Back Vous êtes ici : Société Questions de société Fin de vie

Fin de vie

Euthanasie : La mort ne saurait en aucun cas être une réponse à la souffrance

En février 2010, la CNAFC avait salué le vote d'une proposition de loi visant à créer une « allocation journalière d'accompagnement d'une personne en fin de vie ».
Cette création apportait alors une réponse concrète à la solitude que peuvent connaître les personnes confrontées à ces situations et permettait de reconnaître la valeur des solidarités qui se développent au sein de la famille entre les générations.

Pour la CNAFC, le soutien à la vie exprimé par la mise en place de ce congé confirmait la nécessité de développer les soins palliatifs en France.

1 an après, que se passe-t-il ?

La commission des Affaires Sociales du Sénat vient d'adopter une proposition de loi visant à légaliser la pratique de l'euthanasie en France. Cette adoption permet au texte d'être examiné par l'ensemble des sénateurs.
Pour la CNAFC, le vote en commission constitue un signe très négatif envoyé à ceux qui, de plus en plus nombreux et avec les encouragements des pouvoirs publics, agissent concrètement pour le développement des soins palliatifs dans notre pays.
Pour la CNAFC, l'accompagnement des personnes en fin de vie appelle en effet d'abord des actions de terrain et pas de nouvelles lois et certainement pas des lois qui instaureraient un « droit à mourir ».

La CNAFC appelle les familles et en particulier ses plus de 30 000 familles adhérentes à faire part de leur inquiétude à leurs sénateurs en leur envoyant le courrier à leur disposition sur www.afc-france.org.


la CNAFC rappelle avec force l'indispensable nécessité de développer les unités de soins palliatifs seules à même d'apporter le soulagement psychologique et physique dont ont besoin les personnes en fin de vie. Elle souhaite une mise en œuvre de la loi Leonetti selon laquelle :
- « le médecin est autorisé en dernier recours à utiliser un traitement contre la douleur pouvant provoquer la mort du patient. »
- « Reste interdite l'euthanasie active, c'est-à-dire l'injection d'un produit en vue de provoquer la mort et l'aide au suicide. »

Nous vous signalons cette pétition pour le respect de la dignité humaine : http://www.plusdignelavie.com

Nous vous recommandons également  la lecture de l'article d'ALEXANDRA ECHKENAZI dans Le Parisien-Aujourd'hui en France : Des médecins contre l'Euthanasie

L'ordre national des médecins a également réagi dans un communiqué en estimant que "Ce n'est pas d'une nouvelle loi dont nous avons besoin mais [...] d'expliquer et d'appliquer la loi actuelle , de mieux former les médecins et les soignants, de développer les structures de soins palliatifs."

De nombreux évêques francais se sont également exprimés sur cette "barbarie silencieuse".

mise à jour 25/1/11 : La commission des affaires sociales du Sénat, examinant une proposition de loi sur l'euthanasie, a adopté, mardi matin 25 janvier, un amendement qui supprime l'article premier du texte visant à légaliser cette pratique.

Pièce(s) jointe(s):
Télécharger ce fichier (Courrier aux sénateurs 20 01 2011.doc)Courrier aux sénateurs 20 01 2011.doc[Courrier à envoyer aux sénateurs ]25 Ko

Sondage de la SFAP sur les soins pallatifs

Le premier sondage grand public sur les "Représentations sociales des soins palliatifs" a été réalisé par l'institut Ipsos, à la demande de la Fondation de France et de la SFAP - Société Française d'Accompagnement et de Soins Palliatifs. Il met en évidence l'évolution de la perception des soins palliatifs qui sont aujourd'hui reconnus comme une réponse nécessaire à la souffrance de toute personne gravement malade ou en fin de vie, et non plus directement associés à la mort, à l'incapacité à soigner. Pourtant des progrès restent à réaliser sur l'information et l'accès aux soins : près de deux Français sur trois ont le sentiment d'être mal informés.
La SFAP annonce qu'elle va travailler à une meilleure visibilité de son répertoire national des structures de soins palliatifs (mis en place depuis 1993.)

le site de la SFAP

Unanimité politique en faveur de l’accompagnement en fin de vie

Communiqué de presse

L'Assemblée nationale vient d'adopter une proposition de loi créant une allocation journalière permettant à un proche d'accompagner à domicile une personne en fin de vie.

La CNAFC tient à saluer ce vote qui  apporte une réponse concrète à la solitude que peuvent connaître les personnes confrontées à ces situations. Ce congé permet aussi de reconnaître la valeur des solidarités qui se développent au sein de la famille entre les générations.

La CNAFC tient à remercier le député Jean Leonetti pour son travail et l'encourage dans sa démarche constante au service de la Vie.

Pour elle, le soutien à la vie exprimé par la mise en place de ce congé confirme la nécessité de développer les soins palliatifs en France.

Coup de cœur

Le sommeil ami de lhomme

Actualités des familles La Croix