Back Vous êtes ici : Politique Politique et famille Vie familiale et professionnelle

Vie familiale et professionnelle

Travailler le dimanche ménage-t-il un bon avenir ?

Le rapport Bailly a été remis aujourd’hui au Premier ministre. Visant à clarifier la situation de l’ouverture des magasins le dimanche et, plus largement, à statuer sur le travail dominical, ce rapport ne fait pas consensus, y compris chez ceux qui l’ont commandé. En effet, l’effort d’harmonisation juridique qu’il propose va de pair avec une proposition d’élargissement des possibilités d’ouverture dominicale.

 

Lire la suite...

Famille et emploi : pour une sortie de crise durable

La politique familiale de notre pays est l’objet de remises en cause régulières. Celles-ci en altèrent la lisibilité et l’efficacité.
 
Pour les AFC, de mauvaises décisions sont facilitées par l'absence de réalisme sur les priorités sociales et économiques. Une ambition raisonnable devrait pourtant permettre
- de prendre en compte les effets de la crise,
- de sortir d’un cercle vicieux en évitant de poursuivre des politiques de redistribution, qui seront payées par les futures générations,
- d'équilibrer et de prioriser l'ensemble des préoccupations des familles : plein emploi, coût du logement, implication des entreprises, solidarité entre familles avec et sans enfants à toutes les étapes de la vie…
 

Lire la suite...

Travail le dimanche ou en horaires décalés : un bon calcul à long terme ?

L’actualité récente vient reposer la question : faut-il travailler le dimanche et ouvrir les magasins la nuit ?

Lire la suite...

Emploi, vie familiale et vie professionnelle : éclairages récents

harmonisation vie familale et professionnelleDeux études récentes (http://www.insee.fr/fr/ffc/ipweb/ip1462/ip1462.pdf et http://www.insee.fr/fr/ffc/ipweb/ip1463/ip1463.pdf) éclairent à nouveau l’importance des questions liées à l’harmonisation entre vie familiale et vie professionnelle pour les familles et à l’emploi. Il y a là des véritables chantiers pour la politique familiale et manifester une ambition politique pour répondre aux besoins des familles et leur permettre de remplir leur mission de cellules vitales de la société.

Plusieurs constats peuvent être retenus de ces travaux :

  • en 2011, « parmi les femmes âgées de 20 à 59 ans non étudiantes, 2,1 millions sont des « femmes au foyer » : elles vivent en couple et sont inactives »,
  • parmi elles, 8 sur 10 ont eu un emploi par le passé,
  • « l’interruption de l’activité survient souvent à l’occasion de l’arrivée d’un enfant, mais elle est aussi souvent liée à une conjoncture économique moins favorable »
  • la part des femmes ayant cessé de travailler depuis 3 ans ou plus est passée de 70% à 60% en 20 ans (de 1991 à 2011)
  • c’est que, lit-on dans l’autre étude, le taux d’activité des femmes est important : 67% de celles âgées de 20 à 64 ans et ayant achevé leur formation initiale ont un emploi (à temps plein ou à temps partiel, avec des différences fortes à ce niveau suivant le niveau de diplôme)
  •  « le taux d’emploi en ETP des femmes augmente de 1 point [entre 2003 et 2011] quand celui des hommes recule de 3 points »
  • « entre 2003 et 2011, c’est pour les 20-29 ans que la situation se dégrade le plus : le chômage et le temps partiel augmentent fortement après 2008 ».


Le taux d’activité des femmes, les difficultés des plus jeunes à accéder à un emploi stable éclairent d’un jour particulier certains freins qui pèsent sur le choix de fonder une famille. Ils appellent une réflexion sur l’importance de l’emploi comme premier outil de politique familiale et aux moyens de garantir un véritable libre-choix en matière d’activité salariée. Deux axes sur lesquels les AFC ont élaboré des propositions.

Vie professionnelle – vie familiale : les attentes des pères et des mères sont fortes

L’UNAF vient de publier les résultats du volet salariés du baromètre Observatoire de la Parentalité en Entreprise (OPE)-UNAF 2013.

Cette enquête confirme que l’harmonisation entre vie familiale et vie professionnelle reste une attente majeure des salariés, encore insuffisamment prise en compte dans les entreprises.

De même, et la question est particulièrement d’actualité, la question des rythmes scolaires constituent également un sujet de préoccupations. Les personnes interrogées ayant des avis positifs sur ces sujets confortant les évolutions vers une organisation du travail plus souple.

Cette enquête arrive à point nommé au moment où le Gouvernement a initié une réforme du congé parental qui risque de revenir à en réduire la durée pour tous. Sur ce point, les AFC ont fait des propositions pour améliorer la conciliation entre vie familiale et vie professionnelle pour créer les conditions d’un vrai libre-choix des familles :

  • Conserver le principe de libre-choix des familles pour les congés parentaux en maintenant la possibilité d’opter pour une durée courte (1 an) ou une durée longue (3 ans) du CLCA,
  • Créer un congé parental fractionné permettant aux parents d'être présents aux différents âges de l'enfant (par exemple, outre à la naissance, à l’adolescence),
  • Développer la valorisation des acquis de l’expérience et supprimer les mesures discriminatoires pour les parents ayant choisi d’arrêter de travailler pour élever leurs enfants,
  • Renforcer l'accompagnement des mères qui prennent un congé parental alors qu’elles occupent un emploi précaire qu'elles ne retrouveront pas à la fin du congé parental,
  • Favoriser la formation en cours de congé parental pour une meilleure employabilité,
  • Faciliter la réinsertion en entreprise à « temps choisi », en particulier pour les mères de plusieurs enfants,
  • Soutenir les initiatives locales de création et de développement de centres de télétravail,
  • Soutenir les initiatives locales de développement de dispositifs de garde d’enfants interentreprises

Travail le dimanche : une journée européenne pour dire « non » !

Cette année, l’Alliance Européenne pour le dimanche propose de faire du dimanche 3 mars une journée internationale pour dire « Stop au travail du dimanche maintenant ! ».

Comme chaque année, l’Alliance Européenne pour le dimanche souhaite « appelle[r] tous les gouvernements et responsables politiques à refuser, aussi bien dans les Etats membres qu’au niveau de l’UE, des aménagements précaires du temps de travail » et à renoncer à « l’économisation des dimanches et jours fériés ». L’Alliance Européenne pour le dimanche attire l’attention sur la valeur d’un « jour de repos hebdomadaire commun » qui « représente un signe clair et visible de la réconciliation entre vie personnelle, familiale et professionnelle » tout autant qu’un « jour de repos hebdomadaire commun qui permet aux citoyens de l’UE de vivre ensemble leur citoyenneté. »

Pour plus d’information http://www.europeansundayalliance.eu

Formation

Formation Grandir et Aimer 2018 500x419

Coup de cœur

Film Popieluszko SAJE

Actualités des familles La Croix