Back Vous êtes ici : Education Vie scolaire et éducation Eduquer au quotidien Chronique éducation : la géographie

Chronique éducation : la géographie

Carte vierge de FranceAujourd'hui, beaucoup d'adolescents ne savent pas répondre lorsqu'on leur demande de situer  en France une grande ville, un fleuve, une montagne. Certains pensent peut-être que c'est inutile, puisqu'il suffit de chercher une carte géographique sur Internet. C'est la confusion, fatale de nos jours, entre l'information et le savoir.

Si l'on a besoin, pour une raison précise, de situer Mombasa, une recherche sur Google donne la réponse assortie d'autres informations. Mais le savoir géographique est autre chose : c'est la maîtrise d'un grand nombre d'informations reliées les unes aux autres, que l'on peut exprimer par des mots et des phrases parce qu'on en a une représentation mentale, une série d'images que le cerveau reconstruit  à la demande.


En géographie, la base des représentations mentales, ce sont les cartes : cartes des côtes, des fleuves, des montagnes, des frontières nationales, de la population, de l'économie etc.

Exemple : avant la fin de la 3ème, un élève devrait savoir que le Rhin et le Rhône ont des sources voisines dans les Alpes, "château d'eau de l'Europe", sources situées non loin du lac de Genève dont ils devraient connaître l'emplacement. Il devrait savoir que le Rhin se jette dans la Mer du Nord, le Rhône en Méditerranée, et connaître leurs trajets schématiques et les principales villes sur leurs parcours.

Comme en toutes choses, ce savoir s'acquière progressivement avec, bien entendu, de nombreuses répétitions :

  • trouver des informations sur des cartes renseignées
  • renseigner des cartes muettes (on peut en télécharger gratuitement sur www.d-maps.com)
  • recopier une carte en traçant d'abord un quadrillage de lignes verticales et horizontales sur la carte elle-même, puis sur la feuille où l'on veut dessiner, ce qui fournit des repères pour les tracés.

De même que le botaniste apprend plus en dessinant une plante avec tous les détails visibles qu'en prenant une photo, copier une carte oblige à l'observer attentivement et nourrit la réflexion.

  • enfin, dessiner de mémoire, en commençant par la carte de France, par le fameux  « Hexagone » dont on apprend les proportions et que l'on complète progressivement.


On peut ajouter :

  • observer et analyser tout ce que l'on trouve sur la belle carte de l'IGN à l'échelle du 25 000e d'un secteur que l'on connaît bien
  • examiner un globe terrestre, chercher le trajet le plus court en avion entre Paris et Tokyo par exemple



Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.      

Source : Instruire et transmettre     


Coup de cœur

Film Popieluszko SAJE

Actualités des familles La Croix