31/12/2020

Le mariage, gage de stabilité (Radio Notre-Dame)

La raison principale de l’institution du mariage civil est la protection du plus faible. Que ce soit le conjoint ou un enfant.

Chronique des AFC sur Radio Notre-Dame le jeudi 31 décembre

Ecouter la chronique

Chers auditeurs,

En contemplant le couple formé par Joseph et Marie, je voudrais revenir avec vous sur le mariage, pas seulement le sacrement que les chrétiens se donnent sous le regard de Dieu, mais aussi l’institution du mariage prévue par le Code civil dès 1803.

La raison principale de l’institution du mariage civil est la protection du plus faible. Que ce soit le conjoint ou un enfant. En donnant explicitement la définition du père : « L’enfant conçu ou né pendant le mariage a pour père le mari », le Code Civil protège la mère. Elle n’a pas besoin de s’adresser à un juge pour faire reconnaître la paternité d’un homme.

Le mariage entraine des devoirs : « Les époux assurent la direction morale et matérielle de la famille. Ils pourvoient à l’éducation des enfants et préparent leur avenir ».

Par leur mariage, il se crée une alliance, un lien de famille d’où découle la filiation ou le droit d’user du même nom, par exemple. Le mariage offre ainsi des garanties de stabilité aux familles.

Cependant, une proposition de loi et une décision de justice viennent récemment d’affaiblir cette institution.

La proposition de loi sur l’adoption permettrait à des personnes pacsées ou en concubinage d’adopter un enfant. Cela reviendrait, si elle était votée, à donner les mêmes droits à des régimes matrimoniaux qui n’impliquent pourtant pas les mêmes devoirs.

Dans le même ordre d’idée, la Cour de Cassation a rendu le 16 décembre son jugement sur l’affaire Gleeden, un site de rencontres extra conjugales : il n’est pas interdit de faire la promotion de l’adultère au nom de la liberté d’expression. L’institution du mariage est une nouvelle fois affaiblie. En permettant de faire de la publicité pour l’infidélité, la justice contredit le code civil qui stipule que « Les époux se doivent mutuellement respect, fidélité, secours et assistance ».

Par ces deux événements, des occasions précieuses ont été manquées de renforcer le tissu social en réaffirmant l’importance du mariage et les devoirs des époux.  Les AFC ont fait des propositions dans ce sens au Président de la République à la suite de la rencontre qui a eu lieu à l’Elysée le 2 décembre dernier.

Partager cet article
Actualité

Ces articles peuvent vous intéresser

Un film au service des couples
La carte familles nombreuses
Dîner en amoureux