Bannière Piquets de mobilisation Marchons Enfants

Back Vous êtes ici : Politique Politique et famille Instances de la politique familiale Education, mariage et politique familiale au menu de l’entretien avec Dominique Bertinotti

Education, mariage et politique familiale au menu de l’entretien avec Dominique Bertinotti

Antoine Renard, président de la CNAFC, accompagné de Pascale Morinière, vice-présidente, ont été reçus, à sa demande, par Madame Dominique Bertinotti, ministre en charge de la Famille, pour un tour d'horizon des sujets portés par le mouvement AFC.

Quelques jours après la remise du rapport du Centre d'Analyse Stratégique sur le soutien aux parents, les AFC ont mis en évidence l'existence en France de bonnes pratiques en la matière, dont les Chantiers-Éducation, proposition qui a retenu toute l'attention du ministre. Cette dernière partage, en effet, le constat des AFC suivant lequel les parents sont aujourd'hui plus désemparés que démissionnaires et qu'ils font face à des injonctions de toutes sortes qui mettent en doute leur confiance dans leur capacité à être les premiers éducateurs de leurs enfants.

Rappelant combien un enfant a besoin, pour grandir, de son père et de sa mère et que la stabilité conjugale, que favorise le mariage, est également un atout pour les enfants, les AFC ont souligné l'importance des besoins en matière de conjugalité (en référence aux propositions élaborées pour les élections 2012). Sur ce point, le ministre a développé les raisons qui conduisent le Gouvernement à vouloir ouvrir le mariage aux personnes de même sexe. Les AFC ont de leur côté exposé les arguments qui fondent leur vive opposition à ce projet :

- finalités du mariage telles qu'elles restent encore largement perçues dans la population,

- besoins des enfants d'un père et d'une mère, de stabilité... (besoins qui ne sont donc pas simplement fonctionnels) et donc injustice pour ceux qui se trouveraient dans une situation différente cautionnée par la loi,

- rôle de l'Etat et de la loi qui implique de traiter différemment des situations différentes, sauf à créer sur ce plan aussi des injustices...

Ont été évoqués les travaux réalisés par les AFC sur les coûts du non-mariage.

Enfin, l'entretien a permis un échange approfondi sur l'état de la politique familiale en France avec un constat partagé à la fois sur ses atouts et sur son manque de lisibilité. Sur ce plan, le ministre a écouté avec attention les propositions des AFC pour clarifier les dispositifs existant et notamment :

- prendre en compte la capacité contributive des familles en préservant l'utilisation du quotient familial

 - améliorer la conciliation entre vie familiale et vie professionnelle pour créer les conditions d'un vrai libre choix des familles : la proposition, que portent les AFC depuis plusieurs années, de créer un congé parental fractionné permettant aux parents d'être présents aux différents âges de l'enfant a retenu toute l'attention du ministre,

- soutenir les initiatives locales de développement des possibilités de télétravail pour limiter les temps de déplacement travail-domicile en créant des centres de télétravail plutôt que le télé-travail à domicile,

- créer des structures intermédiaires encore écoles et crèches pour accueillir les enfants de 2 à 3 ans,

- pérenniser le financement de la politique familiale et distinguer le financement des mesures de politique sociale des mesures de politique familiale, les unes relevant de la solidarité nationale et donc de l'impôt, les autres de mécanismes de solidarité entre actifs, à commencer par les cotisations sociales.

Coup de cœur

Film Dessin animé Le voyage du Pèlerin

Actualités des familles La Croix