Mobilisation « sereine mais très ferme » : où est le Gouvernement ?

Dimanche 24 mars, la manifestation nationale pour faire entendre au Gouvernement son opposition au projet de loi ouvrant le mariage aux couples composés de personnes de même sexe a été un véritable succès. A cette occasion, Antoine Renard, président national des AFC, est intervenu, au titre de porte-parole du collectif La Manif pour tous*.

Cette nouvelle mobilisation a suscité nombre de commentaires médiatiques. Les pouvoirs publics ont, eux, été plus silencieux au risque d’accroître une incompréhension et une ligne de rupture dans la société.

*Antoine Renard intervient à 48’16.

 

Prise de parole d'Antoine Renard le dimanche 24 mars

" Depuis des lustres, les Français ont su mettre aux dessus de leurs lois des institutions, destinées à protéger les principes fondamentaux contre les excès de la loi.

Parmi eux la famille et la paix sont les plus précieux, parce que les plus universels et les plus intemporels ; d’ailleurs ils vont de pair.

Ce n’est pas avec  une loi votée par un parlement sous contrainte qu’on peut modifier une institution ;

Aujourd’hui  73% des personnes vivant en couple sont mariées ; comment peut-on présumer de leur accord en refusant de le solliciter ? pire, en faisant taire les voix légitimes, notamment celles de l’Union des Associations Familiales qui s’expriment en leur nom.

Parce que Taubira, Bertinotti, Peillon et Binet, drapés dans leurs certitudes,  croient savoir mieux que le peuple ce que le peuple devrait penser ?

Outres les perspectives effrayantes pour la filiation et la procréation, c’est l’édifice social qui est menacé : confondre toutes les formes d’union, c’est changer profondément la signification du mariage et mettre le flou dans une référence commune, fondement de notre cohésion sociale. La différenciation sexuée, essentielle au mariage, permet la découverte du lien familial, meilleure école du lien social.

On ne peut pas laisser faire ! Il en va d’un délitement progressif mais inexorable de notre pacte républicain, c’est la porte ouverte à l’aventure en solo et à l’impossibilité de concevoir des enjeux collectifs.

Monsieur le président de la République, les français vous ont placé au sommet de l’Etat pour garantir et protéger leurs institutions, pas seulement les institutions politiques de notre démocratie « encadrée » aujourd’hui pervertie, mais aussi celles qui touchent à leur vie. Arrêter ce projet qui divise en touchant au plus intime, vous le pouvez, vous le devez.

Les familles de France, de métropole et d’outremer, mais aussi bien au-delà celles de nos voisins qui regardent avec intérêt  la réponse de la France, vous le demandent.

Le 13 janvier, nous vous avions invité au courage de prendre une décision qui à l’époque pouvait sembler difficile ; aujourd’hui, c’est plus clair et plus simple

Le courage, c’était hier, la lucidité, c’est maintenant ! "

Antoine Renard
Président de la Confédération nationale des Associations familiales Catholiques
24 mars 2013