Back Vous êtes ici : Vie pratique Vie quotidienne Pouvoir d'achat Des hausses de prix dans l'alimentation à partir de vendredi 1er février, la CNAFC s’interroge

Des hausses de prix dans l'alimentation à partir de vendredi 1er février, la CNAFC s’interroge

Loi alimentation 2019Les prix de certains produits alimentaires risquent d’augmenter vendredi 1er février 2019 suite à l’entrée en application de la loi Alimentation.

L'objectif est de mieux rémunérer les producteurs des filières agricoles grâce aux marges des distributeurs reconstituées par le seuil d’interdiction de la revente à perte (sur les produits transformés) relevé de 10 % par la loi. Le pari n’est pas gagné et le résultat immédiat doit logiquement amener à leur juste prix de revient des produits jusque-là vendus avec une très faible marge pour servir d’appel aux consommateurs… En attendant que les agriculteurs retrouvent un réel pouvoir de négociation avec les centrales d’achat de la grande distribution, comme la loi le prévoit aussi.

Les marques de distributeurs (MDD) ne devraient pas être concernées.

La CNAFC préfère mettre l'accent sur la qualité plutôt que sur le prix. La recherche systématique du prix bas entraîne généralement une dégradation de la qualité intrinsèque du produit (ou service) concerné et des services qui y sont associés comme les conditions de distribution ou de garantie.
En matière de produits agricoles, la politique de la grande distribution a eu pour effet de dégrader les conditions de production en poussant à la recherche d'une rentabilité maximum qui a eu de graves répercussions sur la qualité des produits et aussi sur la viabilité des exploitations.

La juste rétribution du travail et des investissements des agriculteurs est un objectif essentiel.

L'organisation des filières de production en lien avec les régimes de taxation comparés à ceux qui se pratiquent dans d'autres pays européens ne pourraient-ils pas servir de modèle à suivre ?
Comment comprendre que les augmentations de prix annoncées touchent à ce point des produits ultra transformés dont les composants se trouvent souvent sur le marché mondial ?

La CNAFC soutient les démarches de proximité, d'achat direct aux producteurs. Lorsque c'est possible, c'est certainement une bonne façon d'assurer une plus juste rétribution des intéressés.

Crédit image : Photo by rawpixel on Unsplash

Coup de cœur

solenne et thomas florette 5 8ans couv 1 page ulule

Actualités des familles La Croix