Back Vous êtes ici : Politique

Actualités Politique

Mobilisation pour le maintien des modalités de la Majoration de Durée d’Assurance

Le Parlement va, à la fin du mois d'octobre et au début du mois de novembre, débattre et voter le Projet de loi de financement de la Sécurité Sociale 2010.

Parmi les nombreuses dispositions de ce texte, il y a la modification du système de la Majoration de Durée d'Assurance (MDA) dont il a beaucoup été question au cours de l'été.

Pourquoi une telle action ?

A l'occasion des échanges auxquels la préparation de cette réforme a eu lieu, la CNAFC a rappelé la nécessité de mettre en place des mesures durables qui tiennent compte de la difficulté actuelle des familles en matière de retraites qui tient à l'effort réel que les parents consentent en accueillant des enfants et en assurant leur éducation. La réforme des retraites à venir aura à la régler.

En effet, alors même que les familles parviennent de mieux en mieux à réunir le nombre de trimestres nécessaires pour accéder à une retraite par répartition à taux plein, ces mêmes familles ne parviennent pas à mobiliser les ressources nécessaires à la constitution de compléments de retraite, par capitalisation. Ceux-ci sont pourtant rendus indispensables par une natalité insuffisante. Cette situation, qui se présente même quand aucun des deux parents ne s'arrête de travailler, est encore plus pénalisante lorsque l'un des deux réduit, même momentanément, son activité professionnelle.

Les aménagements présentés par le Gouvernement vont dans le sens des mesures conservatoires que notre mouvement recommandait de prendre, compte tenu justement de l'échéance 2010.

Il est donc très important que les députés et sénateurs confirment ces propositions et veillent à ce que la cohérence d'ensemble du système, gage de l'efficacité de la politique familiale, soit assurée.

C'est une occasion de rappeler l'importance et la portée du sujet, de sensibiliser les parlementaires à la politique familiale et de manifester votre capacité de mobilisation et de proposition sur un sujet qui touche toutes les familles.

Vous trouverez en annexe un courrier qui peut servir de base pour des envois aux députés et sénateurs de votre circonscription.

 

Un site pour suivre les travaux du Haut Conseil

Longtemps attendu, le Haut Conseil de la Famille a commencé ses travaux en juin dernier. Il dispose désormais d'un site internet où vous pouvez à la fois suivre les travaux de cet organisme (dont les Associations Familiales Catholiques sont membres) et trouver des informations très complètes sur la politique familiale en France.

www.hcf-famille.fr

Le Rapport Stiglitz : des pistes pour mieux évaluer les besoins réels des familles

Le « Rapport Stiglitz », récemment présenté, est issu des travaux de la Commission sur la mesure des performances économiques et du progrès social. Elle avait pour mission de déterminer les limites du PIB comme indicateur en vue d'établir des indicateurs plus pertinents du progrès social.

Ainsi, le rapport soulève notamment le fait que les évaluations actuellement basées sur le PIB renseignent plus sur la production que sur le bien-être. Ce faisant, ses auteurs suggèrent de mettre davantage l'accent sur la mesure du bien-être de la population que sur celle de la production économique. Ce document permet ainsi de rappeler que la finalité de toute politique doit être l'homme et que l'évaluation du progrès social sur des critères essentiellement économiques risque de ne pas refléter la réalité vécue par les familles.

Globalement, les 12 recommandations du rapport constituent des pistes intéressantes pour tous ceux qui s'intéressent au « développement intégral » de l'ensemble de la société (qui est l'objet de la récente encyclique du Pape Benoît XVI), au-delà des seules performances économiques. Parmi elles, on peut retenir plus particulièrement :
- l'évaluation du bien-être matériel devrait se référer aux revenus et à la consommation plutôt qu'à la production
- élargir les indicateurs de revenus aux activités non marchandes, ce qui permettrait de reconnaître la valeur du travail non-rémunéré, qui n'est pas comptabilisé aujourd'hui dans le calcul du PIB
- évaluer la soutenabilité du bien-être dans le temps ; est ainsi prise la solidarité entre générations actuelles et celles à venir qui renvoie directement au rôle de la cellule familiale
- mettre l'accent sur les perspectives des ménages
- prendre en compte le patrimoine en même temps que les revenus et la consommation
- accorder davantage d'importance à la répartition des revenus, de la consommation et des richesses
- les indicateurs de qualité de vie devraient fournir dans toutes les dimensions qu'ils recouvrent une évaluation exhaustive et globale des inégalités


Pour lire le rapport ou une synthèse :
http://www.minefe.gouv.fr/presse/dossiers_de_presse/090914mesure_perf_eco_progres_social/som_090914mesure_perf_eco_progres_social.php

Réforme de la Majoration de Durée d’Assurance : préparons-nous pour 2010 !

Communiqué de presse

Pour la CNAFC, les aménagements évoqués par le Gouvernement vont dans le sens des mesures conservatoires qu'elle recommandait de prendre, compte tenu du grand chantier de la réforme des retraites prévu pour 2010.

Dans cette optique et pour aller plus loin encore, la CNAFC tient à rappeler la nécessité de mettre en place des mesures durables qui tiennent compte de la difficulté actuelle des familles à se constituer une retraite complémentaire : l'effort financier que représente l'éducation des enfants par les parents et les choix budgétaires qui en découlent devront nécessairement être une donnée de la réforme évoquée

La CNAFC restera vigilante lors des discussions parlementaires pour que la cohérence d'ensemble du système, gage de l'efficacité de la politique familiale, soit assurée.

La FAFCE ouvre un bureau à Bruxelles

Dans le souci d'être présente auprès des institutions européennes afin de pouvoir y faire entendre la voix des familles, la FAFCE (présidée depuis le 1er juillet 2009 par les AFC) ouvre un bureau permanent à Bruxelles. Cette nouvelle localisation est le fruit du travail de la présidence allemande de la FAFCE pour mettre en place une représentation au cœur du centre des décisions européennes.

Situé dans les locaux de la Commission des Episcopats de la Communauté Européenne (COMECE)  ici, ce bureau se trouve à côté du Parlement européen et de la Commission européenne. Cette présence permettra à la FAFCE de sensibiliser les acteurs européens au rôle que jouent les familles et ainsi de promouvoir la famille.

La proximité avec la COMECE est également un appui pour la FAFCE. Fondée en 1980, la COMECE a pour objectif d'accompagner et analyser le processus politique de l'Union Européenne, d'informer l'Eglise à propos des développements législatifs et des politiques européennes et, enfin, d'encourager la réflexion, à partir de l'enseignement social de l'Eglise, sur les défis posés par la construction d'une Europe unie.

Une nouvelle étape s'ouvre ainsi pour la FAFCE. Elle lui permettra de poursuivre son action au service des familles, par l'approfondissement de ses liens et la création de nouveaux contacts avec ceux dont la mission est de construire une Europe de la paix, en mettant en avant le rôle éminent que peut jouer la famille dans ce cadre en tant que « première et irremplaçable éducatrice à la paix » (Benoît XVI, Message pour la journée mondiale de la Paix, 1er janvier 2008).

Actualités des familles La Croix