Back Vous êtes ici : Société

Actualités Questions de Société

Accompagnement des couples et parcours

Accompagnement des couples

Cabinet Mots croisés à Paris : www.motscroises.info
Tél. 01 45 44 90 64

Cabinet Raphaël à Paris, à Lyon et à Nantes : www.cabinetraphael.fr

Conseil conjugal Cana : http://chemin-neuf.org/spip/spip.php?article137
Tél. à Paris : 06 80 68 03 40
Tél. à Lyon : 06 85 02 02 02

Conseil conjugal Sceaux 92 : http://conseil.conjugal.googlepages.com/
tel : 06 88 54 56 59

Conseil conjugal et familial du Cler Amour et famille : www.cler.net
Tél. 01 48 74 87 60

Sessions & parcours pour les couples

Voici quelques exemples de parcours, sessions... qui existent aujourd'hui pour les couples en France.

Que ce soit pour une semaine, ou plusieurs mois..., autour de questions concrètes et/ou de thèmes spirituels, il s'agit d'autant d'occasions de prendre le temps de se retrouver et de grandir en couple, que l'on ait un an, dix ans, vingt ans de mariage ou plus, au coeur d'une vie très active.

Equipes Notre-Dame : www.equipes-notre-dame.fr

L'Ecole des couples (EDC) - Communauté de l'Emmanuel : www.amouretverite.org

Session Cana - Communauté du Chemin neuf : www.cana.org

Elle et lui : un couples ça se construit : www.elleetlui.org

Pour aller plus loin : Acompagner les couples aujourd'hui - un entretien avec le Père Geoffroy-Marie

La brochure des AFC sur la sexualité recommandée par l'INC

Notre brochure "12 questions à se poser avant de parler de sexualité" vient de recevoir une note de 4 sur 4, soit une mention « excellent et vivement recommandé » par l'Institut National de la Consommation (INC).

La brochure est désormais référencée dans la pédagothèque de l'INC, accessible au grand public par l'intermédiaire du site internet de l'INC : www.conso.net

Le Comité paritaire d'évaluation des outils pédagogiques qui est chargé de l'évaluation et la notation des outils a relevé à la fois l'intérêt de la forme et la qualité du contenu de la brochure.

voir la fiche

pour commander la brochure

Unanimité politique en faveur de l’accompagnement en fin de vie

Communiqué de presse

L'Assemblée nationale vient d'adopter une proposition de loi créant une allocation journalière permettant à un proche d'accompagner à domicile une personne en fin de vie.

La CNAFC tient à saluer ce vote qui  apporte une réponse concrète à la solitude que peuvent connaître les personnes confrontées à ces situations. Ce congé permet aussi de reconnaître la valeur des solidarités qui se développent au sein de la famille entre les générations.

La CNAFC tient à remercier le député Jean Leonetti pour son travail et l'encourage dans sa démarche constante au service de la Vie.

Pour elle, le soutien à la vie exprimé par la mise en place de ce congé confirme la nécessité de développer les soins palliatifs en France.

Le mariage – un atout pour la société

Le mariage est un atout pour la société car l'engagement mutuel des époux constitue un cadre d'accueil et d'éducation des enfants, un lieu de solidarité familiale et sociale.

Afin de promouvoir le mariage La CNAFC demande que :

  • La République assure une large et systématique prise de conscience de cette richesse en inscrivant dans le Code Civil la définition explicite du mariage.
  • Le mariage soit distingué et valorisé, au regard des autres formes d'union par des mesures économiques et sociales spécifiques, en contrepartie de l'importance de l'engagement pris par les époux envers les enfants, les familles et la société.
  • Si une réforme du Pacs est envisagée par le gouvernement, qu'elle centre ce dernier dans un cadre purement patrimonial sans autre obligation personnelle, afin qu'il soit clairement distinct de toute forme de conjugalité.
  • Le législateur n'ouvre l'accès ni au mariage ni à l'adoption, aux couples constitués par des personnes de même sexe.

Vous pouvez soutenir ces positions en signant notre pétition en faveur du mariage

Pourquoi se marier ?

Le mariage. Un idéal au fond de chacun, un engagement au service de tous

Alors que l'on croyait le mariage voué à un inexorable déclin, voilà qu'il renoue avec le succès.
Contredisant ses détracteurs d'hier, il fait la "Une" des magazines et remporte tous les suffrages dans les sondages... La raison de ce phénomène est en fait très simple : le mariage a résisté aux bouleversements des trente dernières années parce qu'il s'enracine dans un rêve, dans un idéal. L'idéal d'un amour qui dure toujours ; l'idéal d'un bonheur familial qui dépasse les limites de sa propre vie. L'idéal d'une société reposant sur des engagements et des valeurs solides. Dans un monde souvent désenchanté, le mariage reste un signe d'espoir essentiel pour chacun comme pour tous.

Un idéal de bonheur partagé

Se marier, c'est d'abord se faire la promesse de construire une vie harmonieuse, une vie qui ait du sens. Selon un sondage d'Ipsos*, 74% des personnes interrogées (femmes et hommes confondus) pensent que "se marier et avoir des enfants" représente la forme idéale d'existence. Pour 71% de ce même panel, le mot famille évoque prioritairement la notion d'amour ; 48 et 47% y associent la joie et la solidarité.

* Sondage du 03/01/1999 pour le magazine "ça m'intéresse" - échantillon de 1021 personnes (15 ans et plus).

Plus de chance pour la vie de couple

Les statistiques le prouvent, le mariage est un vecteur de stabilité avéré pour la vie de couple.
Selon une étude de l'INED :
• Un couple en concubinage sans enfant a un risque de séparation six fois supérieur à un couple marié (sur 10 ans)
• Un couple en concubinage avec enfant(s) a un risque de séparation deux fois supérieur à un couple marié
Une étude similaire, au Canada, donne des résultats très proches.

La protection des enfants

Des études qui font réfléchir :
Le mariage continue d'être plébiscité pour la sécurité et la stabilité affective qu'il apporte aux enfants (78% / source : Ipsos).
En France :

· 50% des toxicomanes et 80% des adolescents hospitalisés en secteur psychiatrique appartiennent à des familles éclatées[1].

· 70% des jeunes en centre de redressement ont été privés de la présence paternelle [2].

· Le taux d'échec scolaire s'accroît nettement après la séparation des parents [3].
Par ailleurs, des études montrent qu'entre le parent absent, généralement le père et les enfants, le lien est encore plus fragile après concubinage qu'après divorce. [4].

1] Enquête INSERM, 1986.
2] Yves Pélicier, « La paternité aujourd'hui », in Médecine de l'homme, n° 159, 1985 ; La Vie, 25 août 1994.
3] Précisément, d'après une étude de l'INED, le taux d'échec au baccalauréat double en cas de séparation, tandis que les chances d'obtenir un diplôme de second cycle universitaire chutent de 45 à 25 %. Les enfants d'employés sont 22% à quitter l'école sans aucun diplôme lorsque les familles sont désunies, et 11% seulement dans le cas contraire. Quant aux enfants d'ouvriers dont la mère n'est pas diplômée, ils ont une chance sur deux de quitter le système scolaire sans aucun diplôme, contre une sur trois si leurs parents vivent ensemble.
4] Références : X.Lacroix. L'avenir, c'est l'autre, Cerf, 2000, p. 24.

un atout pour la société

 

Groupe Facebook

Formation Grandir et Aimer 2018 500x419

Coup de cœur

Le sommeil ami de lhomme

Actualités des familles La Croix