de l’avortement et que les dimensions de la sexualité humaine soient pleinement respectées. Votre vote sur cet article peut constituer une étape dans ce changement.

Confiant en votre capacité à éclairer le débat, je vous prie de croire, Madame, Monsieur le Sénateur en l’expression de ma profonde considération.

Il est temps d’aller au-delà de la relation physique, ses recettes et de ses précautions

Au-delà de l’assimilation abusive entre les techniques abortives et contraceptives, les AFC dénoncent la vision étroite et technique de l'amour, diffusée ces derniers jours par le Ministère de la Santé dans une campagne media.

Cette campagne pourrait être résumée par « Pour ne pas avoir à avorter il suffit d'ajuster la technique de contraception à sa pratique sexuelle ».

En réalité les avortements en France ne baisseront pas sans une véritable éducation à l’Amour.

Une telle campagne est indispensable, mais elle devrait être d'abord l’occasion de jeter les bases d’une éducation à l’amour et rappeler que :
- L’amour est une relation ouverte sur l’avenir, qui permet de se réaliser mutuellement en totalité ; c'est un mouvement qui doit avant tout envisager l’autre comme centre possible de sa vie.
- Aimer engage toute la personne et ne peut se concevoir comme la recherche du plaisir
- Le plaisir physique est une des manifestations du plaisir que nous pouvons connaître avec l'être aimé, avec le plaisir intellectuel, spirituel...
- Le plaisir n'est aussi qu'un des bienfaits de l'amour qui est aussi épanouissement des sentiments, de la psychologie, de l'intelligence, du corps et qui ouvre sur la vie.


Les AFC sont convaincues que c'est cette optique qui répondrait aux besoins du public.

De chair et de parole

coup de coeur

Xavier Lacroix, De chair et de parole. Fonder la famille, Paris, Bayard, 2007

Avec cet ouvrage, Xavier Lacroix poursuit sa réflexion de façon toujours stimulante. Il insiste sur la nécessité d'un discours d'ordre éthique sur la famille, d'une parole « qui appelle et ouvre un horizon ». Si cette parole est nécessaire c'est, rappelle-t-il d'emblée, que les liens familiaux ne sont pas des liens comme les autres : « ils sont le fruit d'une alliance de la chair et de la parole », des liens à instituer, des liens aujourd'hui fragilisés mais célébrés par nos contemporains.
Comme le montre l'auteur, « la réalisation d'une conjugalité aimante et durable, solidaire et personnalisante est une tâche éthique toujours devant nous, individuellement et collectivement ». On comprend alors qu'il conclue en expliquant que deux verbes sont à retenir pour une éthique familiale : demeurer et cheminer. Demeurer parce que la famille a besoin de solides fondations (le mariage, la différence des sexes, l'accueil de la vie comme don et l'appartenance à un plus grand corps). Cheminer parce que la famille ouvre un chemin de vie, une aventure, avec ses joies, ses peines aussi, un chemin dans lequel l'auteur voit un « exode », « chemin hors de » qui serait caractéristique de l'amour « qui est une sortie de soi, un décentrement ».

« Quatre mois, trois semaines et deux jours »

article actualisé le 30 aout 2007
Les Associations Familiales Catholiques remarquent que l’œuvre « Quatre mois, trois semaines et deux jours » du Roumain Cristian Mungiu. a été unanimement saluée pour sa qualité sur le plan artistique et parce qu'en dépit de certains partis pris elle suscite des débats importants; les AFC soulignent enfin que cette oeuvre a été remarquée par la dureté de ses images.

Dans ces conditions les familles souhaitent fortement être associées dans les collèges ou les lycées où le film pourrait être diffusé afin d’assurer la bonne information de tous les parents et de veiller à éviter toute orientation idéologique et toute banalisation de l’avortement. Les Associations Familiales Catholiques rappellent l’importance de renforcer la collaboration entre parents et enseignants.

Par ailleurs nous demandons au Ministre de l’Education d’autoriser les parents à ne pas laisser leurs enfants assister à cette projection si ces derniers estimaient que leurs enfants n’étaient pas capables de faire face à la violence de certaines scènes.



Vous pouvez également lire une interview de Jean-Marie Andres, vice président des AFC, réalisée par le quotidien Le Monde dans son édition du 28 Aout. Il réagit suite à la projection du film
lire l'article

Actualités des familles La Croix