11/03/2021

Natalité en chute et conséquences (Radio Notre-Dame)

Les premiers chiffres de la natalité de 2021 sont alarmants, et cela pour plusieurs raisons.

Chronique des AFC sur Radio Notre-Dame le jeudi 11 mars

Chers amis,

Les premiers chiffres de la natalité de 2021 sont alarmants.  En janvier, la natalité a baissé de 13% par rapport à janvier 2020. Ces enfants ont été conçus en avril dernier, en plein confinement. Ils ont été beaucoup moins nombreux car les jeunes parents ont reporté des grossesses par manque de visibilité et de confiance dans l’avenir.

Nous savons déjà que la natalité baisse régulièrement depuis 6 ans.  Pour 2020, l’indice de fécondité est de 1,84 enfant par femme alors que le seuil de renouvellement des générations est à 2,1 enfants par femme.

Les conséquences de ce « baby-krach » sont nombreuses.

Si cette tendance se pérennise, la France entrera dans un hiver démographique important avec un vieillissement et une diminution de sa population.

Au-delà, cette chute entraîne une remise en cause de notre système social puisque notre pays a choisi un système de retraite par répartition, les actifs payant pour les retraités actuels. Tous sont ainsi assurés d’avoir une retraite, qu’ils aient pu mettre de l’argent de côté ou non, qu’ils aient des enfants pour payer leur retraite ou non. Nous sommes solidaires les uns des autres d’une génération à l’autre et avec une péréquation entre tous.

Il y avait 4 actifs pour financer 1 retraité en 1950. Du fait du vieillissement de la population, il y a aujourd’hui 1,7 actif pour 1 retraité. Notre système de retraite est mis en grande difficulté par cette baisse de la natalité. Et celle-ci impacte aussi, plus globalement, tout le dynamisme économique de notre pays.

Certains préconisent d’avoir moins d’enfants pour ne pas polluer la planète, mais cette politique malthusienne serait suicidaire ! Il faut au contraire développer une politique de soutien à la natalité pour que les Français puissent avoir le nombre d’enfants qu’ils souhaitent. Ce chiffre est de 2,39 enfants par adulte interrogé. Trop de familles renoncent à avoir le nombre d’enfants souhaité !

Une proposition de loi vient d’être déposée dans ce sens par 17 députés.

Développer la politique familiale, c’est vraiment investir pour l’avenir !

Partager cet article
Actualité

Ces articles peuvent vous intéresser

La chute démographique fragilise la protection sociale à la française
Évaluez vos droits à des prestations sociales
La carte familles nombreuses