Comment agir maintenant

La « rupture de civilisation » induite par la loi ouvrant le mariage aux couples de personnes de même sexe est « consommée », mais nous ne nous résignons pas !  En effet, jamais, rien, pas même une loi promulguée n’empêchera que seuls un homme et une femme peuvent être légitimement mariés.

A l’issue d’un processus politique inadmissible et violent, la manifestation du 26 mai a été un nouveau succès populaire. Ensemble, nous avons redit que tout cela est mauvais, que cette loi est un mensonge et que nous n’en voulons pas.

La mobilisation doit se réorienter et les AFC ont un rôle à jouer, notamment :

  • pour poursuivre localement le réveil des consciences par les liens qu’elles rendent possibles, par le cœur des familles pour faire reculer le relativisme, l’individualisme, la solitude que produisent les évolutions mal conduites de nos sociétés,
  • pour réclamer la reconnaissance de l’objection de conscience : pour les maires par exemple, comme cela avait d’ailleurs été évoqué par François Hollande lui-même, …

Lire la suite : Mariage : comment agir maintenant ?

Back Vous êtes ici : Société Agir Le mariage en débat

Le mariage en débat

Le mariage est une institution protectrice de l’enfant.

La différence de sexes est une condition de fond essentielle du mariage parce que le mariage est la première mesure de protection de l'enfant que le droit ait inventé : le mariage offre à l'enfant une filiation à la fois maternelle et paternelle, par le jeu de la présomption de paternité inscrite à l'article 312 du Code civil.

Le mariage est le cadre juridique pour la reproduction de l'espèce humaine, comme l'écrivait Portalis, rédacteur de notre Code civil. Les conditions impératives du mariage en découlent. Ce sont les mêmes pour tous, si bien que chacun est égal devant la loi du mariage. Il n'y a pas là d'inégalité ni de discrimination, ce que même la Cour EDH reconnaît.

Les conditions du mariage ont été pensées pour protéger au mieux l'enfant, en amont, de tous les risques d'abus dont il peut faire l'objet.

A ce titre, le mariage est une affaire d'Etat, pas une affaire de sentiments. Comme l'écrivait le doyen Carbonnier, le mariage civil et la République sont liés. Ebranler le premier revient à fragiliser la seconde qui doit reposer sur des règles acceptées par tous.

Mariage pour tous et concertation : et vous, qu’allez-vous faire ?

Le mariage, une promesse à soutenir ? Vous pensez que la famille est une structure fondatrice de la société mais vous ne savez pas comment le faire reconnaître dans le débat public avec un calendrier législatif qui s'accélère ?

Ecrivez dès à présent à votre député, à votre sénateur, à vos élus locaux ! Interpellez-les pour leur dire vos réserves sur ce projet et demander d'ouvrir un large débat et une concertation publique sur le sujet.

Vous souhaitez agir concrètement,

Vous vous demandez comment dire publiquement que l'unanimité sur le sujet n'existe pas,

Vous êtes découragés...

Voilà 3 bonnes raisons d'agir maintenant :

  • Les AFC sont en mesure d'agir directement auprès des pouvoirs publics et en tant que mouvement reconnu d'utilité publique et comme membres de l'UNAF, le « Parlement des familles ». En tant que corps intermédiaire, elles offrent une médiation fondamentale entre les citoyens et les gouvernants. Cette médiation s'effectue aussi bien au niveau national que local grâce au large réseau sur lequel elle peut s'appuyer : 350 AFC locales, 73 fédérations départementales, regroupant 30 000 familles adhérentes. Elles sont d'ores et déjà, elles ont été auditionnées par le ministre en charge de la Famille, obtenu un rendez-vous avec le Garde des Sceaux, le Premier ministre... Il nous faut maintenant nous adresser aux acteurs sociaux et politiques et multiplier les entretiens avec députés et sénateurs. Cette mission est portée au niveau local par de nombreux adhérents, dont beaucoup ont déjà pris contact avec leurs élus.

  • S'exprimer, délibérer, débattre... Prendre part, s'intéresser et contribuer aux décisions politiques est un droit et un devoir pour chaque citoyen. La crise, qui se prolonge, ne doit pas laisser place au pessimisme – légitime – mais au contraire ouvrir une réflexion. Elle est l'occasion de s'interroger et de (re)penser profondément le lien social, la solidarité... Les philosophes auraient dit « participer à la vie de la Cité », tout simplement, et s'en sentir responsable. Noble tâche, loin d'un esprit partisan, et qui appelle à des efforts tout autant collectifs que personnels. Il s'agit de réfléchir au fond des choses, aux moyens appropriés pour construire une société durable, en agissant avec détermination mais sans agitation.

  • Dans ce contexte, replacer la famille au centre des préoccupations plutôt que des considérations de nature purement économique, non seulement ne paraît pas utopique, mais s'avère même indispensable. La famille est une structure fondatrice de la société et, de ce fait, facteur de développement économique et de croissance. Elle est un atout pour chacun de ses membres et pour la société tout entière. Bien sûr, la politique demande de peser à court terme dans les débats qui s'annoncent. Sur le long terme, il s'agit de favoriser le rayonnement des familles au sein de la société pour faire évoluer les mentalités.



Et vous, comment agirez-vous ?

 

Débat sur le mariage :écrivez à vos élus

Ecrivez à votre député ou sénateur avec cette lettre type par email

Trouver votre député - Votre sénateur

Madame, Monsieur le député / le sénateur,

Le projet de loi ouvrant le mariage aux couples composés de personnes de même sexe a été discuté par la commission des lois de l'Assemblée nationale. Il va bientôt être discuté par l'ensemble des députés.

Le processus législatif suit donc son cours, sans prise en compte des nombreuses réserves qui s'expriment à propos de ce  texte et de l'opposition qui monte dans le pays et qui s'est exprimée de façon particulièrement forte dans les rues de Paris le 13 janvier dernier.

Les amendements votés par la commission des lois, l'annonce d'un autre projet de loi sur la famille traitant de l'AMP, n'atténuent aucune de ces critiques. Au contraire, ces modifications et ces atermoiements montrent qu'elles sont  pertinentes..

En tant que député, vous avez une responsabilité très importante sur un sujet particulièrement important pour l'avenir de la société.

Le mariage n'est pas qu'une affaire de sentiment, ce n'est pas un banal contrat, un enfant a droit à avoir un père et une mère. Je vous écris pour vous encourager à voter contre ce texte car s'il est adopté il va modifier le sens commun du mot mariage et engager la responsabilité de toute la société à l'égard des enfants.

Confiant dans votre souci de veiller à la cohérence de la société, je vous prie de croire, Monsieur le député / Madame le député, en l'expression de ma considération.



Nous mettons aussi à votre disposition une lettre pour les maires

Si vous voulez faire une lettre manuscrite

Assemblée nationale
126 rue de l'Université
75355 Paris 07 SP

M. le Sénateur ...
Casier de la poste,
15, rue de Vaugirard,
75291 - Paris Cedex 06

Pièce(s) jointe(s):
Télécharger ce fichier (lettre_type_deputes_senateurs_mariage_AFC.doc)lettre_type_deputes_senateurs_mariage_AFC.doc[Lettre type pour votre député ou sénateur pour un débat sur le mariage]26 Ko
Télécharger ce fichier (lettre_type_maires.doc)lettre_type_maires.doc[Lettre type pour votre maire]27 Ko

Actualités des familles La Croix