Back Vous êtes ici : Société

Actualités Questions de Société

Lettre ouverte des AFC aux sénateurs

Ce courrier est adressé par les AFC aux sénateurs qui votent en ce moment le projet de loi de financement de la sécurité sociale.


Paris, le 15 novembre 2007

Madame, Monsieur le Sénateur,

Le fait que le nombre d’avortements ne baisse pas en France, et ce depuis plusieurs années, constitue un véritable drame. La société le mesure chaque jour, comme elle mesure qu’un tel acte est un acte qui compte dans la vie d’une femme et qu’il a souvent des conséquences psychologiques importantes.

Le projet de loi de financement de la sécurité sociale que vous allez avoir à voter propose de rendre l’avortement plus discret, plus banal en offrant la possibilité aux centres de planning familial de délivrer la pilule RU 486.

Pour les AFC, ce n’est pas en adoptant cette voie que l’on résoudra le problème que pose aujourd’hui l’avortement en France et ce même si l’on nous garantit que des précautions seront prises pour ne pas le pratiquer chez des femmes seules. Bien souvent, les femmes en détresse, qui apparemment s’adressent plus facilement aux centres du Planning familial, sont aussi des femmes isolées. Qu’en sera-t-il alors ? Seront-elles livrées à elles-mêmes sans aucun accompagnement pour un acte qui interpellent l’opinion comme les pouvoirs publics tant par son ampleur que par sa portée ?

Pour les AFC, la solution n’est pas dans une nouvelle facilitation de l’avortement, pas plus que dans la diffusion croissante de la contraception. Il s’agit pourtant apparemment de la voie suivie de façon continue par les pouvoirs publics.

En réalité, les avortements en France ne baisseront pas sans une véritable éducation à l’Amour, tâche à laquelle les AFC entendent contribuer pleinement. Rien n’interdit d’ailleurs de penser que l’on prenne un jour vraiment en compte les effets de l’avortement et que les dimensions de la sexualité humaine soient pleinement respectées. Votre vote sur cet article peut constituer une étape dans ce changement.

Confiant en votre capacité à éclairer le débat, je vous prie de croire, Madame, Monsieur le Sénateur en l’expression de ma profonde considération.

Il est temps d’aller au-delà de la relation physique, ses recettes et de ses précautions

Au-delà de l’assimilation abusive entre les techniques abortives et contraceptives, les AFC dénoncent la vision étroite et technique de l'amour, diffusée ces derniers jours par le Ministère de la Santé dans une campagne media.

Cette campagne pourrait être résumée par « Pour ne pas avoir à avorter il suffit d'ajuster la technique de contraception à sa pratique sexuelle ».

En réalité les avortements en France ne baisseront pas sans une véritable éducation à l’Amour.

Une telle campagne est indispensable, mais elle devrait être d'abord l’occasion de jeter les bases d’une éducation à l’amour et rappeler que :
- L’amour est une relation ouverte sur l’avenir, qui permet de se réaliser mutuellement en totalité ; c'est un mouvement qui doit avant tout envisager l’autre comme centre possible de sa vie.
- Aimer engage toute la personne et ne peut se concevoir comme la recherche du plaisir
- Le plaisir physique est une des manifestations du plaisir que nous pouvons connaître avec l'être aimé, avec le plaisir intellectuel, spirituel...
- Le plaisir n'est aussi qu'un des bienfaits de l'amour qui est aussi épanouissement des sentiments, de la psychologie, de l'intelligence, du corps et qui ouvre sur la vie.


Les AFC sont convaincues que c'est cette optique qui répondrait aux besoins du public.

De chair et de parole

coup de coeur

Xavier Lacroix, De chair et de parole. Fonder la famille, Paris, Bayard, 2007

Avec cet ouvrage, Xavier Lacroix poursuit sa réflexion de façon toujours stimulante. Il insiste sur la nécessité d'un discours d'ordre éthique sur la famille, d'une parole « qui appelle et ouvre un horizon ». Si cette parole est nécessaire c'est, rappelle-t-il d'emblée, que les liens familiaux ne sont pas des liens comme les autres : « ils sont le fruit d'une alliance de la chair et de la parole », des liens à instituer, des liens aujourd'hui fragilisés mais célébrés par nos contemporains.
Comme le montre l'auteur, « la réalisation d'une conjugalité aimante et durable, solidaire et personnalisante est une tâche éthique toujours devant nous, individuellement et collectivement ». On comprend alors qu'il conclue en expliquant que deux verbes sont à retenir pour une éthique familiale : demeurer et cheminer. Demeurer parce que la famille a besoin de solides fondations (le mariage, la différence des sexes, l'accueil de la vie comme don et l'appartenance à un plus grand corps). Cheminer parce que la famille ouvre un chemin de vie, une aventure, avec ses joies, ses peines aussi, un chemin dans lequel l'auteur voit un « exode », « chemin hors de » qui serait caractéristique de l'amour « qui est une sortie de soi, un décentrement ».

« Quatre mois, trois semaines et deux jours »

article actualisé le 30 aout 2007
Les Associations Familiales Catholiques remarquent que l’œuvre « Quatre mois, trois semaines et deux jours » du Roumain Cristian Mungiu. a été unanimement saluée pour sa qualité sur le plan artistique et parce qu'en dépit de certains partis pris elle suscite des débats importants; les AFC soulignent enfin que cette oeuvre a été remarquée par la dureté de ses images.

Dans ces conditions les familles souhaitent fortement être associées dans les collèges ou les lycées où le film pourrait être diffusé afin d’assurer la bonne information de tous les parents et de veiller à éviter toute orientation idéologique et toute banalisation de l’avortement. Les Associations Familiales Catholiques rappellent l’importance de renforcer la collaboration entre parents et enseignants.

Par ailleurs nous demandons au Ministre de l’Education d’autoriser les parents à ne pas laisser leurs enfants assister à cette projection si ces derniers estimaient que leurs enfants n’étaient pas capables de faire face à la violence de certaines scènes.



Vous pouvez également lire une interview de Jean-Marie Andres, vice président des AFC, réalisée par le quotidien Le Monde dans son édition du 28 Aout. Il réagit suite à la projection du film
lire l'article

Les AFC se félicitent de la décision du 20 février de la cour de Cassation de Paris.

Celle-ci clarifie définitivement que, dans le cadre de la législation actuelle, le partage de l'autorité parentale de l'adoptant ne peut s'envisager que vis-à-vis du père ou de la mère de l'adopté et pour autant que ce dernier soit le conjoint de l'adoptant.

Ce faisant elle met fin à des démarches juridiques sciemment élaborées pour mettre les juges devant des situations de fait afin de les conduire à prononcer des délégations d'autorité parentale en faveur de couples homosexuels alors même que la loi ne leur reconnaît pas l'accès au mariage.

Nous tenons à dénoncer vivement ces démarches qui constituent des contournements de la loi et du processus institutionnel démocratique français. Nous les dénonçons d'autant plus que les citoyens français, conscients des intérêts de l'enfant, continuent à se montrer extrêmement réservés quant à leur adoption par des couples homosexuels.

A partir de ces exemples, les AFC tiennent également à souligner que certains couples homosexuels, cherchant à répondre à leurs désirs de parentalité, mettent en œuvre des techniques de procréation médicalement assistée par lesquelles ils occultent l'identité du père biologique des enfants qui viendront à naître. Cette pratique, qui prive volontairement l'enfant de la connaissance de ses origines biologiques, asservit l'intérêt de l'enfant aux désirs des adultes.

De manière générale certains couples homosexuels mettent en œuvre des substituts juridiques ou médicaux... pour accéder au contenu des unions naturelles. La complication des situations mises en évidence par ces affaires démontre que ces substituts ne donnent accès qu'à une ressemblance virtuelle et ne conduisent qu'à des situations inextricables

Formation Enfants

formation grandir et aimer vertical 218x308

Coup de cœur

livre laetitia de calbiac

Actualités des familles La Croix