Back Vous êtes ici : Vie pratique Vie quotidienne Pouvoir d'achat

Pouvoir d'achat

Ce qui change en 2020

Chaque début d’année est synonyme de changement. Le service consommation des AFC vous présente quelques nouveautés et modifications concernant la vie quotidienne des familles applicables depuis le 1er janvier 2020.

Ce qui change en 2020Interdiction de certains additifs alimentaires
À compter du 1er janvier 2020, suite à un arrêté conjoint des ministres de l'Économie et des Finances et de la Transition écologique et solidaire, le dioxyde de titane (E1741) est interdit dans les denrées alimentaires.

Cet additif alimentaire est notamment utilisé comme colorant et opacifiant dans certains chewing-gums, plats préparés, bonbons et sauces.

Interdiction de certains produits en plastique
Dès le 1er janvier 2020, l'interdiction du plastique est étendue à de nouveaux produits à usage unique.
Sont notamment concernés :

- la vaisselle jetable en plastique : gobelets, verres et assiettes jetables
-  les bouteilles d'eau en plastique dans les cantines scolaires
- les touillettes et pailles en plastique dans la restauration, la vente à emporter, les cantines et les commerces alimentaires
- les cotons-tiges en plastique.

APL : un nouveau mode de calcul dès le mois de janvier
Les allocataires de l'aide personnalisée au logement en ont été avertis fin 2019 via un courrier de leur Caisse des allocations familiales : le calcul des APL change en 2020. Les revenus remontant à deux ans ne seront plus pris en compte pour déterminer le montant de votre aide. Cette dernière sera fondée sur les revenus perçus sur les douze derniers mois glissants. En clair, pour le montant de l'APL de janvier 2020, l'administration va prendre en compte les revenus perçus entre décembre 2018 et novembre 2019. Et ainsi de suite tous les trois mois.

Certains médicaments ne seront plus en accès libre
A compter du 15 janvier 2020, les médicaments à base de paracétamol et certains anti-inflammatoires non stéroïdiens (aspirine et ibuprofène) ne sont plus en accès libre. Attention : ces médicaments seront toujours disponibles sans ordonnance. L'objectif est de renforcer le rôle de prévention et de conseiller du médecin afin d'éviter un éventuel surdosage résultant de l’automédication.

Reste à charge zéro : quelques changements dès l'an prochain
La mise en place définitive du reste à charge zéro est prévue en 2021. Toutefois, pour certains soins, des remboursements vont être effectifs dès l'an prochain.

- Optique: en 2020, les opticiens doivent proposer des lunettes sans reste à charge (17 modèles pour adulte et 10 pour enfant). Pour des lunettes à verres multifocaux ou progressifs avec une forte correction, le plafond s'établira à 800 euros avec, pour les montures, un remboursement maximal de 100 € dans tous les cas.
Ces garanties seront limitées à une paire de lunettes par période de 2 ans (à l'exception des cas pour lesquels un renouvellement anticipé peut être prévu notamment pour les enfants de moins de 16 ans et en cas d'évolution de la vue).

- Dentaire : en 2020, le reste à charge doit s'appliquer aux couronnes et aux bridges. Sur une couronne par exemple, le prix ne devra pas dépasser 500 euros.

Permis à 1 euro par jour : réservé aux écoles de conduite labellisées à partir de 2020
À partir du 1er janvier 2020 (et au plus tard au 1er mars 2020), le dispositif du « permis à 1 € par jour » est accessible aux écoles de conduite et aux associations disposant du label « qualité des formations au sein des écoles de conduite ».

Ce prêt à taux zéro s'adresse aux jeunes de 15 à 25 ans afin de les aider à financer l’obtention de leur permis de conduire (catégorie A1, A2 ou B).
Il sert uniquement au financement d'une formation initiale ou, en cas d'échec à l'épreuve pratique, il peut servir également au financement d'une formation complémentaire.
Il n'est attribué qu'une seule fois à un même bénéficiaire dans le cas d'une formation initiale.

Pour une formation initiale, son montant est de 1 200 € maximum, 300 € pour une formation complémentaire.

Conseils aux familles pour des achats de Noël et de la Saint Sylvestre réussis

Noêl en familleComme chaque année, la DGCCRF (Direction générale de la concurrence et de la Répression des fraudes) donne aux familles des informations pratiques et des conseils pour réussir leurs achats de Noël et de la Saint Sylvestre.

Cette brochure passe en revue les produits festifs du réveillon, des produits alimentaires (dindes, foie gras, saumon, etc.) jusqu’aux produits multimédia (jeux vidéo, tablettes numériques, smartphones, etc.), et bien sûr les jouets. Vous saurez tout sur la réglementation en vigueur, les pièges à éviter et les recours en cas de déconvenue. 

Attention aux mauvaises surprises !
Les fêtes de fin d'année sont souvent synonymes de mets raffinés. Soyez vigilant sur les aliments que vous achetez et leur provenance ! Vérifiez l’étiquetage dont les indications sont utiles pour vous guider dans vos achats.

Evitez les arnaques sur les sites internet !
Privilégiez les sites connus ou recommandés, disposant d’une bonne notoriété et qui offrent une sécurité maximale au moment du paiement. N’oubliez pas que prix bas n’est pas forcément synonyme de bonnes affaires. Sachez que les e-commerçants sont soumis à une obligation d'information à l'égard des consommateurs, concernant en particulier l’identification du vendeur, les caractéristiques du produit, les garanties. Ces conseils vont vous permettre d’éviter toute déconvenue.

Veillez à la sécurité des enfants !
Certains jouets peuvent présenter des risques. Pour écarter tout danger, il est indispensable de lire les modes d’emploi, de vérifier le fonctionnement du produit, et de tenir compte des avertissements de sécurité. La mention d’un âge recommandé sur le jouet vous permet d’orienter votre choix en achetant un jouet adapté. Le marquage « CE » sur le jouet signifie que le fabricant atteste que son produit satisfait aux exigences réglementaires de sécurité. Il doit être visible et indélébile. 

Source
Photo by Paige Cody on Unsplash

Black Friday

Black FridayPromotions et bonnes affaires en tout genre, nous poussent à toujours vouloir plus. C’est ce qui se passe avec le black Friday importé des USA. Il est né dans les années 1970 où les enseignes américaines décident d'adopter cette expression pour désigner le début des achats de Noël.
Difficile d’y voir une consommation responsable…

Accumuler est une des conséquences de la société de consommation. Résultat : les tee-shirts s’empilent dans nos armoires ; les outils dans nos boîtes à bricolage, et le tout s’accumule dans nos appartements, maisons, garages, caves et greniers pour n’être au final que très peu utilisé.

C’est pourquoi, plutôt que de vouloir absolument acheter, nous pourrions porter un autre regard sur notre façon de consommer et changer quelques habitudes.

Troquer un vêtement, déposer des objets à la recyclerie, partager une tondeuse ou encore emprunter un appareil à raclette, sont des gestes simples auxquels on ne pense pas toujours. Ces gestes simples permettent aussi d’allonger la durée de vie des produits. De plus, ces pratiques de consommation permettent de créer du lien social.

Alors pour éviter de remplir à nouveau votre maison à l’occasion du Black Friday, posez-vous la question de votre véritable besoin et adaptez vos achats.

Cependant le Black Friday peut être l’occasion pour les familles de réaliser quelques belles affaires avant Noël.
Et si, à l’origine, seuls les commerces en ligne étaient concernés par le Black Friday, certains magasins physiques, notamment de la grande distribution, participent désormais aussi à cette opération commerciale.

Les AFC rappellent que

- l’information sur les prix est obligatoire quelles que soient les formes de vente : en magasin, à distance, à domicile et que les prix des produits ou services disponibles à la vente, ainsi que les conditions particulières de la vente et de l’exécution des services, doivent être lisibles et compréhensibles, donc visibles, exprimés en euros et toutes taxes comprises.

- aucune annonce de réduction de prix ne peut être effectuée sur des articles qui ne sont pas disponibles à la vente ou des services qui ne peuvent être fournis pendant la période à laquelle se rapporte la publicité.

- l’étiquetage, le marquage ou l’affichage des prix à l’intérieur d’un magasin ou sur un site Internet marchand doivent faire apparaître à la fois le prix réduit annoncé et le prix de référence.

- les infractions aux règles concernant le prix, la publicité et les pratiques commerciales trompeuses et déloyales doivent être dénoncées aux services de la répression des fraudes.

Crédit photo : Affaires photo créé par freepik - fr.freepik.com

Groupe Facebook des AFC

groupe facebook esprit de famille

Coup de cœur

Le sommeil ami de lhomme

Actualités des familles La Croix