Back Vous êtes ici : Société

Actualités Questions de Société

Un rapport de l’INSEE : Enfants des couples, enfants des familles monoparentales – des différences marquées pour les jeunes enfants

Une étude publiée par l'INSEE en janvier 2009 apporte un éclairage sur les différences qui existent entre les enfants vivant avec un seul de leurs parents issus de familles monoparentales et ceux vivant avec le couple parental. 63% des enfants de moins de 18 ans vivaient avec un couple parental marié en 2005, mais la proportion des enfants vivant avec un couple en union libre ou en famille monoparentale s'accroit régulièrement. Ainsi, en 2005, 16% des enfants vivaient avec un parent seul alors que ce chiffre s'élevait à 8% en 1968. On constate que les conditions de logement sont plus favorables lorsque les enfants vivent avec un couple de parents. Le taux de pauvreté des enfants issus de familles monoparentales est bien plus important que celui des enfants vivant avec un couple, 38% contre 13%. Ces éléments confirment l'intérêt de l'analyse développée par les AFC dans le coût du non-mariage.
Vous pouvez consulter l'intégralité de ce rapport sur le site de l'INSEE

A propos de la réforme du "statut du tiers"

Les AFC ont été sollicitées par le ministère de la Justice et le secrétariat d'Etat à la famille à propos de l'avant-projet de loi portant "statut du tiers". Dans sa réponse à Mesdames Dati et Morano, Antoine Renard a rappelé que ce texte illustre la complexité de situations auxquelles nombre de nos contemporains sont aujourd'hui confrontés, dans le cadre des recompositions familiales.

Les AFC partagent le souci de simplifier la vie quotidienne dans ce cadre. Pourtant, en l'état de cet avant-projet, il semble qu'il ne réponde pas complètement à ce but ni qu'une loi soit nécessaire pour l'atteindre. La loi de 2002 sur l'autorité parentale a déjà permis de régler un certain nombre de questions. Le texte en projet, par les modifications qu'il apporte, risque de produire davantage de complexité.

Les AFC ont tenu à souligner que la réalité des liens affectifs qui se nouent entre ces enfants et ces adultes ne paraît pas pouvoir être mise en doute, pas plus que la nécessité de les prendre en compte. Une loi, si elle s'avérait nécessaire, aurait le mérite de constater la complexité de ces situations, mais ne suffirait pas à les résoudre.

Pour autant, il n'est pas envisageable que ces liens affectifs fondent des droits en matière d'autorité parentale (article 7 du texte) : les sentiments ne fondent pas l'autorité parentale, pas plus qu'ils ne définissent la filiation et ne sauraient être promus avec l'objectivité nécessaire comme fondement d'un droit. Si une telle évolution était consacrée, elle ne pourrait que contribuer à embrouiller davantage des situations familiales dont les AFC ont pu mettre en avant certaines des conséquences négatives, des « coûts », pour la société et pour les personnes.

Pièce(s) jointe(s):
Télécharger ce fichier (Avis_CNAFC_statut_tiers_11_08.pdf)avis CNAFC 1er avant projet de loi 11.08[Avis détaillé de la CNAFC concernant la réforme du statut du tiers]33 Ko
Télécharger ce fichier (fiche_cnafc_statut_tiers_03_08.pdf)fiche_cnafc_statut_tiers_03_08.pdf[ ]36 Ko

Publication par le Vatican de l' Instruction "Dignitas Personae" sur la bioéthique

La Congrégation pour la Doctrine de la foi a publié vendredi 12 décembre la nouvelle instruction "Dignitas personae", élaborée avec l’aide de l’Académie pontificale pour la Vie ainsi que le concours d’experts du monde entier. Ce texte, approuvé par le pape Benoît XVI, aborde, à la lumière des critères énoncés par l’instruction "Donum vitae" de 1987, de nouvelles questions sur la bioéthique.

En savoir plus sur le site de la CEF

Pièce(s) jointe(s):
Télécharger ce fichier (dignitas.pdf)dignitas.pdf[Instruction ]307 Ko

Téléthon 2008 : A quand la possibilité de choisir une destination éthique des dons ?

Communiqué de presse

Le Téléthon est chaque année une de ces manifestations de solidarité encourageantes dont sont capables les Français. La CNAFC s'en réjouit.

La CNAFC, est également reconnaissante envers les chercheurs. Mais elle les appelle à approfondir les exigences de leur travail au service de la vie.
A ce titre elle leur demande

* de ne pas trier les embryons et de ne pas supprimer ceux dont ils douteraient de la « valeur » ;
* de considérer que la fécondité de la recherche passe nécessairement par l'application volontaire et exigeante du principe de précaution éthique, notamment parce que c'est la condition d'une relation de confiance entre les citoyens et le monde de la recherche.

Enfin, comme chaque année, la CNAFC réitère sa demande pour que les donateurs du Téléthon aient la possibilité de choisir les programmes de recherche qu'ils soutiennent, et qu'en particulier une transparence totale soit exigée sur les conséquences sur les embryons.

Au moment où il apparaît crucial de mettre de l'éthique dans les affaires, la CNAFC voudrait la voir introduite dans la recherche, particulièrement sur ce qui touche à la vie.


Rapport Léonetti sur la fin de vie

La mission Léonetti chargée d'évaluer la loi de 2005 sur la fin de vie vient de rendre son rapport au Premier ministre.

La CNAFC note avec satisfaction que ce rapport exclut toute légalisation de l'euthanasie et affirme, à nouveau, l'indispensable nécessité de développer avec ambition les unités de soins palliatifs seules à même d'apporter le soulagement psychologique et physique dont ont besoin les personnes en fin de vie.

La CNAFC apprécie la réflexion menée sur la valeur de la vie et souligne l'importance de la formation des personnels soignants et de l'accompagnement des familles et des bénévoles concernés par la fin de vie.

La mort ne saurait en aucun cas être une réponse à la souffrance.

Groupe Facebook des AFC

groupe facebook esprit de famille

Actualités des familles La Croix