Back Vous êtes ici : Société Questions de société Démographie et conditions de vie Le retard scolaire à l'entrée en 6ème : plus fréquent dans les territoires les plus défavorisés

Le retard scolaire à l'entrée en 6ème : plus fréquent dans les territoires les plus défavorisés

L'INSEE vient de publier une étude sur le retard scolaire.

Le redoublement est un problème auquel de nombreuses familles sont confrontés chaque année.
Le retard scolaire concerne 12,3% des élèves lors du passage en sixième. Un résultat qui varie en fonction de la situation géographique. Le taux de redoublement en primaire est plus « fréquent dans les territoires les plus défavorisés ».

L'académie de Paris est la moins touchée par le redoublement en primaire avec un taux de seulement 9,4%. Laquelle arrive juste devant celle de Rennes (10%) et celle de Grenoble (10,4%). En bas de classement en France métropolitaine, on retrouve l'académie de Lille qui enregistre un taux de 14,8%. Dans les DOM, 18% des élèves sont en retard scolaire, avec une proportion très élevée pour la Guyane, 33%.

L'INSEE identifie les causes de ces différences. Si l'environnement géographique influe, « La probabilité d'être en retard pour un élève varie fortement selon ses caractéristiques socio-démographiques (sexe, nationalité...) et celle de sa famille (profession des parents) ». On pourrait creuser ici aussi le poids de l'instabilité familiale qui peut renforcer, on le sait, celui des variables mentionnées dans cette étude.

Dans cette étude, on apprend également que les garçons redoublent plus que les filles. Ces derniers sont 13,6% à avoir accusé une année de retard durant leur cycle primaire. Quant aux filles, elles ne sont que 11%.

Autre critère pris en compte : la nationalité. « Les écart sont très marqués entre les élèves de nationalité française (11,8%) et ceux de nationalité étrangère (32,4%) », « près du tiers de ces derniers commencent avec un retard d'au moins un an le cycle secondaire ».

En savoir plus sur le site de l'INSEE

Coup de cœur

Film Popieluszko SAJE

Actualités des familles La Croix