Comment agir maintenant

La « rupture de civilisation » induite par la loi ouvrant le mariage aux couples de personnes de même sexe est « consommée », mais nous ne nous résignons pas !  En effet, jamais, rien, pas même une loi promulguée n’empêchera que seuls un homme et une femme peuvent être légitimement mariés.

A l’issue d’un processus politique inadmissible et violent, la manifestation du 26 mai a été un nouveau succès populaire. Ensemble, nous avons redit que tout cela est mauvais, que cette loi est un mensonge et que nous n’en voulons pas.

La mobilisation doit se réorienter et les AFC ont un rôle à jouer, notamment :

  • pour poursuivre localement le réveil des consciences par les liens qu’elles rendent possibles, par le cœur des familles pour faire reculer le relativisme, l’individualisme, la solitude que produisent les évolutions mal conduites de nos sociétés,
  • pour réclamer la reconnaissance de l’objection de conscience : pour les maires par exemple, comme cela avait d’ailleurs été évoqué par François Hollande lui-même, …

Lire la suite : Mariage : comment agir maintenant ?

Back Vous êtes ici : Société Agir Le mariage en débat « Mariage pour tous » : lettre ouverte au président de la République

« Mariage pour tous » : lettre ouverte au président de la République

A deux jours du Conseil des ministres lors duquel doit être présenté le projet de loi visant à ouvrir le mariage et l'adoption aux couples composés de personnes de même sexe, Antoine Renard, président de la CNAFC, a écrit une lettre au président de la République l'enjoignant de « surseoir à l'examen par l'Assemblée d'un projet de loi aussi longtemps qu'un débat vraiment organisé, par exemple dans le cadre d'Etats généraux, n'aura pas eu lieu, afin que le Parlement entende l'opinion des Français ».

Antoine Renard rappelle que ce projet « suscite une inquiétude croissante dans notre pays, contrairement à l'idée répandue que les Français seraient « mûrs » pour une telle perspective » et que les nombreux avis autorisés qui se sont exprimés négativement sur le sujet « légitiment cette inquiétude en soulignant que, loin de se réduire à un droit nouveau pour les couples de même sexe, ce projet conduirait à un changement profond de la conception de la famille et bouleverserait pour tous les enfants à naître le principe de leur filiation ».

Les signataires de la lettre formulent ainsi un certain nombre de questions :

- Est-il juste que le droit traite également les situations radicalement différentes que sont les couples mari et femme et les couples de même sexe ?

- Est-ce vraiment œuvrer pour l'égalité que de créer un droit à l'enfant qui privera certains d'entre eux d'une filiation claire ? Ne s'agit-il pas en l'occurrence d'un abus de pouvoir des générations actuelles sur les générations à venir ?

- Est-ce vraiment le rôle du pouvoir exécutif de dire ce qu'est une famille ?

- N'y a-t-il pas pour la protection des familles, en particulier les plus vulnérables d'entre elles, des priorités sociales et économiques plus urgentes ?



Antoine Renard, Président de la Confédération Nationale des Associations Familiales Catholiques (CNAFC)
Christiane Basset, membre du Comité Consultatif National d'Ethique (CCNE)
Joseph Guimet, membre du Conseil Economique et Social Européen (CESE)

Pièce(s) jointe(s):
Télécharger ce fichier (Lettre d'A. Renard à F. Hollande - 02 11 12.pdf)Lettre d'A. Renard à F. Hollande - 02 11 12.pdf[Lettre Antoine Renard au President de la Republique]149 Ko

Actualités des familles La Croix